Parce que ce monde va très très mal, certaines lectures peuvent vous faire du bien et vous sauveront.

Je vous assure que ces deux romans ne sont pas ordinaires et que par de multiples aspects, ils peuvent aider tout le monde, tous les humains, femmes, hommes, jeunes, moins jeunes ou âgés et de toutes origines.

Tous ceux qui se demandent jusqu’où ira la grande pagaille qu’on nous a instaurée, la violence, les injustices, le grand dérèglement du monde, tous ceux qui voient à quel point l’horloge du monde s’emballe et qui souffrent, tous ceux qui se demandent à quoi encore se raccorder et quel modèle pourrait nous sauver, tous ceux qui ont cru trouver des réponses et qui sont dans le doute, tous ceux qui pensent que s’offrir tel stage couteux va tout changer pour eux, et ceux à qui on offre des lumières qui ne sont que cendres et qui finissent par trébucher.

Je suis l’auteur de cette saga, mais justement, cette histoire n’est pas le moins du monde imaginaire puisqu’elle retrace le vrai vécu de personnages ayant vraiment existé il y a vingt et un siècles, en une époque troublée où ces personnages surent remettre un ordre dans l’instabilité que Rome leur imposa, et s’octroyer une liberté d’être face à ce monde romain impérialiste, monde de l’avoir, monde déshumanisant dont nous voyons à présent l’aboutissement jusqu’à l’effondrement.

Je vous ramène à l’origine du mal et au modèle qui le précéda et que certains tentèrent de faire perdurer là où ils pouvaient encore s’affranchir de la tutelle du monstre qui nous dévore tous à présent.

Ces deux romans vous font installer en vous la liberté, la vraie dimension de la vraie liberté qui s’inscrit au fond de l’âme, et si je m’autorise aujourd’hui à en parler ainsi, c’est qu’Arianrhod est paru il y a dix-huit ans, et qu’en dix-huit ans, j’ai eu beaucoup de retours très positifs de la part des lecteurs. Combien de destins ces deux romans ont-ils déjà changé positivement ? Assez pour que les échos que j’en eus me comblent.

Vous êtes physiquement vivants, mais combien d’entre nous ne sont vivants que physiquement, or c’est l’âme qui doit être vivante et ne pas faillir, et c’est précisément le plus fort enseignement de l’Aigle Arverne et de Arianrhod.

Cette saga s’accorde totalement à une phrase de Jésus :

« Laissez les morts enterrer les morts. »

C’est bien des morts en esprit dont il est question, de ceux qui ne sont vivants que physiquement et qui tombent dans les pièges qui les éteignent davantage, or ces pièges, notre mode de vie et ceux qui gouvernent les alimentent et les renforcent. Impudeur, pornographie, dénaturation, brassage des populations pour que toute identité soit effacée et que tous les humains soient des robots…

Justement, on nous annonce que le QI est en très forte chute ! Tu m’étonnes ! Lorsqu’on nous impose dune part des populations qui estiment que la femme n’est pas même humaine puisqu’elle est traitée en sous individu, qu’il faut tuer les « mécréants » à savoir les autres, surtout chrétiens donc les autochtones, qu’on nous baisse le niveau scolaire et celui des enseignants pour soi-disant « intégrer » ces populations, qu’on nous abêtit avec de la téléréalité nous montrant des échantillons de ces populations importées avec leur vocabulaire réduit à très peu de mots et leur inculture, lorsqu’on nous sert pour modèles à suivre des « stars » formatées dans le culte de satan et de la non vie, qu’on n’enseigne plus du tout notre longue et riche Histoire de France et d’Europe, qu’on nous impose de « l’art conceptuel » qui n’exalte en rien la beauté, l’harmonie et l’intelligence, qu’on remplace notre langue par une langue étrangère, alors oui on fait fortement baisser le QI !

