Journée de l’humanité !

Il fallait bien que cela advienne.
Il fallait bien qu’un jour, le compteur des articles de ce blog tout nouveau affiche ce premier nombre à trois chiffres, sa toute première centaine, et cela advient le 8 mars 2017, pile le jour de  cet aveu de discrimination ordinaire et générale de la moitié du genre humain, celle sans laquelle la vie de l’espèce n’est pas possible, j’ai nommé « la journée  de la femme ». Traduisez ça par une journée pour la femme, et trois-cent-soixante-cinq pour qu’on laisse des gens venir proférer ici dans notre pays que la femme serait l’esclave de l’autre partie du genre humain, celle qui est dotée du phallus !
Allez, ils accepteront peut-être des « accommodements raisonnables » et ils promettront de ne pas lapider les femmes ce jour là, de ne pas les tuer ce jour là, de ne pas les répudier ce jour là, et de remettre au lendemain l’excision des gamines et leur viol nommé « mariage », forcé bien entendu.

femme2

Oui, une journée de déblatérations inutiles, parce que le reste du temps, la femme s’avère exclue de la Déclaration des Droits de l’Homme !
Si ce mot HOMME avec majuscule à la première lettre était censée désigner le genre humain tout entier, ce ne fut jamais qu’une mascarade, et pour avoir voulu faire préciser les droits des femmes dans le cadre de ces droits de l’Homme, Olympe de Gouge fut décapitée par les révolutionnaires au service du maître du mal.
Aujourd’hui, on nous place chez nous des populations dont toute la croyance est basée sur l’écrasement des uns par les autres, or, les uns, ce sont d’abord toutes les femmes. On voit toute la violence attachée à cette déconsidération de la femme, et ce qui en découle concernant la violence tout court….
Alors ce centième article arrive juste à ce moment de la célébration honteuse de « la journée de la femme » qui nous signifie que dans le règne du mal, la femme ne vaudrait que 1/365ème de l’être humain, aussi con, aussi laid soit-il mais que la nature a doté d’un phallus, à ce jeu de pile ou face qu’est la naissance physique !
1/365ème les bonnes années, parce que tous les quatre ans, c’est encore moins !
Non, femme je suis par la naissance physique en cette incarnation, mais les âmes n’ayant aucun sexe, il n’y a pas de phallus dans l’au-delà et toutes les âmes s’y valent.
Dans l’au-delà, il  n’y a pas de paradis avec des vierges à sauter, parce que dans l’au-delà, sans nécessité de se reproduire, il n’y a aucune sexualité, et donc aucun organe génital, ni vagin, ni phallus.
Par la motivation obsessionnelle du phallus érectus, des cinglés envoient des plus cinglés qu’eux, et surtout des plus idiots qu’eux se faire sauter en tuant des innocents, ou se faire descendre après avoir tué des innocents, et on leur vend le packaging en leur promettant un grand bordel dans l’au-delà, des partouzes incessantes avec des vierges et avec aussi de jeunes garçons alors que leur loi interdit sur terre l’homosexualité, tout en la pratiquant de façon cachée, des fontaines de vin que leur loi leur refuse sur terre. Ces gens se font totalement avoir, et dans l’au-delà, ils n’ont plus de truc de chair qui pendouille et au nom duquel ils se sentaient supérieurs, faute de développer la vraie supériorité, celle de l’esprit, s, mais le pire, c’est qu’ils ressentent en continu et depuis la souffrance de chacune de leurs victimes, les blessés, les tués et leurs familles et amis, la souffrance qu’ils ont générée avec l’idée d’avoir le bordel permanent gratos.
En quoi ces gens se différencient-ils du point de vue mentalité et perspectives, de ceux qui imposent aux chanteuses de chanter à poil ?
Le même maître sait comment dominer tout le genre humain en  manipulant le genre masculin par sa faiblesse majeure… Un seul maître, celui du mal génère tout cela.

femme5

Je me suis demandée ce que je mettrais dans ce centième article, et bien, sans y réfléchir les mots se placent seuls sous mes doigts, et je vois que j’y mets l’avertissement de Dieu, celui que Jésus nous donne pour notre époque précise dans les évangiles. Ces temps s’achèvent et ceux qui seront dans la croyance du mal, qui serviront le mal d’une manière ou d’une autre sont perdus, qu’ils soient au service d’une loi religieuse du mal, de sectes politico-financières, et je ne puis pas tout citer, et ils ont attendus pour ce faire, que les élections proches soient passées,  une formule pour eux, prononcée par Jésus : « Laissez les morts enterrer les morts ». Il parle des morts en esprit, de ceux qui se sont mis au service de la bête, au service du mal et qui tournent le dos à la lumière.
Si on n’a pas sa lanterne éclairée et d’une flamme toujours vive, si on ne place pas la lumière en soi, alors on ne peut survivre à ce qui est en train d’advenir.
Ne voyez-vous pas des changements ? Ne voyez-vous pas comment sondages, médias et politiques se trompent sans cesse depuis quelques mois ?
Pour tout nous faire à l’américaine, selon le plan du nouvel ordre mondial, on tente de nous imposer le bipartisme, et pour cela, déjà à droite ils se sont baptisés comme aux USA : parti républicain, et de l’autre côté, ils ne visent qu’à prendre  le nom de parti démocrate, et puis on nous fait le truc à l’américaine des « primaires », des sondages permanents, mais on voit que chez nous qui ne sommes pas du tout américains et pas du tout prêts ni volontaires pour leur nouvel ordre mondial, c’est l’effondrement, l’implosion justement des partis qui dominèrent la vie politiques depuis des décennies, et en particulier de celui qui s’est renommé républicain et de celui qui vise à se renommer démocrate.

