Combattre la stérilité masculine.

Depuis deux décennies, nous assistons à l’effondrement de la fertilité masculine en Europe.
Attention : nous parlons de fertilité ce qui ne signifie pas absence de virilité ou encore impuissance.
Les conditions de vie, le mode de vie urbain très pollué, l’alimentation mais aussi peut-être certaines pilules anti contraceptives prises par les femmes peuvent être responsables pour partie de ce problème.
On remarque du reste que les populations qui nous arrivent, et qui interdisent à leurs épouses de prendre la pilule semblent moins affectées par ce problème. L’incidence des pilules de dernière génération est sans doute à mettre en cause.
Comme nous allons le voir, ce n’est pas du  tout la seule raison qui affecte nos hommes européens, car alors, comment expliquerait-on qu’aux USA, en Australie, au Canada où les mêmes facteurs de pollution sont observables, où la race européenne est très représentée, ce problème de défaillance de fertilité masculine est quasi inexistant ?
C’est simple ! L’enracinement, le savoir se raccorder à sa longue lignée ancestrale, le savoir appartenir à une civilisation, à une longue Histoire, à un terroir, à une ancestralité, à un socle devant rester intangible et non négociable, la fierté de ses racines, le fait de se sentir unie à sa terre ancestrale, oui, tout cela joue dans la production de spermatozoïdes, or, depuis  quelques décennies, tout fut fait pour couper nos mâles de souche de tous ces facteurs.

Nous avons été programmés par la nature pour être des êtres territoriaux. C’est encore plus vrai pour les mâles. Enlever ce sentiment d’appartenance à nos mâles c’est imprimer dans leurs cerveaux l’abandon de la nécessité de reproduction par abandon de l’ancrage territorial. La mondialisation et l’apport considérable de populations d’autres souches produit donc cet effet, et on voit que cela s’amplifie depuis que nos gouvernants nous trahissent totalement sur ce point. C’est cette dénaturation par ceux qui nous gouvernent et qui gouvernent le monde qui produit cette réduction de moitié de la fertilité des mâles européens en leur berceau naturel européen.