Je n’ai pas grandi à Neuilly avec la cuillère d’argent dans la bouche, mais dans la très grande misère, et il n’y avait pas un seul livre chez nous, dans le taudis sans confort, sans eau sur l’évier, mais avec des trombes d’eau nous tombant dessus à l’intérieur lorsqu’il pleuvait. Grâce à l’école publique j’ai pu avoir accès au moyen d’accéder à la connaissance, mais c’était l’école primaire du temps de De Gaulle, et on nous enseignait l’Histoire, par ordre chronologique, avec des dates clés à apprendre, et on n’allait pas nous chercher l’histoire de menus roitelets tribaux inconnus d’Afrique, si loin de notre Europe. On nous faisait apprendre les tables par cœur, calculer mentalement, sans calculette, on faisait des dictées et des rédactions, des compositions et on était classé, et cela nous incitait à être les meilleurs possible, à apprendre, à faire des efforts. On était punis lorsqu’il le fallait, et la discipline régnait à l’école comme dans nos familles. Dans nos écoles en région ouvrière, il y avait beaucoup d’enfants issus de l’immigration, mais tous se comportaient correctement et apprenaient, y compris ceux venus d’Algérie. Aucun ne la ramenait avec sa « religion » venue d’ailleurs, car c’était la nôtre qui comptait et nous donnait conscience d’être à notre juste place, ici chez nous.

On ne venait pas nous piller, voler, maltraiter, violer, tuer, car l’étranger d’origine qui faisait quoi que ce soit de travers était aussitôt renvoyé d’où il était venu, avec toute sa famille, et c’était la seule chose à faire. On n’avait pas toutes ces prisons ni tous ces délinquants, pas de trafic de drogue. On était heureux lorsqu’enfin on pouvait avoir un appartement HLM, car cela signifiait avec l’eau sur l’évier, uen salle de bains et des toilettes !

On raisonnait à l’endroit, pas à l’envers !

On ne cherchait pas à nous affaiblir en nous culpabilisant pour des choses dont nous ne portons pas la moindre responsabilité !

On ne négociait pas avec les malfaisants, point-barre, mais l’étranger qui venait pour travailler honnêtement et éduquait ses enfants selon nos lois, en les surveillants de jour et de nuit et en se gardant bien de leur passer des messages de haine à l’égard de la population légitime était accepté, et il s’intégrait.

C’est à chacun de nous à présent de devenir fort en lui-même, en elle-même pour réimposer nos règles, nos lois, nos meurs, les bonnes mœurs, la moralité et le socle commun incontournable et fort qui permettent de vivre ensemble.

Ne comptez surtout pas sur les dirigeants; ce sont vos esprits qui doivent grandir et s’affranchir de la corrosion, devenir libres et forts, et je vous assure qu’après tant de satisfécits de la part des lecteurs de ces deux romans celtes, j’ai pris conscience de la force que transmet cette œuvre, or c’est un héritage que je vous lègue tout de suite pour combler ce vide qu’on vous installe et qui vous ronge et par lequel on vous manipule.

On me dit que ces livres sont initiatiques, au bon sens du terme.

Il n’y a aucun gourou là-derrière, justement parce que cette œuvre double vous rend libres, tous et toutes vous qui l’avez lue ou qui la lirez, or, seules les âmes libres seront sauvées et il reste peu de temps.

Ils ont tenté d’empêcher la publication de cette œuvre parce qu’ils savaient quelle arme elle constitue contre l’œuvre du mal qui détruit notre monde, puisqu’elle installe la liberté et la force en vous, et alors, si vous êtes nombreux à lire et relire ces deux livres qui vous renforcent, ils ne peuvent plus rien pour vous réduire à la bestialité, car leur projet c’est de faire de vous du bétail qui sera traité comme on traite les vaches, les moutons qui finissent à l’abattoir.

Oui j’insiste; oui je suis auteur de cette histoire, toutefois non inventée et guidée. Si je n’étais pas l’auteur, j’insisterais de même pour ouvrir vos consciences et vous rendre forts pour vous faire marcher vers un monde plus heureux en vous montrant qu’on peut échapper au piège.

Le travail en votre âme se fait vraiment de façon initiatique au fil de la lecture, et de la relecture. Aujourd’hui, vous pouvez encore vous procurer ces deux livres qui vous aideront et qui peuvent vous faire renforcer le collectif des « éveillés » des âmes libres et fortes, et par le nombre un collectif puissant peut émerger et tout changer, mais pour cela il faut être nombreux à partager cette édification, pour le moment en français, mais bien entendu, il serait bien que cette œuvre soit adaptée et éditée en d’autres langues.