femme3

Qu’ils se la gardent leur journée de la femme tous ceux qui hissent le drapeau républicain au bout de leur phallus circoncis ou pas; nous ne voulons pas de ce jour qui nous dit à nous les femmes, la moitié du genre humain toutes races confondues, de la fermer les trois-cent-soixante quatre autres jours, lorsque des femmes sont violées, frappées et tuées parce que »elles sont femmes ! Nous n’en voulons pas alors qu’aucune loi portant sur le féminicide n’a jamais été votée par le parlement. Nous n’en voulons pas lorsqu’on nous impose le pire du pire, la prison de tissu qu’on voit désormais peupler nos quartiers et nos rues. Nous n’en voulons pas lorsque nombres de femmes ont été et sont encore exclues de leur travail dans le privé, et même rejetées jusqu’à être cassées des cadres dans la fonction publique, comme cela fut justement mon cas parce qu’elles ont refusé de coucher avec le chef.
Non, nous ne voulons pas de cette discrimination de la femme, soit larvée, soit carrément imposée du fait d’une loi étrangère particulièrement arriérée et non humaine qu’on nous a importée, parce qu’en ces temps de fin de l’ère matérialiste romaine, de fin de colonialisme et d’esclavage en particulier des femmes, nous voulons l’abolition de toute forme de patriarcat et de tous les vices et violences par lesquels règne le patriarcat, pour un retour à une société d’équilibre sans domination d’un genre par un autre, or, cette société se base sur la loi naturelle qui détermine le foyer à partir d’une mère et de ses enfants. Ce n’est pas la fin du couple, ce n’est pas la fin de la virilité masculine, et ce n’est pas la mise en esclavage des hommes, c’est juste un statut d’égalité qui donne un petit plus à la femme pour la protéger de tout abus masculin,  de ce « droit bestial du fort sur le faible », et cela fonctionnait parfaitement chez nos ancêtres celto-gaulois, avant l’arrivée du colonialisme romain. Tout le monde s’en trouvait heureux, hommes comme femmes, et cela ne signifie pas la fin de la famille cellulaire, au contraire, cela lui donne  le plus bel équilibre qui soit, et le matriarcat de ce type empêche toute violence faîte aux femmes.
Le matriarcat équilibré et la société du respect  et de la protection de tous, c’est la société de l’élévation la plus haute de l’esprit humain, la société de paix.
C’est aussi une société sans prostituée, car en matriarcat nul n’en ressent le besoin, et quasi sans aucun viol, où les hommes dominent leur pulsion sexuelle, et oui !
Il n’y aura plus besoin de cette parodie, cette insulte au genre féminin de la « journée de la femme » parce que chaque journée sera tout simplement la journée de tout le genre humain, en tous respect et égalité véritable les uns des autres.
Ce n’est pas à la femme que je dédie cet article et cette journée; Je la dédie au genre humain réalisé dans sa grandeur d’être, où femme et homme ne sont que les deux parts égales de l’humanité dans sa réalisation physique terrestre, parce que quelqu’un nous a bien dit à ce sujet que hors l’incarnation en vue de procréer, il n’y a pas de sexe, l’âme n’ayant aucun sexe une fois dans l’au-delà, et celui qui nous a donné cette parole est Jésus, lorsque les sadducéens qui en fait ne croyaient pas du tout en la vie après la mort, lui soumettent le cas d’une femme qui selon la loi juive d’alors, après la mort de son époux épouse le frère de celui-ci, et comme elle devient de nouveau veuve, épouse le second, et ainsi finit-elle par épouser les sept frères de son premier époux. Jésus leur montre qu’ils se trompent (donc que cette loi juive de cette époque se trompe) et qu’il n’y a aucun sexe dans l’au-delà :
Jésus leur répondit : « Vous vous égarez, en méconnaissant les Écritures et la puissance de Dieu. À la résurrection, en effet, on ne prend ni femme ni mari, mais on est comme les anges dans le ciel… »
Voilà pour ce centième article dédié au genre humain évolué qui ne donne pas le plus petit droit supplémentaire aux porteurs de phallus, et qui ne retire aucun droit et ne pose aucune obligation ni indication de renoncement spécifique, comme le port d’un vêtement cage, à celles qui ont l’appareil génital féminin, pas plus qu’il n’y a obligation aux hommes de porter la barbe, ce qui n’est pas toujours hygiénique, pratique, ni beau.

La seule vraie liberté vient du matriarcat.

Si on refuse l’esclavage, si on le, dénonce, alors on refuse le premier de tous les esclavages celui qui génère tous les autres : le patriarcat qui soumet plus ou moins la moitié du genre humain à l’autre moitié !
C’est par cela que commence la société du respect : la vraie civilisation, celle de l’ÊTRE.
Vive l’humanité, femmes et hommes parfaitement égaux !

 

Publicités

Auteur : kronaith

Je suis romancière, écrivain, historienne, conférencière, musicienne. Je vis aussi pas mal de phénomènes spirituels et dits "paranormaux, et je m'intéresse à tout cela me permet de discuter de plein de sujets et de vous les faire partager. Ce blog fait suite au précédent sur une autre plateforme en cours de transformation, et qui a jusqu'à 5000 visiteurs par jour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s