Appel international à un don de 5000 € pour payer avocat pour obtenir ma retraite !

Je fais appel à ceux de mes lecteurs qui sont assez fortunés pour me faire un don ou prêt de 5000 €, pour payer l’avocat au Conseil d’Etat qui peut me permettre d’obtenir ma retraite de fonctionnaire, bloquée par discrimination à handicapée.
Je fais particulièrement à appel aux lecteurs et lectrices américains, australiens qui apprécient mon travail. Je ne veux pas de cumuls de petits dons, mais cette somme. En cas de succès et cela est probable à au moins 90 pour cent, je rembourserai la somme. Sinon, ce sera un don. Etant dans mon bon droit, je dois tenter cette solution.
Pourquoi ne puis-je faire appel à l’aide judiciaire gratuite ? Parce que même si je n’ai aucun revenu personnel, ce qui est le cas, ils considèrent le revenu du ménage or, je suis en couple et mon époux a un salaire. Nous avons des travaux de plomberie et d’isolation à faire pour notre logement et nos enfants ont besoin d’aide en période de chômage. On ne peut pas sortir en plus cette somme.
Oui c’est injuste; une personne qui n’a aucun revenu personnel, mais dont l’époux a un salaire ne peut en fait pas faire valoir son droit parce qu’on ne lui donne pas accès à cette aide qu’elle devrait avoir à l’aide judiciaire gratuite d’autant qu’il s’agit pour cette personne d’avoir accès à son revenu de retraite !
Cet appel est très  urgent. Merci de l’entendre et de le répercuter.
Si la ou les lecteurs réguliers de l’Union Européenne (instance) qui viennent régulièrement sur ce blog veulent m’aider, merci à elles aussi pour cette bonne action.
Publicités

Croix celtique druidique et réincarnation chez les Celtes.

réincarnation celte

Ci-dessus, la croix celtique et sa signification en rapport avec une conception de la vie de nos ancêtres celtes, dont les « Gaulois » sont. La réincarnation chez nos ancêtres celtes, dont gaulois. Cette croix était portée par les druides et les bardes. (voir mes deux romans celtes : L’Aigle Arverne et Arianrhod.)
La vision ésotérique celte est représentée par trois cercles ; ces trois cercles sont représentés sur la croix druidique :
Le cercle extérieur correspond au monde du Dieu OIV, seul celui-ci peut y vivre. C’est Keugant, cercle de l’infini où rien ne peut exister excepté Dieu. Le dieu créateur existe donc chez les celtes, mais il n’est pas placé au centre de sa création mais à l’extérieur, ce qui rend ce dieu inconnaissable par l’humain.
Le cercle suivant, Abred, représente le monde de la mort, le cercle des transmigrations des âmes où tout procède de la mort. L’homme le traverse. C’est notre vie sur terre. L’homme se réincarne parmi les humains pour une nouvelle expérience, et généralement au plus près de sa communauté d’origine.Il peut être femme dans une vie et homme dans une autre.Il ne se réincarne pas en animal ce qui différencie donc la croyance en la réincarnation des celtes de celle des asiatiques.
L’Homme doit passer par plusieurs étapes, chacune de celles-ci étant un apprentissage. La mort est donc une renaissance au monde de l’esprit, par abandon du corps propre à la vie terrestre. Si l’âme doit poursuivre sa progression terrestre, elle se réincarne au bout d’un certain temps.  
Le troisième cercle, Gwenwed, le monde blanc, est le cercle de la félicité, où l’homme, retrouvera le souvenir de ses nombreuses transmigrations. Il pourra alors être le guide des hommes errants en Abred.
Le druidisme reconnaît donc trois cercles de l’existence :
– Le cercle du commencement dans Annouim (l’abîme) ;
– Le cercle de la
transmigration et de l’évolution en Abred ;
– Le cercle de La
plénitude en Gwenwed, dont le nom signifie : le monde blanc.
La vie s’éveille dans le règne minéral, de la roche au métal, se développe dans le monde végétal jusqu’à l’Instinct, prend une conscience chez l’animal, acquiert une Âme chez l’Homme qui devient alors responsable de ses actes et s’efforce de s’élever vers la spiritualité, en se dégageant de la matière et de l’instinct primitif. Cette évolution se fait par la connaissance de tous les règnes par lequel il est passé pour accéder au statut humain, et donc par le respect et l’harmonisation avec la nature-mère.
Le parcours de l’homme en Abred, par le biais de ses différentes transmigrations doit donc aboutir à ces trois raisons d’être :

