14 sénateurs demandent l’interdiction de la chasse-à-courre. Bravo !

Dernièrement, un membre de la famille Rothschild n’a pas hésité à franchir le portillon d’une maison privée dans un quartier pavillonnaire, ce,  pour abattre un pauvre cervidé !
Les gens qui pratiquent la chasse-à-courre sont des privilégiés tels que la ci-devant révolution et sa république avaient prétendu les faire cesser; il y a juste eu un remplacement de l’élite de la noblesse par l’élite du pognon d’affaires. Cette élite est bien pire.
Voilà des gens qui s’arrogent le droit de violer la propriété privée jusque parce qu’ils ont du pognon en trop, tandis que nombre de nos compatriotes n’ont parfois pas de quoi se nourrir correctement. Voilà des gens qui méprisent le peuple autant qu’ils méprisent les animaux.
Cette demande de quatorze sénateurs va dans le sens de ce que veut le peuple et de ce qui est juste pour tous, mais aussi dans le sens du respect de la vie. Bravo à ces quatorze sénateurs pour ce courage !
Comment se fait-il qu’aucun député ne suive ?
Cherchez dans cette liste si votre sénateur fait partie des quatorze courageux, et écrivez à votre sénateur pour qu’il rejoigne à son tour ces quatorze précurseurs. Le règne animal vous remerciera.

http://2012nouvelmorguemondial.over-blog.com/2017/12/traditions-france-14-senateurs-senatrices-veulent-interdire-la-chasse-a-courre-2.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

chasse à courre interdiction

Publicités

Pour tout élève harcelé à l’école.

Il s’avère que dans une grande détresse, pour attirer l’attention sur elle, la jeune Manon a inventé son harcèlement scolaire.

Je modifie donc mon article dans le sens d’un message à tout élève harcelé.

