A lire ou relire : toutes sortes de sujets.

En voilà pour tout le monde, de quoi s’informer, s’instruire, réfléchir sur plein de sujets différents.
Pour ceux qui ont déjà lu ces articles, je suis certaine que vous aurez plaisir à relire certains d’entre eux. Interrogation écrite à la rentrée ! Bon, là je rigole.

La Laminine, protéine structurelle de notre corps a la forme de la croix de Jésus

Donner ses organes, c’est piéger son âme ! Ne vendez pas votre âme, donc refusez !

Lien vaccins-autisme : plus de 100 familles françaises portent plainte. Etudes scientifiques le prouvant ajoutées.

21 ans, en pleine forme, et 12 secondes plus tard : squelette !Terrifiant et vrai !

Non à l’holocauste et au puçage par vaccins ! Pétition à signer massivement partout.

J’ai rencontré une reptilienne en 1975.

Ils ont vu et rencontré des reptiliens !

Amitié entre un Bigfoot et un amérindien.

Signe miraculeux chrétien : miracle de l’eau bénite.

Libérez-vous pour libérer l’humanité.

Libérez-vous des entités (pourries) du karma : 2

Le Sacré-cœur m’est apparu !

Le sexe supérieur selon la nature est la femme.L’Algérie produit des immortels… L’escroquerie des Algériens.

Songe de la corde de lumière. 1991.

Rêve du temple d’énergie.

Message du ciel et photographie magique.

Couronnées de lumière après un soin reiki.

Mystères et géants du Mont Bucegi en Roumanie.

Une femme russe kidnappée par un Alma, bigfoot russe.Ma vie chez les elfes. Première partie.Ma vie chez les elfes. Seconde partie.

Le lourd secret de Serephine…

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements : première partie.

Avion décolle en 1954 et se pose en… 1989…

Transportées dans le passé en Belgique.

Deux disparitions mystérieuses près de pyramides aux USA et en France.

Darwinisme : des scientifiques demandent son abandon.

Une énorme tempête soudaine sauve les chrétiens persécutés !

 

Rêve et synchronicité.

Ceci m’est arrivé au printemps 2013.
Tout commence par un rêve assez surprenant. Dans ce rêve, je reçois une lettre du lycée situé dans une grande ville, où j »ai préparé mon bac, il y a pas mal de temps. Cette lettre offre la possibilité de se retrouver pour un bref séjour au Québec, aux personnes qui ont préparé le bac dans cet établissement, l’année où je l’ai eu. Je m’inscris. Hélas, le jour où nous devons nous retrouver à l’aéroport, j’oublie de me lever assez tôt.  Qu’à cela ne tienne, je change mon billet pour un départ pour le lendemain. Je me retrouve sur le lieu de séjour au Québec, et  je retrouve d’anciennes connaissances (coucou Myriam, tu y étais), et il y a là des professeurs actuels de ce lycée qui fut le nôtre. Soit dit en passant, ce lycée qui était en plein centre ville a été déplacé en banlieue, ce qui enlève tout le charme qu’avait notre vieux lycée. Bref, j’évoque le superbe voyage que nous avions fait à Florence en terminale, avec notre formidable professeur d’Italien, Mme M, et là, une professeur actuelle (dans mon rêve) du lycée, une personne qui approche l’âge de la retraite, me demande :
– Vous parlez d’Anne M ?
Je confirme, et elle me dit :
– Je suis sa belle-fille, et je suis contente d’entendre une si belle évocation de sa personne, car je l’estimais beaucoup; par contre, j’ignorais qu’elle avait enseigné dans ce lycée, où moi-même je suis nommée depuis peu.
Au réveil, cette conversation au sujet de cette prof que j’ai beaucoup aimée, me laisse quelque chose de joyeux, une sorte de lumière, une onde de joie.
C’était dans la nuit du dimanche au lundi.
Le mardi matin, je me décide à ranger de vieux tiroirs auxquels je n’ai pas touché depuis longtemps, et j’y trouve un petit mot rédigé sur une page de cahier, et sur ce petit mot, j’ai toutes les coordonnées de 1975, de ma chère prof; en effet, soucieuse de  notre réussite, Anne M nous avait donné ses coordonnées au cas où nous aurions besoin d’elle dans la période de préparation des épreuves du bac.
Combien de chances il y avait-il pour que quelques heures après avoir fait ce rêve, je mette la main sur ce bout de papier de cahier sur lequel j’avais noté les coordonnées de ma professeur d’Italien en 1975 ? Depuis cette date, j’ai connu cinq déménagements, le dernier en date remontant à trente ans, et ce bout de papier se trouvait ainsi à portée de main; il suffisait d’ouvrir un tiroir…
Belle synchronicité qui sonne comme une sorte de coucou possiblement de l’au-delà d’Anne M. Je ne sais si Anne M est toujours ou non de ce monde, mais elle doit avoir autour de 90 ans si elle est en vie, et sinon, c’est peut-être un petit signe d’elle depuis ailleurs…
L’idée qui ressort synthétiquement de ce rêve est celle de la transmission durable.