Votre choix au moment des prochaines élections peut donc stopper le problème et faire remonter la fertilité de notre souche, si vous optez pour sortir de toutes les instances mondialistes et faussement européennes et le rétablissement de nos frontières. Ce choix est clairement on le voit, le suicide ou le sursaut pour les Français, et la question est la même pour toute la souche européenne.
Si vous êtes patriote, on vous dit raciste, donc dès son enfance le garçon est manipulé pour se couper du socle ancestral.
Pire, il est manipulé pour se faire tout petit face à ceux venus d’ailleurs qui s’affirment au nom de leur loi, dite religion.
De ceux qui arrivent, on fabrique des « mâles dominants ». On inverse donc la situation naturelle où c’est celui qui vient d’ailleurs qui se soumet aux lois et usages du pays où il arrive, et qui fait profil bas.
Par un processus animal en nous, il se asse avec nos mâles ce qu’il se passe chez les animaux.
Chez les oiseaux par exemple, en automne, les moineaux se réunissent sur des fils téléphoniques, sur des arbres, ce sont les mâles, et ils se mettent à piailler pendant des heures, et au fil des heures, certains s’épuisent et abandonnent, et ceux qui vont au bout… seront les seuls à produire les gamètes leur permettant de se reproduire au printemps suivant !
La même chose advient chez les mammifères. Si vous prenez une harde de biches, elle n’a qu’un ma^le. Tous les autres mâles sont écartés. De facto, les ma^les de l’espèce produisent peu de gamètes reproductives, sauf quelques-uns qui viendront affronter le mâle dominant. Le perdant s’inclinera et dès lors verra fortement diminuer le nombre de ses spermatozoïdes !
Lorsque nos mâles grandissent avec ce message de soumission à autre chose qu’à leur propre ancestralité, leur cerveau enregistre le fait et déprogramme chez eux, soit partiellement soit intégralement, la production de spermatozoïdes.
C’est une survivance de la régulation dans les hardes animales. Elle avait presque disparue durant des millénaires, et la voilà qui refait surface avec ce qu’on nous fait et qu’on impose à nos jeunes générations.
Attention : ces jeunes mâles sont d’aspect normal et ont du sperme, mais le sperme ne contient pas assez et parfois plus du tout de spermatozoïdes mûrs. On peut toutefois réactiver les embryons de spermatozoïdes qui leur reste pour qu’ils finissent leur maturation et que la fécondité revienne chez ces jeunes mâles.
Il faut donc, outre une bonne hygiène de vie, une alimentation bio, des médecines alternatives, le refus de consommer drogues, psychotropes, anxiolytiques, pesticides, se tourner vers l’ancestralité et s’y ancrer à fond, être fier de ses racines et les mettre en avant, refuser d’accepter de se faire dominer par ce qui vient d’ailleurs, refuser la programmation à la soumission, se réaffirmer dans l’identité de la souche et dans la légitimité de celle-ci. Il faut être fier d’être Français de souche, européen de souche, fier d’être de racines chrétiennes, celtiques, nordiques, etc. Pour ceux qui sont nés en ville, sachez vous ancrer ou ré-ancrer dans un terroir, un village de vos ancêtres. Visitez la France et l’Europe au lieu de penser Afrique ou autre. Il faut se détourner de la manipulation médiatique y compris en matière des goûts qu’on nous impose, des « stars  » qu’on nous balance depuis les USA comme ça, du jour au lendemain, les Beyoncé, Lady Gaga et j’en passe, ces femmes qu’on fait mettre à poil pour chanter. Il faut ne pas regarder les films pornos, car la femme y est avilie et n’a rien de la femme normale, tout comme l’homme n’y a plus rien de l’homme normal, tout comme l’acte d’amour n’a plus rien du bel élan qu’il doit être et qui inclut l’élan de deux âmes l’une vers l’autre.
Bref : revenez aux sources et à la vraie normalité, pas à ce qu’on nous inflige depuis l’après 68, et surtout depuis les années 80.
Soyez mâles dominants de souche, et soyez-le collectivement comme individuellement, puisque vous êtes ici chez vous sur les terres de vos ancêtres.
Je dis aux jeunes mâles que leur capacité de se reproduire se construit ou se reconstruit en se remettant sur les bases de la normalité, celle de nos grands-parents déjà.
Voici par ailleurs un article, et des pistes à suivre.
« Parmi les maladies qui montent, celle qui me terrifie le plus est l’effondrement du nombre de spermatozoïdes chez les hommes – et la multiplication des couples infertiles.

Le nombre de spermatozoïdes chez les hommes a drastiquement chuté en cinquante ans. Un Français possède actuellement en moyenne 60 millions de spermatozoïdes par millilitre contre près de 90 millions/millilitre en 1973.

Les recherches du professeur Pierre Jouannet, chef du service de biologie de la reproduction à l’hôpital Cochin à Paris, ont évalué la baisse de la concentration spermatique à 2 % par an [1].

Cela vous semble peut-être bénin.

Mais il faut savoir que, bien qu’il suffise d’un seul spermatozoïde pour féconder un ovule, la semence masculine n’est cependant plus fertile en dessous de 5 millions de spermatozoïdes/ml. Si l’évolution continue à ce rythme, dans quelques décennies l’humanité ne pourra plus avoir d’enfants naturellement.

La fécondation in vitro, une solution de riches
« C’est pas grave, on pourra toujours faire des bébés éprouvette ou se cloner… »
C’est une façon optimiste de voir les choses.

En réalité la fécondation in vitro est une affaire de riches.

Un cycle de FIV coûte en France 4 100 € [2], sachant que le taux d’échec est de 70 % à la première tentative (1er cycle) [3].

En moyenne, il faut compter 10 000 € par naissance effective, à comparer avec les 2,9 milliards d’êtres humains qui vivent avec moins de 2 dollars par jour. [4]

En cas de crise financière ou économique majeure, et de recul des systèmes de couverture maladie dans les pays « riches », la procréation médicalement assistée deviendrait un luxe que très peu pourraient se permettre.

Stérilité : + 200 % en vingt-huit ans
Selon l’Agence de la biomédecine [5], en 2014, 140 519 couples français ont eu recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP), sur 800 000 ayant eu un enfant.

Cela veut dire qu’un couple sur six cherchant à avoir un enfant s’aperçoit qu’il n’y parvient pas sans une assistance médicale.