Avant qu’il ne soit trop tard, voyez ici pour vous rendre forts et vous affranchir du troupeau à l’état duquel on nous réduit de plus en plus :

Émerveillement, ressourcement, découverte, apaisement…

Ceci a changé positivement mon existence, et je le conseille à tout le monde !

Vos commandes de livres pour l’été, c’est maintenant et ici.

Par ailleurs, lorsque je vous dis que le QI baisse considérablement, ceux de vos enfants, petits-enfants, les vôtres peut-être :

http://www.lepoint.fr/societe/le-qi-des-francais-en-chute-libre-25-07-2017-2145715_23.php

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/qi-en-forte-baisse-en-europe-la-195394

https://francais.rt.com/international/41323-baisse-vertigineuse-qi-moyen-occident-etudes-sonnette-alarme

Lorsqu’on recrute des profs avec 4 de moyenne, on voit bien ce qu’on veut faire de nous et c’est inacceptable. Lorsqu’on nous impose des millions de personnes qui jurent que la terre est plate et que la femme n’est pas égale de l’homme, qu’il faut la battre la lapider, la marier de force, la bâcher et la violer à partir de neuf ans, alors on nous impose le QI très bas du fait de ces mœurs; de ces populations arriérées et on fait chuter le nôtre.

Il ne doit y avoir chez nous qu’une unique culture, occidentale, que nos mœurs et traditions à ne surtout pas masquer comme on nous oblige à le faire, et le reste n’y a pas sa place.

Publicités

Supercherie Mamoudou : Câble du harnais visible.