Ces dernières années de nombreux enfants harcelés par des camarades se sont suicidés.
Bonjour, toi que les autres harcèlent, rejettent,
Toi et moi, nous ne nous connaissons pas, mais sache que ce que tu vis, je l’ai vécu en mon temps, et tu vois, je suis toujours là.
Ils ne t’auront pas, et toi, tu en sortiras plus fort encore, mais d’abord, tu dois comprendre que tous ceux qui sont ainsi traités sont en fait des personnes qui ont un grand plus en intelligence, en capacités humaines, et ceux qui se comportent en bourreaux sont des inférieurs du point de vue de leur évolution d’âme.
C’est parce qu’ils sont des inférieurs et qu’ils le sentent qu’ils se mettent en groupe contre la personne qu’ils désignent comme victime.
Un être supérieur se situe dans le face à face, et non pas dans le nombre contre un seul.
Vois donc que ces gens reconnaissent ta supériorité d’âme.
Tu dois donc leur damer le pion.
Ils s’en prennent à nous parce que souvent nous sommes bons élèves, mais en même temps fragilisés par notre histoire personnelle, une apparence. Moi, j’étais malvoyante avec de grosses lunettes, à une époque où une fille se faisait insulter et harceler, et en plus traiter de moche si elle portait des lunettes,. Ce qui n’arrangeait rien, c’est que j’étais pauvre, timide et bonne élève. Les harceleurs agissent en parasitent, et ils se positionnent toujours sur la faille, comme des microbes sur une blessure ouverte, pour tuer l’individu.
Nous ne sommes pas égaux, et ces gens sont des inférieurs en évolution. Nous, toi et moi,, nous sommes ce qu’ils ne peuvent être.
J’en ai bavé dès la primaire, mais le pire fut au collège.
Je n’avais personne à qui confier cela.
Un jour, j’ai découvert ma force : celle que donne l’adrénaline chauffée à blanc.
Nous avions eu un cours de musique, et j’étais devant parce que cela m’intéressait, tandis que les imbéciles chahutaient. C’était en troisième, seule classe mixte où je fus. Certaines filles cherchaient à se faire mousser auprès des mecs. Derrière moi, pendant le cours, il y avait un groupe de quatre de mes tortionnaires, quatre filles, et un garçon était près d’elles, et tous les cinq, y compris le gars se moquaient de moi en disant la (suivi de mon nom de famille).
Je suis sortie très vite du cours et j’ai attendu, cartable en main, et dès que le mec qui était avec les connasses bourgeonnantes sortit, je le saisis par le col de sa chemise, et je le soulevai de terre ainsi, d’une seule et unique main, l’autre tenant mon cartable, et je lui demandai :
-Qu’est-ce qu’elle t’a fait la (suivi de mon nom) ?
Les filles qui me harcelaient depuis au moins deux ans étaient toutes pâles, le mec que j’ai soulevé de terre gigotait comme un pendu, pieds ne touchant plus terre, et les autres garçons de la classe n’en revenaient pas. J’avais une force incroyable, alors que j’étais toute maigre. Tout ce que j’avais accumulé en moi de souffrances par cette injustice terrible d’être seule contre tous, désignée comme proie ressortait en énergie d’une incroyable puissance. J’étais devenue Hercule !
Si j’avais attrapé ainsi l’une des filles, les autres auraient réagi et m’auraient attaquée de façon groupée, mais là, je m’en prenais à un mec qu’elle voyait comme plus fort que les filles, et cela inversait le rapport de forces entre elles et moi.
Le gars devint la risée des autres garçons de la classe.
Quant aux files qui m’avaient si longuement assigné le rôle de victime de service, alors que ne leur avais rien fait, à partir de ce moment, elles eurent peur de moi et me laissèrent tranquille. Deux d’entre elles furent renvoyées avant la fin de l’année, une troisième se retrouva enceinte et quitta le collège. La quatrième se sentit bien seule ! Elle rasait les murs en me voyant.
Il y a trois ans, j’ai retrouvé la trace de celle-ci sur Copains d’avant, alors je lui ai adressé un message tout gentil, vraiment gentil. J’imagine sa honte quand elle a repensé à ses comportements après ce message auquel elle n’a pas répondu, mais le but n’était pas qu’elle me réponde, mais de la ramener au souvenir du mal qu’elle me fit et de la faire réfléchir, sans le lui dire, au sens de ce qui est bien ou mal.
Pour autant, lorsqu’on a reçu ce marquage de victime, de proie seule contre tous, on dirait que cela nous suit. Je l’avais connu avant le collège, à l’école, mais aussi en aériums et institut hélio-marin étant enfant et adolescente. Je l’ai encore connu au lycée, tout en ayant pris la précaution de choisir un lycée lointain où personne ne me connaîtrait. Je l’ai connu ensuite comme adulte, dont sur mon lieu de travail, et je me bats encore contre le résultat de ce mal qui me fut fait.
Je vais citer encore un exemple. Au lycée, je fus harcelée à plusieurs reprises par des imbéciles, mais le pire fut en terminale. Il y avait une fille du commissaire principal de cette grande ville, et cette fille qui ne manquait de rien du point de vue pécunier, sexuellement délurée se droguait. Elle avait pris dans son sillage, une fille d’enseignants. Toutes deux se mettaient juste derrière moi en cours d’italien. Elles commençaient à donner des coups de pied sans cesse dans les pieds en tube de ma chaise, puis elles me tiraient les cheveux.
Un jour, j’ai réagi sans qu’elles aient pu le prévoir.
 Je me suis retournée d’un coup, et j’ai giflé les deux pimbêches devant toute la classe, tout en ayant peur de la réaction de la prof que j’aimais beaucoup.
Silence dans la salle. J’ai dit à ces imbéciles que contrairement à elles, j’étais là pour m’instruire et suivre le cours, que je voulais avoir mon bac pour en pas avoir à travailler à l’usine, mais que si elles, privilégiées de naissance, le cours ne les intéressait pas, si elles ne venaient au lycée que pour se trouver des victimes, donner des coups de pied dans leur chaise en permanence et leur tirer les  cheveux, alors leur place n’était pas au lycée. Je leur ai dit de retourner cuver l’effet de leur drogue chez elles, et de ne plus jamais se mettre derrière moi.
Contrairement à ma peur, la prof a souri en guise d’approbation. Ces filles là avaient fait pleurer notre si gentille prof d’Histoire-géo, alors personne ne les regretta lorsqu’à partir de ce jour, et nous étions peu avant le bac, on ne les revit plus.
Ce sont toujours les âmes les plus avancées qui sont embêtées ainsi, et je te donne la conclusion de toute une vie.
Dans un premier temps, je te conseille de t’inscrire aux cours par correspondance, de travailler ainsi depuis chez toi, sereinement, sans avoir personne pour te harceler le temps de ta construction, et par ailleurs, de prendre des cours d’arts martiaux, plutôt karaté. Je n’ai jamais pris de tels cours, mais j’avais une sorte de « karaté naturel » qui m’a bien servi.
La personne forte dans cette histoire, c’est toi seul face aux harceleurs, pas ces harceleurs qui ne sont rien en dehors de leur groupe de parasites.
Tu es de l’or, et tes harceleurs harceleuses ne sont que de la merde. Voilà pourquoi ils ou elles te jalousent et veulent te faire perdre ton éclat, mais ils ne peuvent changer ta nature, et si ces pestes ne peuvent plus t’atteindre, elles se choisiront une autre victime aussitôt, car faute de pouvoir briller par leur valeur, ces imbéciles se donnent de l’énergie en groupe par le moyen du mal fait à autrui. Rien de valeureux là-dedans !
Tu sais, dans mon milieu de travail, lorsque je suis partie, ensuite les furies se choisirent une autre victime… au sein de leur groupe, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne ! Les crabes dans un panier finissent par s’entredévorer !
Je te conseille donc de choisir une profession à exercer en étant ton propre patron et sans être salariée. Tu peux choisir une profession libérale, comme orthophoniste, psychologue, médecin ou autre, mais soit celui ou celle qui décide, organise, gère, sans compte à rendre à une hiérarchie, ce qui te soumettrait de facto à des alliances néfastes de collègues contre toi.
 Je fus toujours seule dans ce combat des grandes âmes contre les âmes viles.
La force est en toi, et tu es Hercule !