À noter cependant que seuls 23 651 enfants sont nés en 2014 suite à une AMP. Cela indique un taux d’échec de 83 %, qui confirme que l’AMP n’est pas actuellement assez efficace pour remédier à elle seule au problème d’une humanité qui deviendrait stérile.

On ne dispose pas de chiffres historiques fiables sur la stérilité en France.

Mais on sait que, au Canada, on comptait 5,4 % des couples qui déclaraient être infertiles en 1984. En 2012, ce taux a été estimé à entre 11,5 % et 15,7 %, ce qui représente une croissance spectaculaire de 100 à 200 % en vingt-huit ans [6].

La fertilité des femmes comme des hommes diminue à cause de :

  • L’âge de conception des enfants, de plus en plus tardif : en 2010, 19 % des enfants sont nés d’une mère ayant plus de 35 ans, contre 12,5 % en 1995 [7] ;
  • L’augmentation du nombre de personnes en surpoids ou obèses, un facteur de stérilité chez les hommes comme chez les femmes ;
  • La hausse du stress et des conditions de vie précaires, qui ont un impact psychologique négatif sur le couple ;
  • L’usage de la contraception hormonale, qui ralentit la remise en route du système reproductif de la femme quand elle arrête la pilule après une longue période ;
  • La présence de perturbateurs endocriniens dans l’environnement ;
  • La présence de pesticides dans l’alimentation. Une étude publiée le mardi 31 mars 2015 dans la revue spécialisée Human Reproduction a montré que les hommes qui consomment le plus de fruits et de légumes chargés en pesticides ont 49 % de spermatozoïdes en moins que les autres. Ils ont également beaucoup plus de spermatozoïdes de forme anormale [8].
Méthodes de conception naturelle
Les fécondations in-vitro ne sont cependant pas la seule solution pour les couples qui peinent à avoir un enfant.

Les chances de parvenir à concevoir augmentent beaucoup par une simple information sur le cycle naturel de reproduction de la femme.

Dans les médias, les écoles, et même chez beaucoup de gynécologues, on ne parle pratiquement que de l’ovule et du spermatozoïde quand il s’agit de reproduction.

Pourtant, faire un enfant ne requiert pas d’être deux : il faut être trois.

Le troisième élément indispensable à la conception est la glaire cervicale, une substance secrétée par le col de l’utérus de la femme et qui permet de conduire les spermatozoïdes jusqu’à l’ovule.

L’ovule est en effet très loin dans le corps de la femme : il est dans les trompes de fallope, au-dessus de l’utérus. Pour y parvenir, le spermatozoïde a besoin de pouvoir « nager » le long d’une « rivière » de glaire cervicale qui le conduise à bon port.

Là où le voyage est périlleux pour lui, c’est que la glaire cervicale n’est pas toujours praticable. L’essentiel du temps, la rivière est à sec, ou alors au contraire impossible à naviguer : la glaire cervicale en effet change d’aspect et se transforme en bouchon infranchissable : car son rôle est alors de garder l’entrée de l’utérus, et d’empêcher les intrusions (bactéries, champignons, virus et autres impuretés).

Il n’y a qu’au moment précis où l’ovule est fécondable que la glaire devient liquide et filante : c’est alors que le spermatozoïde peut s’élancer, avec délice, en direction de l’ovule, dans une glaire aussi glissante que le toboggan de la rivière enchantée de l’Aqua-Boulevard qui, irrésistiblement, l’amènera à bon port.

La glaire compense aussi à ce moment-là l’acidité naturelle du vagin, qui serait autrement un environnement mortel en trente minutes pour les spermatozoïdes.

Ces phénomènes cruciaux liés à la glaire sont restés longtemps inconnus. On ne lui accordait aucune importance, autre qu’un effet de lubrification. Il n’a été observé et compris que dans les années 1960. L’ignorance continue d’ailleurs à régner sur cette question pourtant essentielle à la maîtrise de son corps et de sa fertilité.

Une meilleure connaissance de la glaire cervicale, du cycle féminin en général, et de la fabrication par l’homme également de ses gamètes (cellules reproductrices) peut pourtant aider les couples ayant des difficultés à concevoir, à avoir des enfants sans passer par les méthodes coûteuses, contraignantes et peu poétiques de procréation médicalement assistée, à partir du moment, bien sûr, où il n’existe pas de problème médical majeur chez l’homme ni chez la femme.