 

Ne laissez pas passer la fortune…

Parfois les adultes qui sont dans les difficultés refusent l’aide du ciel qui passe par leurs enfants. En voici un parfait exemple puisé dans mon enfance.
Dans ce milieu ouvrier de  la vallée industrielle du Gier, les ouvriers étaient maintenus à un seuil de pauvreté qu’on a peine à imaginer aujourd’hui.
L’une des rares distractions que s’offrait l’ouvrier était de jouer au tiercé le dimanche, ceci lui permettant d’espérer des jours meilleurs, et cela donnait lieu à tout un rituel. Dès la veille, mon père lisait dans le journal ce qu’il fallait  savoir des chevaux, de leur condition physique, si la longueur de la course et les conditions météo leur convenaient. Il s’intéressait aux jockeys et entraîneurs, et au palmarès des chevaux.
Le dimanche matin, un voisin venait, et mon père et lui mettaient leurs remarques en commun, et alors ils choisissaient les chevaux sur lesquels ils allaient parier. En fin d’après-midi, ils écoutaient les commentaires de la course en direct à la radio, puis à partir de 1965, lorsque nous eûmes la télévision, c’est la voix de Léon Zitrone qui  occupait notre humble demeure, ponctuée de montées en tensions selon le déroulement de la course. La ligne d’arrivée franchie, les deux ouvriers faisaient le constat de leurs résultats plus ou moins approchants. Parfois, mon père écrivait les numéros des chevaux sur des bouts de papier et se livrait à des tirages au sort.
L’année de mes huit ans, un matin, je suis venue trouver mon père et son ami, et je leur ai donné trois numéros en insistant pour qu’ils les jouent car -leur dis-je- ces numéros allaient gagner. Ils jetèrent un coup d’œil aux pronostics du journal et éclatèrent de rire avec force commentaires, parce que ces trois numéros c’étaient trois « ringards » qui n’avaient pas la plus petite chance de se trouver à l’arrivée.
Lorsqu’ils entendirent la course en direct à la radio, ils pâlirent lorsque les trois ringards prirent la tête et la conservèrent jusqu’à l’arrivée. En toute innocence mais de façon ferme, je leur avais donné le matin, les trois chevaux vainqueurs dans l’ordre exact d’arrivée. Comme ils étaient les plus mal côtés, ces trois chevaux vainqueurs permirent d’afficher un montant de gain record. A l’époque ce tiercé rapporta 40 000 Francs, et cette somme permettait de construire une maison. Hélas, les deux hommes ne l’avaient pas joué et m’avaient ri au nez. La gamine avait raison ! Ils en furent malades. On peut les comprendre.
L’histoire ne s’arrête pas là.
Le dimanche suivant, mon père et son ami me demandèrent tout gentiment de leur donner trois numéros. Je leur répondis que ce n’était pas pareil, parce que l’autre fois « on me les avait donnés, comme ça dans ma tête. » Ils  insistèrent et je leur donnai donc trois numéros au hasard, mais qui ne furent pas à l’arrivée.
Le dimanche qui suivit celui-ci, de nouveau je vins leur donner de moi-même trois numéros, et là, ils dirent :
  • L’autre fois c’était vraiment un hasard si ces trois ringards sont arrivés.
Ils en jouèrent pas mes numéros. Là encore, les trois chevaux dont je donnais les numéros étaient des ringards quasiment non cotés.
L’après-midi, ce fut comme si nous revivions l’arrivée du tiercé deux semaines plus tôt. Les trois ringards se surpassèrent et arrivèrent très en avance sur leurs concurrents les mieux côtés. Les trois numéros que j’avais donnés le matin étaient de nouveau à l’arrivée, de nouveau dans l’ordre où je les avais donnés et cette fois, le gain record grimpa à 50 000 Francs.
Pauvre papa ! Comme il s’en voulut !
La chance s’était deux fois présentée par la voix de l’enfant que j’étais. deux fois, les adultes la refusèrent et deux fois les gains battirent des records.
Il n’y eut pas de troisième fois. Nous sommes restés pauvres.