La nécessité de recueillir le fruit de chaque existence et de chaque état de vie.
La nécessité d’apprendre pour connaître toute chose.
La nécessité de se créer la force morale afin de triompher de toute haine.
Est-il plus belle philosophie de vie ?
Pourquoi aller chercher en Asie, ce qu’il suffit de redécouvrir dans la philosophie de nos propres ancêtres, selon notre propre identité ?
Pas besoin de se raser le crâne comme chez les bouddhistes ; au contraire, nos ancêtres appréciaient les cheveux longs ou mi-longs, auxquels ils accordaient de grands soins, or, les cheveux sont chargés d’électricité et de fait facilitent la connexion avec les mondes subtils.
Cette identité est en nous comme un trésor enfoui, et il n’est guère besoin de creuser longtemps pour la mettre au grand jour, et la faire resplendir.
 Maintenant une petite strophe qui en dit long et que vous pourrez réciter lors d’obsèques :
« La naissance et la mort sont deux pas ressemblants,
l’Un mène au Monde où le corps peine,
l’Autre au Cercle où n’est plus de haine.
Ne crains donc ni le fer ni les combats sanglants ;
Qui du courage aura coutume
Saura mourir sans amertume.
La naissance et la mort sont deux pas ressemblants. »
Strophe extraite des Stances d’Alruna.

 

Signes et appels téléphoniques de papa après sa mort : énormes preuves de survie.

 