gamin balcon sans se tenir
Iici on voit bien que le gamin ne se tient plus par les mains, et ses pieds pendouillent, mais il tient en lévitation ? Non, il est retenu par un câble de harnais ! Le voisin ne peut pas ignorer le câble et le harnais, il les voit et les connait ! Il est donc complice, comme bien entendu Mamoudou, et il faut que la vérité explose, et les vacances ne changeront rien à cette nécessité. Déjà sur cette image, même moi qui suis physiquement malvoyante, je vois le câble qui passe par-dessus la rambarde, y laisse une tache plus claire (à gauche du cou du garçonnet) et se fixe sous les vêtements du gamin objet de mauvais traitements criminels. L’entrejambe du pantalon est remonté, et on voit à l’entrejambe une sorte de sangle foncée.
Le câble du harnais est nettement visible dans sa partie qui le raccorde plus haut. Le voisin qui « tente de retenir » l’enfant -nous dit-on, voit donc forcément le câble, donc il est complice de cette supercherie, très grave et de toute façon criminelle envers cet enfant.
Voyez ici ce câble du harnais en foncé sur la vidéo qui a été mise en négatif par un internaute dont vous verrez la démonstration ci-après. Voyez ce truc sombre qui pendouille qui passe sous le bras du gamin ! Est-ce que le président Macron peut continuer à encenser Mamoudou Gossama, au risque de passer pour complice et ou organisateur du faux sauvetage, vraie utilisation criminelle d’un gamin, ou au contraire, ne doit-il pas pour sauver son mandat et sa place, lui retirer ce qu’il a donné sans réfléchir au faux sauveteur et ordonner l’enquête, puisqu’au vu des preuves, le faux sauveteur et tous ses complices seraient mis en examen et incarcérés aussitôt pour empêcher leur fuite ? Ce dernier choix est l’unique porte de sortie honorable de cette escroquerie au peuple et à l’opinion de Macron. Jupiter a peut-être tort de croire en la toute puissance de son égo et de ses supports, et pire encore de ses conseillers qui le mettent dans cette situation d’être accusé de haute trahison devant un tribunal du peuple.
Je souhaite à notre  jeune président de montrer son intelligence et de dénoncer la supercherie, parce que le feu qui a été ici allumé ne vas pas retomber. S’il veut poursuivre son mandat, il doit donc se désolidariser et ordonner l’enquête sans concession et déjà demander à la justice de réprimer sans attendre le fait qu’un enfant ait été utilisé à des fins de tromperie et maltraité; la justice doit donc aussitôt faire incarcérer Mamoudou et ses proches, le voisin, tous complices, afin que nul ne fuit à l’étranger. Cela ferait remonter la cote de confiance du président Macron.
Si j’étais l’un des conseillers du président, je lui présenterais son intérêt d’homme d’Etat de conserver une marge de crédibilité auprès de l’opinion et de la faire remonter en dénonçant a supercherie et en ordonnant l’enquête, or en majorité aujourd’hui, l’opinion ebnse que cette affaire est un faux sauvetage organisé, et en grande majorité, l’opinion analyse les images et dénoncent ces anomalies, suit ce que disent les scientifiques qui démontrent tous l’impossibilité d’une chute d’un étage supérieur et mêle du quatrième !
Si j’étais les pompiers de Paris, je refuserais devant ces preuves indéniables de prendre Mamoudou Gossama dans le corps des pompiers de Paris, uen entité qui n’a rien à se faire imposer par le président.
Si j’étais l’un des candidats à la sélection pour devenir pompier professionnel de Paris, j’entammerais uen action en justice pour passe-droit, favoritisme accordé à un étranger, et ce serait une action gagnante de toute façon.
Si j’étais ce candidat présent ou passé, je déposerais un référé pouyrgeler toute incorporation de Mmadou Gossama.
Si j’étais l’un des candisats ayant passé les épreuves et n’ayant pas été reçu, je déposerai aussi ce référé et une action en justice.
Si j’étais un vrai bon avocat, je prendrais fait et cause pour la dénonciation de la supercherie et de ce qui en découle.
Si j’étais patron de presse, je me dirais qu’il y a désormais tout intérêt pour faire vendre, à suivre les preuves apportées par l’opinion de bon sens, et à inverser la vapeur, à publier les photos et à poser les bonnes questions.
Si j’étais Mamoudou Gossama et sa clique, je ne resterais pas un instant de plus en Europe ou alors je dénoncerais toute la vérité pour tenter de me faire en partie pardonner et pour ne pas nuire à certains proches. Pour se faire, sans prévenir mes proches, je demanderais à être reçu par uen télévision francophone et je partirais sans pévenir mes prioches (Belgique, Luxembourg, Suisse, Monaco), et là j’avouerai toute a supercherie et je ferais voir la supercherie sur la vidéo sur cette chaîne télévision non française; le retour de l’information se fera.
Cela peut aussi se faire auprès d’un média autre comme une vidéo Youtube.
Évidemment cela demande le vrai courage, celui du coeur, de l’âme, de la conscience. Pour le moment, on le voit à son attitude lorsque son frère parle pour lui et annonce qu’il ne donnera plus d’interview, sous faux prétexte, sa conscience le titille du fait que la supercherie est dévoilée; qu’il ait enfin l’intelligence de s’affranchir de « son frère » et de dévoiler toute la vérité sans rien en oublier, et là tout le monde trouvera qu’il a enfin été honnête et courageux.
Cette histoire ne tient pas du tout !
Si le président s(obstine à donner crédit àau falsificateur donc criminel qu’il honora comme un grand sauveteur, alors, ce présid
; c’est flagrant ! On est bien sur les vidéos qui furent prises. Forcément pour le moment, la question surgit d’un faux sauvetage organisé à des fins invasives et destructrices de notre substrat humain, avec des complicités proches du pouvoir. Macron ne pet s’en dédouaner, ce que je lui souhaite, qu’en condamnant la supercherie mise n évidence par l’opinion.
Cable harnais Mamoudou
Voyez la vidéo telle que cet internaute la présente et nous remercions pour ces preuves supplémentaire de la supercherie, qui est soit le fait d’un seul groupe de personnes qui doivent recevoir toutes les sanctions de la justice, soit une affaire d’Etat, de haute trahison de notre peuple impliquant les gouvernants.
La conclusion dépend de la dénonciation ou non de la supercherie par le pouvoir. Pour le moment, ce n’est pas favorable aux gouvernants.
Voyez et écoutez la démonstration :
La supercherie ne prend décidément pas, et ne dit-on pas : « C’est au pied u mur qu’on voit le maçon ? » :

 

 

Merci ! Enchantement.