Un dossier complet sur le sujet
L’équipe d’Alternatif Bien-Être a réalisé un Dossier Spécial sur ce sujet intitulé : « Les 5 méthodes naturelles pour résoudre vos problèmes d’infertilité ».
Ce Dossier Spécial traite des moyens nombreux de tomber enceinte naturellement.

Les couples doivent comprendre qu’il existe des périodes bien précises et déterminées au cours desquelles les chances de concevoir un enfant sont beaucoup plus élevées.

Ils doivent s’initier à l’importance de la glaire cervicale. Il existe des méthodes fiables qui permettent, grâce à l’observation de cette glaire, de connaître son jour d’ovulation.

Il faut savoir aussi que la quantité et la qualité de la semence masculine est importante. Il est important pour l’homme de se préparer à avoir un enfant, presque autant que pour la femme. Surtout, arrêter de compter sur le hasard pour « bien faire les choses ».

Ce dossier dresse la liste des méthodes naturelles scientifiquement validées et donne les références des sites Internet fiables.

Il présente également les nombreuses applications pour smartphones : attention, sur quarante applications qui circulent, seules six peuvent être considérées comme très fiables, les autres étant basées sur la méthode « Ogino », aujourd’hui complètement dépassée (c’est une méthode qui date de 1928 et qui ne tient donc pas compte de toutes les avancées faites dans la recherche sur le cycle féminin depuis cette époque).

Des méthodes peu connues des gynécologues eux-mêmes !
Ces informations sur les méthodes naturelles contre les problèmes d’infertilité sont peu connues même de votre médecin et de votre gynécologue.

L’enseignement des méthodes de fertilité naturelle des naissances ne fait pas partie du programme des facultés de médecine, pas même en spécialité gynécologie. Cela explique que la plupart des médecins et gynécologues en activité ne les connaissent pas et orientent directement les couples ayant des problèmes de fertilité vers la procréation médicalement assistée.

Ce Dossier Spécial d’Alternatif Bien-Être nous a demandé un travail et des recherches plus importantes qu’à l’accoutumée. C’est pourquoi, plutôt que de le diffuser entièrement gratuitement, nous avons fait le choix pour cette fois de le réserver à nos lecteurs à jour de leur cotisation et également à nos nouveaux abonnés.

Si vous êtes intéressé par ce sujet, ou si vous connaissez un couple concerné dans votre entourage, pourquoi ne pas en profiter tout de suite ?

  • Ce dossier contient des informations précieuses qui peuvent sauver des couples et épargner des souffrances considérables. Pour 50 % des femmes concernées par l’infertilité, c’est la chose la plus déprimante de leur vie, au-delà de toutes les autres (licenciement, deuils, maladie, infirmité…) ;
  • Les méthodes de fertilité naturelles sont efficaces : au-delà des témoignages et multiples statistiques de succès exposés dans le dossier, j’ai dans mon entourage le plus proche plusieurs couples qui ont réussi ainsi à avoir des enfants sans FIV, grâce à ces méthodes. Pourtant, cela faisait des années qu’ils se croyaient irrémédiablement stériles ;
  • Ces méthodes permettent aux couples de mieux s’épanouir, et mieux s’aimer, grâce à une meilleure connaissance des merveilles de leur corps, et du corps de l’autre ;
  • Ce sont des méthodes sans chimie et sans hormones : vous n’introduisez dans votre corps, ni dans celui de votre partenaire, aucune toxine qui pourrait, sur le long terme, déclencher de graves problèmes de santé ; vous n’en introduisez pas non plus dans l’environnement ;
  • Elles ne bloquent pas le cycle féminin, et n’ont aucun effet indésirable.
Ce dossier peut aider tant de personnes que nous avons souhaité tout faire pour le diffuser au maximum.

Dossier Spécial « Les cinq méthodes naturelles pour résoudre votre problème d’infertilité »

Je vous laisse rechercher le dossier sur ce site :
https://www.alternativesante.fr/

 

Publicités

Auteur : kronaith

Je suis romancière, écrivain, historienne, conférencière, musicienne. Je vis aussi pas mal de phénomènes spirituels et dits "paranormaux, et je m'intéresse à tout cela me permet de discuter de plein de sujets et de vous les faire partager. Ce blog fait suite au précédent sur une autre plateforme en cours de transformation, et qui a jusqu'à 5000 visiteurs par jour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s