 

Ex franc-maçon du 32ème degré il dénonce le satanisme de la franc-maçonnerie.

Là, on peut dire que c’est un témoignage quasi de l’intérieur puisque le gars était presque au 33ème degré, et puis… mais écoutez plutôt !
Oui, c’est bien le maître du mal qui est derrière la franc-maçonnerie.
Le gars le dit bien : c’est du satanisme qui se masque.
Ce sont ces gens là qui nous gouvernent !
Lui a été sauvé directement par… Jésus !

Un autre franc-maçon qui a trouvé Jésus :

 

Un géant en Afghanistan ?

Ci-dessus, l’image d’illustration montre de vraies haches ayant appartenu à des géants et qui se trouvaient au musée de Bagdad en IRAK.
Dans le courant de l »été 2016, une grande rumeur relative aux géants a embrasé le web. Ce n’est pas la première fois, et ce sujet est sans doute l’un de ceux qui suscite le plus de rumeurs.
Parfois les rumeurs reposent sur de vrais fondements, des éléments probants découverts ou mis en valeur. Je vous laisse vous faire une idée sur celle-ci.
Les faits remonteraient en 2002.
Un soldat des forces spéciales américaines en service à Kandahar aurait été tué par un géant mesurant environ quatre mètres, soit douze pieds.
Au niveau du ministère de la défense, on prétend ne rien savoir de cette affaire :  »      Nous n’avons aucun dossier ou information concernant un membre des forces spéciales qui aurait été tué par un géant à Kandahar. »
Une fiction semble être à l’origine de cette rumeur, faisant suite à une vidéo créée par L.A. Marzulli, un auteur, blogueur et cinéaste déterminé à relier les temps modernes aux créatures bibliques et aux prophéties. Le 13 août 2016, il a posté sur Youtube un épisode de sa série, Watchers, dans laquelle il prétend interviewer un entrepreneur militaire ou un soldat qui a vu le géant de Kandahar tuer un autre soldat avant d’être abattu par des troupes, emporté par un avion de transport et caché loin de la vue du public.
En Afghanistan, des géants fuirent la une des journaux il y a quelques années lorsqu’ils furent démolis par les décérébrés de l’islam : les bouddhas géants de Banian. Cet atout touristique rapportait un peu d’argent à ce pays, et donc un bol d’oxygène aux Afghans, et les musulmans plus stupides encore que les musulmans ordinaires ont à jamais enlevé à ce pays, la possibilité d’en tirer un peu de subsistance.
bouddhas Banian

 

 

 

Lévitation humaine : cas inédits.