 

Je vis la lune enfanter…

C’était en 2009, par une fraiche nuit d’automne. Deux autres personnes de ma connaissance ont également vu une partie seulement du phénomène.
C’était la pleine  lune. Il m’arrive de sortir prier sous le ciel la nuit.
La lune me sembla énorme, plus proche et extrêmement brillante. Soudain, la lune devint irisée, et cela ressemblait à de la nacre, comme dans une coquille d’huitre, et une excroissance sphérique se forma à gauche pour moi, en direction du Nord. Cela faisait donc une boule très brillante, blanche, mais encore soudée à la lune. Je vis se former à l’intérieur du globe lunaire, trois autres boules. Ces sphères migrèrent peu à peu vers l’extérieur tout en restant reliées à la sphère mère lunaire. C’était un spectacle magnifique et inexplicable qui me fit penser à la reproduction cellulaire.
La nuit suivante, j’avais hâte de voir si cette vision avait une suite, et laquelle.
Je ne fus pas au bout de mes surprises !
Les trois planètes avaient migré derrière la lune, et j’en voyais bien le contour, mais aussi les nuances de chacune d’elle; la première devint bleue, progressivement, la seconde jaune citron, la troisième orangée.
La troisième nuit, tout s’était amplifié. La planète bleue était devenue aussi bleue que notre Terre, la seconde planète était jaune citron, et la troisième d’un bel orangé.
Aujourd’hui, huit ans plus tard, je vois toujours ces planètes derrière notre astre lunaire !
Mieux, je vois parfois des sphères dans le globe lunaire, comme si cette bonne vieille lune ne cessait d’enfanter.
Sachant que je ne prends ni alcool ni produit stupéfiant, comment expliquer que je sois amenée à voir cela, et pourquoi moi ?
Au pourquoi, j’ai juste un début de réponse :
Ce qu’on m’a montré nous ramène à nos conceptions et explications sur la création du monde. Nos scientifiques expliquent de longs processus à l’échelle de milliards d’années… Cette fonction temps devient de la foutaise lorsqu’on voit naître des planètes en un clin d’œil ou presque comme je le vis ! Pour parler simple, j’ai vu la lune faire des bébés, accroître la création, se dupliquer, mais non pas à l’identique puisque ses bébés n’avaient pas la même couleur qu’elle; elle-me^me en plein processus de reproduction avait changé d’aspect :
  • plus grosse comme une femme qui pour enfanter change de silhouette
  • d’une grès grande brillance et d’un aspect devenant de plus en plus nacré
Bref, l’échelle humaine du temps ne s’applique pas dans la création.
Par ailleurs, ces planètes que je continue à voir, mais de façon plus éloignées existent donc. Toutefois, Il se peut qu’elles soient la signature d’une nouvelle dimension, d’un nouvel espace-temps
Il y a deux soirs, revenant tard dans la nuit, j’ai de nouveau vu des sphères dans le globe lunaire, et les cercles extérieurs des planètes que j’avais vu se  former.
Se pourrait-il que certains d’entre  nous aient vocation à migrer sur cette nouvelle planète bleue, ou à s’y incarner lors qu’une prochaine vie ?
Une chose est certaine : lorsque je dis des « Je vous salue Marie » ces visions de « bébés  planètes » dans le « ventre » de la lune s’affine. Etant passagère en voiture, je prie toujours en silence…Tout cela est absolument vrai.

Lutte dans le ciel des forces du bien contre les forces du mal.