Merci encore pour les deux messages suivants :

Nolwen :

Je me permets de rebondir sur les témoignages de plusieurs de vos lecteurs sur les deux romans celtes. Merveilleux, un vrai enchantement au point qu’on ne peut se détacher des personnages et de leur histoire… On relit forcément, et il faut dire que c’est de a très belle écriture, un style incomparable qui permet de faire vivre les personnages et nous attire dans leur monde qui devient le nôtre. Personne n’a su faire revivre comme vous, nos ancêtres celtes. Merci depuis Quimperlé.

Alain et sa fille Jade-Marie, 17 ans écrivent depuis Charleroi en Belgique :

Vous nous emportez dans un magnifique voyage à travers le temps, dans la vérité de nos ancêtres celtes, de cette civilisation équilibrée, au sein d’une société où chacun avait sa juste place, où la femme était égale de l’homme et où régnait la seule vraie démocratie qui puisse être, directe et sans délégation. Tout sonne vrai, vécu et la façon de nous servir cette extraordinaire épopée décuple le plaisir du lecteur et favorise son immersion totale le temps de la lecture et plus, puisqu’il en reste ensuite une empreinte, et ce, pour notre plus grand bien. Forcément, ma fille comme moi, nous relisons, si bien que nous avons chacun notre exemplaire. Comme nous aimerions le retour dans une telle civilisation centrée sur l’Être, l’essentiel !

Émerveillement, ressourcement, découverte, apaisement…

L’arbre ancêtre : passage extrait du roman celte : L’Aigle Arverne.

Croix celtique druidique et réincarnation chez les Celtes.

La feuille de chêne. Poème bardique de Marie Roca.

Voici des brindilles. Poésie bardique pour les feux de la Saint-Jean.

Soleil : poème bardique pour le solstice d’été.

Au bord du ruisseau. Poème bardique.

La poésie bardique : exemple : Lutin.

J’ai sauvé une femme en plein Paris, au péril de ma vie : pas de récompense, or, née Française je n’ai pas de revenu.

Il y a quelques années je me trouvais à Paris dans le quinzième arrondissement en fin d’après-midi, en heure de pointe, sur un grand boulevard. Soudain, une jene femme voilée désespérée sort en trombe d’une voiture conduite par un homme barbu, et court se précipiter sous les voitures au moment où le feu vient de repasser au vert et où les véhicules s’élancent. Je suis handicapée, et je risque ma vie, mais je me rue devant les voitures, je saisis la femme par son voile et je la tire en arrière avec force pour la ramener en lieu sûr. Je la serre très fort, et je lui parle doucement. Elle veut en finir avec la vie, car -dit-elle – son fiancé à profité de son internement en psychiatrie pour la quitter, et elle vient de sortir d’internement, et d’apprendre au téléphone portable que le fiancé la quittait. A plusieurs reprises, elle tente de se jeter de nouveau sous les roues des véhicules, mais je la maintiens avec force, seule alors que plein de badauds regardent la scène, et je lui parle avec douceur. Enfin, le barbu, son frère arrive et je lui remets sa sœur pour qu’il la prenne en charge.
J’ai fait cela sans considération de race, de religion, mais parce qu’un humain, ici une jeune femme était en grand danger. Agir ainsi était encore plus difficile pour une personne handicapée physique que pour une personne intégralement valide. J’ai risqué ma vie en m’élançant au moment ou les voitures redémarraient.
Ai-je été filmée ? Non. Ai-je eu un article dans les journaux ? Rien.
Ai-je eu une récompense du chef de l’Etat, comme par exemple me rendre tout ce qui me fut volé par l’Etat lorsque étant fonctionnaire, je fus radiée des cadres juste pour avoir fait reconnaître une partie de mon handicap ? Non. RIEN.
Aujourd’hui, je n’ai toujours aucun revenu personnel, ni pension de retraite, ni d’invalidité, ni d’allocations.
Je suis la plus grande des sans aucun droit de mon pays ancestral : la France.
Je constate qu’un sans-papiers, donc clandestin, donc à ce titre délinquant et devant répondre de cette délinquance, qui figure dans ce qui semble n’être qu’un simulacre de sauvetage, se voit ouvrir toutes les portes, et qu’on lui donne tout.
Je vous laisse comparer le rien de ma situation et de mon mérite au tout de la sienne.
Puisque j’ai sauvé une musulmane, après tout, le roi d’Arabie saoudite devrait me donner des subsides, ce qui ferait un équivalent de tout ce qu’on donne à un étranger musulman en situation irrégulière chez nous pour un sauvetage qui ressemble à une mise en scène, tant les invraisemblances sont évidentes.
Non seulement il y a deux poids deux mesures, mais encore, la discrimination n’est pas là où on la désigne habituellement.
La solidarité envers moi ? Rien, et ce, depuis toujours.
Quelque part, sans doute encore en région parisienne, une jeune femme se souvient peut-être qu’une femme aux cheveux longs et portant un imperméable blanc lui sauva la vie sur le boulevard Félix Faure dans le quinzième, un jour de grand soleil. J’espère qu’elle est heureuse.