Papa souffrait d’une terrible maladie professionnelle affectant les poumons et donc le souffle. En été 1998, l’une de ses petites-filles décéda de manière imprévisible ; dès lors, il ne voulut plus lutter contre  la maladie, et il accepta une intervention chirurgicale non seulement inutile, mais encore, qui devait servir d’expérience médicale. Il accepta de servir de cobaye.
La veille de l’opération début décembre 1999, depuis sa chambre d’hôpital à cent kilomètres de chez moi, il nous appela au téléphone, et discuta très longuement avec nous, ce qui était inhabituel. Lorsqu’il raccrocha, je dis à mon époux que mon père nous faisait ses adieux. Le lendemain lundi, jour de l’intervention chirurgicale, mon époux partit aux USA pour son travail.
L’opération expérimentale étant réussie, mon père allait bien. Le vendredi en fin d’après-midi, je travaillais dans mon bureau lorsque soudain, simultanément, il y eut une belle lumière, je ressentis une impression de très grande joie, quelque chose passa à travers moi, et je sus que mon père venait de passer de l’autre côté, qu’il était délivré de toute sa souffrance, et que s’il ressentait cette joie qu’il me communiquait, c’est parce que sa petite-fille décédée quelques mois plus tôt était venue l’accueillir. Lorsque mon frère m’appela, je pus lui dire pourquoi il m’appelait, puisque je savais déjà
Le lendemain de son décès, une jeune aide-soignante qui a accepté de faire un remplacement dans un autre service que le sien dans ce grand centre hospitalier, et qui commence ce remplacement ce jour même, prend connaissance des évènements de la nuit dans le service, et là, stupeur ; elle lit le nom de son grand-père, qu’elle n’avait pas revu depuis l’âge de quatre ans, du fait d’une brouille entre ses parents et ses grands-parents. Pour elle c’est un choc. Elle descend à la morgue et embrasse son grand-père pour la première fois depuis une vingtaine d’années.
Est-il possible de croire qu’il ne s’agisse que d’un hasard ?
Hasard qui voulut qu’ayant eu à lâcher prise par désespoir suite à la mort d’une de ses petites-filles, ce vieil homme soit embrassé par une autre de ses petites-filles, dont il avait été privé durant près de vingt ans ; hasard  pour que cette petite-fille ait choisi le métier d’aide-soignante ; hasard pour qu’elle exerce précisément dans l’hôpital où il décéda, hasard encore pour que sans rien connaître de son lien de parenté avec ce patient, des responsables de l’hôpital aient demandé à cette jeune femme de remplacer un personnel manquant dans le service où son grand-père venait de décéder ; hasard encore pour qu’elle prenne son service précisément le matin suivant le décès de son grand-père, et non pas avant ni après…
Vous y croyez-vous à un tel « hasard » ? Moi pas, d’autant que la suite en dit long.
Mon père avait choisi d’être incinéré, puisque sa petite-fille avait été incinérée. A notre demande, l’entreprise de pompes funèbres conserva les cendres jusqu’au printemps.
Mon père avait en effet demandé que ses cendres soient dispersées dans un coin de nature du massif du Pilat, non loin de Saint-Etienne. Il avait eu cette phrase magnifique : « Je veux être le fils du vent.»
Lors du week-end de Pentecôte, nous prîmes la direction d’un endroit connu de ce massif, mais alors de manière imprévisible, le temps changea si brusquement que cela n’était pas prévisible, et  une terrible tempête, avec brume se leva. On n’y voyait plus à deux mètres ! Mon frère qui guidait notre procession de voiture, ne retrouva plus la direction de l’endroit connu, prévu par lui. Des trombes d’eau s’abattaient. Nous arrivâmes en un lieu enchanteur en bordure de route, et là une sorte d’évidence se fit jour ; en ce lieu la végétation était sublime… paradisiaque ! Ce serait en cet endroit. Lorsque nous acceptâmes cette évidence la tempête cessa, et juste après la dispersion des cendres, un grand soleil s’imposa.
Maman n’ayant pu être des nôtres ce jour-là, quelques semaines plus tard, mon frère voulut l’y conduire, mais impossible de retrouver l’endroit qui nous avait semblé trop merveilleux pour être de ce monde. Etait-ce la fameuse Avallon des celtes ? Avions-nous accédé juste le temps nécessaire, à un espace relevant d’une autre dimension ?
 Tout cela est plus que troublant, mais ce n’est rien au  regard de ce qui s’ensuivit, et en particulier, d’appels téléphoniques de mon papa depuis l’au-delà.
Pour moi, il y a une suite. Quelques mois après la dispersion des cendres, à l’approche de l’anniversaire de la mort de mon père, le téléphone sonna ; j’étais seule et j’entendis ce massage qui s’enregistra sur le répondeur du téléphone fixe :
« Allo Marie (suivi de diminutif) c’est papa ! Tout va bien. »
Juste ces mots, puis plus rien. C’était sa voix, reconnaissable entre toutes, et le ton était celui d’un homme heureux.
Comment croire en une chose pareille ? Votre père dont vous avez dispersé les cendres, vous appelle au téléphone !
Là, ce fut sur la ligne fixe, mais il y a mieux, et à deux reprises.
Au moment du décès de mon père, je n’avais pas encore de téléphone portable, par conséquent, il n’en avait jamais connu le numéro. Je ne l’ai eu que quelques jours à peine avant cet appel de mon père sur la ligne fixe.
Je consulte ma messagerie de portable, et j’entends enregistré, ce même appel de mon père. Même voix, mêmes mots. Je le fais entendre à mon époux très cartésien de par sa profession nécessitant de l’être ; comme moi il est troublé, et comme moi il ne peut avoir le moindre doute : il s’agit bien de mon papa. Je décide d’effacer ce message. J’efface du reste tous mes autres messages sur le fixe comme sur le portable.
Lorsque tous mes messages sont effacés, mon portable sonne, et j’entends :
« Allo Marie (plus diminutif qu’il me donne) c’est papa ; je vais bien ! »
 Depuis son décès, j’ai eu souvent mon père dans mes rêves, il était jeune (la trentaine) et heureux.
 J’ai encore eu mon père au téléphone en janvier 2011, soit plus de onze années après son décès, en des circonstances encore plus étranges que voici :
Ma maman avait passé quelques temps chez nous, mais les derniers temps, elle était malade et ne voulait pas consulter notre médecin, disant qu’elle verrait le sien dès son retour. Il n’y a pas plus têtue qu’une dame très âgée. Le lendemain de Noël, à sa demande, nous l’avons reconduite chez elle. Nous lui avons fait ses courses alimentaires avant de la laisser. Son état se détériora, ce qui nous valu de terribles accusations de proches, et elle fut hospitalisée. Ma mère eut un comportement atroce envers nous, mais elle était habitée par une entité qui prenait le dessus à certains moments, et ce fut le cas.
J’étais en état de choc du fait de son comportement. Nous avions vu le médecin, et il nous dit que maman avait mal soigné sa cystite, ce dont je m’étais inquiétée, et que de ce fait elle avait eu un début de septicémie, et nous n’y étions pour rien. Cette précision nous fit du bien, car l’un de mes proches qui n’avait pas vu maman du reste (il ne vint même pas à ses obsèques, l’an dernier), nous  accusait d’avoir maltraité maman, or, ce fut l’exact contraire. Dans la semaine, j’ai téléphoné et l’infirmière m’a dit qu’elle mangeait de bon appétait et que tout allait bien. J’ai ensuite demandé le standard pour avoir ma mère au téléphone. Le téléphone sonna longuement, mais ma mère ne répondait pas, et à n moment quelqu’un répondit, et ce quelqu’un était.. Papa, décédé en décembre 1999, mais c’est lui qui me parla au téléphone et me dit : -Donne-moi des nouvelles. C’était là encore sa voix, son intonation. Mieux, il avait été hospitalisé dans cet hôpital pour ses problèmes pulmonaires,et il avait cette vois haletante des gens qui ont ce genre de problèmes.
Bouleversée d’entendre mon père au téléphone, ce, depuis la chambre d’hôpital de ma mère, et de l’entendre me demander des nouvelles alors qu’il est décédé depuis des années, j’ai raccroché. J’ai recontacté le standard en lui disant qu’il s’était trompé de numéro de chambre et m’avait passé la chambre d’un homme, mais le réceptionniste m’assura que non, il n’avait pas commis d’erreur, et il me passa de nouveau la chambre de maman, et de nouveau c’est la même voix de mon papa qui me répondit et me demanda des nouvelles. De nouveau, j’ai raccroché.
Je ne parle pas ici de ce auquel je crois mais de vécus bien réels. Avec force, mon père a voulu me dire qu’il était vivant et sans souffrance aucune, lui qui avait tant souffert du fait de maladies professionnelles.
Je peux affirmer par expérience que la vie du corps n’est que temporaire mais la vie dépasse le cadre corporelle restreint, et donc, elle est transformation, passage d’un état à l’autre.
Nos ancêtres celtes avaient tout compris ; ils nommaient TIR NA NOG l’au-delà, ce qui signifie la TERRE DES JEUNES, puisque l’âme oublie les stigmates du corps dont ceux de la vieillesse et de la maladie.
Le hasard n’existe pas, et la mort n’est qu’un simple passage d’un état incarné à un état qui n’a plus besoin du véhicule de chair, propre à l’expérimentation terrestre.
Ceux que nous avons aimés sont même plus vivants que nous autres, ici-bas !