Au fil des années, des témoins fiables me relatèrent trois cas de lévitation humaine, et dans deux des cas, c’est la personne ayant lévité qui en témoigna.
Le cas de Marie-Hélène, professeur de Français.
Voici son témoignage.
« Une chose m’est advenue une dizaine de fois au cours de mon existence, et elle n’est pas rationnelle. La première fois, j’avais huit ans à peine, et c’était une journée de fête foraine. Cela s’est produit devant mes parents. Je venais de descendre d’un manège, et j’ai senti une impression étrange. Certes, j’avais un peu le tournis du fait du manège, mais c’était autre chose qui partait du centre de mon corps et sembla en faire ensuite le tour, puis ce fut une sorte de poussée sous mes pieds, et hop, je fus au-dessus du sol, à quelques centimètres seulement, devant mes parents effarés, et j’en redescendis aussitôt.
Cela ne s’est plus jamais reproduit devant témoins. La seconde fois, j’étais collégienne, et j’avais été invitée chez une camarade. Je marchais tranquillement vers son domicile en pleine ville, et soudain, je fus quelques centimètres au-dessus du sol, sans avoir ressenti la même impression que la première fois. Je n’en ai parlé à personne. Cela m’est arrivé encore à plusieurs reprises lorsque j’étais lycéenne, puis étudiante. J’eus encore ce vécu deux fois dans ma vie adulte, et la dernière fois, ce fut le jour de mes quarante-huit ans, plus plus rien depuis dix ans.
Je me suis toujours demandé ce qu’il se passerait si cela m’arrivait en plein cours, devant mes élèves, ou parmi mes collègues.  Je n’ai pas la plus petite explication. Je n’ai jamais pris de drogues pharmaceutiques pouvant générer cela, ni de drogues tout court, et je ne consomme d’alcool qu’avec une grande modération. Ce sont  des choses qu’on ne peut guère confier. »
Le cas de Martin, vingt-neuf ans au moment des faits :
« J’étais à la gare, dans la salle des pas perdus bondée. Je ne venais pas pour prendre le train, mais pour récupérer mon frère qui venait pour le week-end. Son train était annoncé avec un gros retard. Je me dirigeai vers le distributeur de boissons lorsque d’un instant à l’autre mes pieds ne touchèrent plus terre. Je fus soudain à environ cinquante centimètres au-dessus du sol. Curieusement, je n’ai pas paniqué mais ressenti une euphorie qui me fit penser :  » Ben voilà ! Moi qui me trouve trop petit, je suis à présent plus grand que tout le monde. » L’expérience dura quelques secondes à peine, et il semble que personne n’ait vu ce qu’il s’est passé, du moins je l’espère. Cela ne s’est plus jamais reproduit. »
Le troisième témoignage me fut donné par Sylvie; elle en fut juste témoin visuel :
« En voyage en Italie dans les années soixante-dix, je visitais de belles églises, de toutes tailles. Dans une église d’un village de Calabre, dotée de jolis vitraux et d’ornements, je vis au premier rang des bancs, deux religieuses en prière. Je ne sais pas quel était leur ordre, mais elles portaient une sorte de chasuble bleu. L’une des deux s’est levée pour aller saluer le maître-autel dans une petite génuflexion, et là, dans cet état de génuflexion, la nonne s’éleva dans les airs, à hauteur d’environ un mètre. Ce fut spectaculaire. Seules, moi-même, l’amie qui m’accompagnait et la religieuse qui accompagnait la lévitante en furent témoins. La compagne religieuse de la lévitante vint nous demander de faire silence sur ce que nous avions vu. On lit ce genre de récits à propos de saints et de saintes dans la religion catholique; J’en fus témoin. »
Sur le sujet, vous pouvez aussi lire :

http://www.elishean.fr/la-levitation-est-elle-prouvee/

 

 

Esclavage, traite des blanches, orgies sexuelles, pédophilie, homosexualité, trafic et usage d’alcool en Arabie Saoudite.

On sait bien que dans les pays musulmans, tout ce qui est interdit sous peine de mort aux musulmans pauvres est au contraire d’un usage abusif et peu ou prou caché au populo pour les élites, et ça ne changera qu’avec la suppression de l’islam, parce que l’islam est déjà dans le texte de l’hypocrisie !
Un exemple flagrant, énorme et que seuls des peuples consanguins attardés ne savent pas voir dans leur coran, est le fait que dans le coran, le « prophète » demande de tuer les homosexuels en les balançant du haut d’une falaise ou équivalent, mais le même promet bel est bien aux musulmans dits vertueux (le contraire selon nos normes chrétiennes) qu’ils auront de jeunes garçons très beaux  au paradis ! Ce n’est certes pas pour les regarder, mais bien pour en faire un usage homosexuel puisque pour les musulmans, les âmes masculines ont toujours le zizi (pourtant décomposé) et celui-ci est toujours en érection permanente.
Comment voulez-vous alors que l’élite musulmane riche ne s’autorise pas à gogo dès cette terre tout ce qui est promis au paradis musulman ?  Elle en use et abuse sans restriction aucune.
De facto, si ces musulmans riches en profitent autant, c’est sans doute qu’ils ne croient guère à ce qui est dans le coran.
A lire sur ce sujet, les confessions d’une princesse saoudienne :

http://www.wikistrike.com/2017/11/la-princesse-saoudienne-devoile-le-cote-sombre-du-royaume-les-orgies-avec-des-filles-mineures-l-abus-de-drogues-et-d-alcool.html

Boule de feu dans le ciel européen, pédophilie à Hollywood, la fin des temps (vidéo)

Boule de feu :

http://2012nouvelmorguemondial.over-blog.com/2017/11/une-boule-de-feu-brillante-explose-au-dessus-du-nord-de-l-allemagne.elle-a-egalement-ete-observe-dans-les-pays-voisins-que-sont-la-s?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Pédophilie à Hollywood; bien écouter :

http://2012nouvelmorguemondial.over-blog.com/2017/11/temoignage-de-corey-feldman-sur-nbc-news-des-milliers-de-gens-savent-qui-sont-les-pedophiles-a-hollywood-video-media-fr.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

La fin des temps :

https://gloria.tv/video/6tqcpgSZN3fMCh4o3h91FbgEh