Je reprends ici deux articles de 2016. Le premier de juin 2016 sur ce que j’ai vu, le second après le témoignage reçu en décembre dernier par une autre personne, dont je précise que c’est un home qui fut éduqué en école coranique dès l’âge de cinq ans et qui a quitté l’islam dont il dit que c’est à 90% satanique. Il a beaucoup avancé sur le chemin spirituel, prie Jésus et Marie.
Au moment où je republie ce texte, nous sommes un an plus tard, toujours en juin, et vous allez lire plus loin que tout est lié et a un sens.
Article de juin 2016 :
« Voici ce que j’ai vécu hier, journée riche en évènements particuliers, et ce que j’en pense. Vers midi, je suis sortie étendre  le linge, et il y avait plein de particules d’énergie divine, puisque je vois ces particules très brillantes, lorsqu’elles sont produites.
Il n’y a aucun nuage à ce moment là, et le ciel est très bleu. Soudain dans le ciel, je vois une forme blanche, de belle envergure qui tournoie, mais cela n’a rien à voir avec un oiseau, ni avec une aile delta ou un parapente. C’est un ange d’un blanc très brillant, comme j’en ai déjà vus à plusieurs reprises. Il tourne en décrivant toujours le même cercle, et parfois il disparaît, l’espace d’une second, et puis il reparaît, poursuivant son périple en cercle parfait. Soudain apparaît une autre forme, d’un rouge un peu  orangé. Une sorte d’ange aussi, et qui se met à tourner lui aussi, mais l’ange blanc poursuit et semble accélérer un peu sur sa propre trajectoire. C’est comme si l’être rouge voulait prendre de la force à l’ange blanc pour l’empêcher de poursuivre son cercle, mais c’est peine perdue, car à un moment, « l’ange rouge » qui semble donc démoniaque disparaît totalement. L’ange blanc continue un moment sa course, sans que l’être rouge ne refasse surface, et soudain il s’efface.
Je pense avoir assisté à un épisode de la guerre des forces célestes du bien contre celles du mal, et on voit le triomphe  en cours des forces du bien contre celles du mal.
Il se peut que la date où on me montre cela ne soit pas anodine.
 Le chrétien, massacré parce qu’un livre humain criminel le demande, le chrétien est au service de la lumière, par l’exemple des évangiles et de Jésus et Marie.
Le mois de juin est dédié au Sacré Cœur de Jésus, alors j’invite les chrétiens à se souvenir des forces des prières à Marie !
Voir aussi ce vécu concernant l’apparition que j’eus du Sacré-cœur :
Le Sacré-cœur m’est apparu !
Que chacun choisisse bien son camp, renie le mal de lois, traditions ou religions néfastes et le combatte pendant qu’il en est temps. Au dernier moment, nul ne pourra changer et passer du camp du mal au camp du bien, et ce temps est proche.
« La vérité vous rendra libres. » Jésus.
Je sais, et j’en suis désolée, que tout le monde ne voit pas ce que je vois, mais tout ce que j’énonce ici, je l’ai vu. C’est ainsi. Ce serait tellement plus facile, si tout le monde pouvait voir ça ! Tout le monde saurait tout de suite où se  situe la pleine vérité.
Décembre 2016 : témoignage d’un ex musulman délivré de cette possession :
 » Nous voyons en ce monde combien les justes sont maltraités, les chrétiens massacrés . J’avais ici témoigné de ce que j’avais vu dans le ciel, à savoir le combat des forces de lumière contre les forces sataniques.
C’était mon témoignage, mais hier, une personne bien avancée sur le chemin, m’a livré un témoignage similaire. C’était un peu comme des milliers d’étoiles filantes, sauf que ça explosait ici et là, et qu’il y en avait des milliers. Déjà, nous ne sommes pas à la période où on voit les étoiles filantes, mais en plus, lorsqu’il s’agit bien d’elles, on les voit filer selon une trajectoire, mais elles ne se percutent pas les unes les autres, comme lors d’une bataille entre avions chasseurs, et on ne les voit pas exploser. C’était donc différent, et cela a duré un certain temps. On peut vraiment penser au combat entre anges du bien et anges du mal, ou entre bons extra-terrestres et les mauvais;, ceux qui sont complices avec certains gouvernants cachés de ce monde. Il a semblé au témoin; que les forces favorables à notre humanité aient largement dominé sur les mauvaises forces. Cela corrobore ma propre vision !
Bref, gardons espoir, et sachons que le mal est déjà vaincu, et comme dans ce mal on range ce que nous font et nous ont fait ceux qui dirigent le monde et nos pays. Maintenons le cap de la lumière, ce que nous enseigne Jésus, et prions Marie, la reine des cieux qui intercède efficacement pour nous, si nous sommes assez nombreux à être dans la ferveur. « 