 

Messages de défunts : « Coucou » de bon matin.

Ceci s’est passé environ trois mois après le décès de maman en juillet 2016. Pour tout dire, avant même ses obsèques, étant sur mon canapé, j’avais senti la main de maman se posant doucement sur la mienne. Toutefois, je redoutais qu’elle ne passe pas dans la lumière, car elle fut très longtemps possédée par un esprit démoniaque, et elle fit de ce fait du mal à ses propres enfants, ses deux filles dont moi en ayant particulièrement souffert. J’avais donc demandé à ma formatrice passeuse d’âmes de la faire passer pour qu’elle soit vraiment détachée de cette emprise qui s’était mise sur elle depuis des transfusions sanguines, et en particulier depuis celle reçue en 1968 au cours d’une intervention. Depuis son départ pour la « Terre des jeunes » comme nos ancêtres celtes nommaient l’au-delà, Maman m’a fait plusieurs signes, mais je lui ai demandé de me laisser un message vocal comme mon papa l’avait fait après sa mort.
Ce ne fut pas par téléphone, mais je pense avoir bien eu ce message, très bref.
Un matin, au petit jour, je me suis réveillée, et tout juste réveillée, mais bien éveillée, j’ai entendu près de mon oreille droite :
– Coucou !
C’est tout, mais ce fut très net. Ce n’était pas une voix timbrée, mais une voix désincarnée, monocorde, mais c’était joyeux, et pour moi, c’est Maman. Lorsqu’elle aura davantage évolué de l’autre côté, il est possible que comme mon papa l’avait fait, elle me laisse un message avec sa vraie voix sur le répondeur… Qui sait…
Espérez et priez, et parlez normalement avec ceux qui vous ont quitté, comme s’ils étaient là pour vous entendre, parce que de fait, ils captent tous vos messages, vos intentions et prières.

 

Anges-gardiens : témoignages. Vidéo

Des témoignages à écouter.

 

Âme ou ange ?

Samedi dernier, j’étais  à la campagne dans une maison qui a une cinquantaine d’années, et qui eut plusieurs propriétaires depuis cette date. Je me trouvais seule dans le séjour, et je me relaxais lorsque je vis se déplacer une boule de lumière très blanche, d’un blanc immaculé qui avait la particularité d’avoir une sorte de petite aile de part et d’autre.  Il y avait une personne sur le balcon,tout près,  alors j’ai essayé de vérifier l’hypothèse du cercle d’une montre qui aurait émis des reflets, mais d’une part la très grande blancheur de cette boule de lumière, d’autre part ses petites ailes, enfin sa manière de se déplacer ne pouvait pas étayer cette hypothèse. C’était vivant et bienveillant. Tantôt au niveau du plafond, se déplaçant en tous sens, tantôt plus bas, cette boule de lumière ailée finit par partir vers la gauche, et elle disparut d’un seul coup.
Ce n’était pas une âme qui aurait eu besoin de passer dans la lumière. cela ne demandait rien, et c’était rassurant.
Pour tout dire, depuis que je vais dans cette demeure, je sais qu’on y est accompagné, mais de façon protectrice. J’ai l’intuition que l’un des anciens propriétaires, un musicien qui est décédé depuis longtemps aime lorsque je suis là, peut-être parce que je chante beaucoup. Cette maison est vivante, tout simplement.
Âme épanouie ou ange ? Je ne sais pas, mais ce fut une belle expérience.

 

A lire ou relire : toutes sortes de sujets.

En voilà pour tout le monde, de quoi s’informer, s’instruire, réfléchir sur plein de sujets différents.
Pour ceux qui ont déjà lu ces articles, je suis certaine que vous aurez plaisir à relire certains d’entre eux. Interrogation écrite à la rentrée ! Bon, là je rigole.

La Laminine, protéine structurelle de notre corps a la forme de la croix de Jésus

Donner ses organes, c’est piéger son âme ! Ne vendez pas votre âme, donc refusez !

Lien vaccins-autisme : plus de 100 familles françaises portent plainte. Etudes scientifiques le prouvant ajoutées.

21 ans, en pleine forme, et 12 secondes plus tard : squelette !Terrifiant et vrai !

Non à l’holocauste et au puçage par vaccins ! Pétition à signer massivement partout.

J’ai rencontré une reptilienne en 1975.

Ils ont vu et rencontré des reptiliens !

Amitié entre un Bigfoot et un amérindien.

Signe miraculeux chrétien : miracle de l’eau bénite.

Libérez-vous pour libérer l’humanité.

Libérez-vous des entités (pourries) du karma : 2

Le Sacré-cœur m’est apparu !

Le sexe supérieur selon la nature est la femme.L’Algérie produit des immortels… L’escroquerie des Algériens.

Songe de la corde de lumière. 1991.

Rêve du temple d’énergie.

Message du ciel et photographie magique.

Couronnées de lumière après un soin reiki.

Mystères et géants du Mont Bucegi en Roumanie.

Une femme russe kidnappée par un Alma, bigfoot russe.Ma vie chez les elfes. Première partie.Ma vie chez les elfes. Seconde partie.

Le lourd secret de Serephine…

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements : première partie.

Avion décolle en 1954 et se pose en… 1989…

Transportées dans le passé en Belgique.

Deux disparitions mystérieuses près de pyramides aux USA et en France.

Darwinisme : des scientifiques demandent son abandon.

Une énorme tempête soudaine sauve les chrétiens persécutés !