Une grande croix lumineuse apparaît…

J’ai vécu ceci en avril 2015.
Grande croix de lumière blanche sur mon lopin.
Cette nuit là, lorsque je suis sortie prier, j’ai tiré les volets de la porte-fenêtre derrière moi, et la pièce était éteinte, mais aussitôt, je vis au sol, sur l’herbe, une très grande croix de lumière très très blanche  tracée, comme si deux faisceaux s’étaient rencontrés. L’une des branches partait en droite ligne de la direction de la pièce éteinte et volets tirés, dans laquelle je travaille. Les lampadaires sont très loin et n’émettent pas dans cette trajectoire, et leurs faisceaux ne se croisent pas; de plus, ils émettent un halo très peu puissant et jaunâtre. La lumière de la croix était très blanche, et puissante. Dans le ciel, au-dessus de mon lopin, il y avait trois vaisseaux-vitraux dont je vous ai souvent parlé ‘sur l’ancien blog). L’un d’eux a légèrement bougé et m’a émis des signaux, lorsque je suis sortie. Cette croix fut là tout le temps où je fus dehors. Tous les autres phénomènes dont j’ai souvent parlé étaient présents, comme chaque nuit.
Je traduis cette croix qui semblait à branches égales, comme le signe qu’on a voulu me donner et dont je me doute depuis bien longtemps, que les vaisseaux de lumière auxquels j’ai affaire, sont vraiment reliés à la puissance christique et à la libération qui nous a été annoncée par les évangiles chrétiens.
Par ailleurs, cette lumière si blanche est celle qui a toujours accompagné les signes ou les apparitions de Lug-Saint-Michel.
Un détail : Ma maison est construite à l’emplacement exact d’un monastère qui fut incendie lors des grandes invasions du dixième siècle. Cet endroit est consacré et voilà pourquoi j’y vis tant de faits de lumière, mais aussi parce que je fus appelée en ce lieu.
Les âmes des moines étaient encore là, priant en paix, et j’ai fait appel à ma passeuse d’âmes pour qu’ils aillent enfin dans la lumière.

 

La flamme de l’Esprit-Saint se matérialise devant moi.

J’ai vécu ceci le jeudi 19 avril 2012 :
Le signe de l’Esprit-saint.
Voici ce qu’il est advenu, en fin d’après-midi, ce jour :
Je venais de passer du temps sur la correction d’un livre, et j’y mets tout mon coeur, parce que je veux que le livre de cette personne, soit le meilleur possible. Je ne fais jamais rien à moitié. Il était 17 heures; je suis allée boire un verre d’eau dans la cuisine. Là, je vois face à moi, à une hauteur d’environ un mètre cinquante, au-dessus de l’herbe, donc ne touchant pas le sol, une flamme jaune d’or, magnifique. Cette flamme est suspendue dans les airs. La vision est nette, précise, puissante, pure. Je me déplace pour voir si c’est le reflet de quelque chose; la flamme est là, à sa place, magnifique. Cela ne peut pas être le reflet d’une flamme qui serait allumée dans la cuisine, car le gaz n’est pas allumé. Il n’y a rien qui soit éclairé au niveau lampes.
Cela dure quelque secondes, puis d’un seul coup, fini.
Tout de suite, j’ai eu dans la tête le souvenir de la flamme du Saint-Esprit, qui descend sur les apôtres. Cela advient quarante jours après Pâques.
Ne me demandez pas pourquoi cela se produit, ni pourquoi moi. Je vis tant de faits mystiques, divins que je ne peux plus me poser la question; cela est. Il n’y a pas de jalousie à avoir devant cette partie de mon lot , ou alors je vous les donne mais avec tout le packaging de mon handicap et des douleurs atroces qui vont avec, toutes les malchances et drames qui ont marqué ma vie, toutes les luttes qu’il me fallut avoir dès le  berceau.
Le « pourquoi moi ? » je me le suis posé pour toutes ces souffrances.
J’ai déjà eu l’apparition du Sacré-coeur, en compagnie d’une amie athée qui vit la même chose que moi, et puis tant d’autres vécus, à lire dans cette rubrique.
Le jour de la descente de l’Esprit-saint, Jésus était apparu au milieu des disciples réunis. Cette fois, l’Esprit saint apparut alors que j’étais seule et que je corrigeais le livre d’une personne qui eut aussi sa part de souffrances et d’injustices.
Face à ces faits, je suis juste dans leur acceptation, en toute simplicité d’Esprit.
Il est vrai que le lieu où je vis est très particulier, mais j’en parlerai à propos d’un autre vécu.