Démonstration de possible supercherie de sauvetage d’un gamin par un Malien.

 

A lire, à relire, écouter, voir sur toutes sortes de sujets.

Actualité et avenir. Ce ne sera pas ce que des gens venus en trop grand nombre en parfaite connaissance de ce qu’ils nous font d’abord par leur nombre et ensuite par leur opposition culturelle à notre culture veulent en faire, mais ce qui est  prédit dans les textes chrétiens. Des données montrent un changement. La cohérence commence à ré émerger.
Lorsque j’ai vu la photo d’abord en noir et blanc, j’ai eu l’impression de voir une photo des résistants lors de la seconde guerre mondiale, puis j’ai vu qu’il n’y a pas d’armes et que le véhicule est moderne, et enfin j’ai vu la photo en couleurs. Leur action a porté ses fruits et pointé le doigt vers un énorme problème qu’enfin les autorités ont vu.
Lisez, car cela montre un renversement de vapeur en train de se produire.
http://www.les-identitaires.com/2018/04/en-premiere-ligne-toujours/
Là, c’est de l’actualité et se profile un avenir d’abord pas rose, ensuite…
Sur d’autres sujets, mais on peut y voir un lien, voici de quoi relire :
Ceux qui ne croient pas à l’existence Satan et à notre devoir sacré de lui résister ont tort; il me persécuta avant même ma naissance et à un point qu’on n’imagine pas. Ce n’est pas sans raison qu’il en fut ainsi. Une âme a une vieille identité, et le mal redoute certaines d’entre elles du fait de leur force. Imaginez cela : dix tentatives de me tuer ou de porter fortement atteinte à mon intégrité physique avant l’âge de cinq ans, et le reste, je vous l’assure fut du même acabit, mais j’ai résisté.
10 tentatives de me tuer ou atteintes à mon intégralité physique avant l’âge de cinq ans : Je suis la preuve que la lutte du bien contre le mal existe.
Oui; des âmes sont choisies pour montrer la voie de la résistance au mal en une époque qui a perdu les vraies valeurs, la cohésion, la cohérence, les valeurs morales,  le bon sens même, une période de déséquilibre et de destruction. La notion même de charité est dévoyée et les donneurs de leçons sont ceux qui font le mal et y contribuent. Cette période s’achève pourtant.  Nous pouvons tous changer les choses, tous à condition d’être en cohérence avec l’équilibre. Le service de la soupe de tout le monde ne peut pas et ne doit pas se situer ni en France, ni en Europe, ni en occident, et chacun doit selon sa lignée améliorer les choses sur le territoire dévolu à sa lignée depuis des temps immémoriaux. C’est un devoir sacré, et fuir le devoir sacré de lignage est se mettre en faute envers celui qui nous créa et qui a choisi de placer les humains de telle manière, et non pas de les mixer comme bon semble à chacun et d’abord à ceux qui dirigent le monde et pourrissent ce qui allait bien, mais à quelles fins ? Lorsqu’une jeune fille est violée et étranglée dans un parc strasbourgeois par un Soudanais en demande d’asile (oui) alors, on voit que tout ce qui rentre n’est pas bon, au contraire. De tels faits sont hélas trop fréquents !
Quel remerciement nous font ces gens !
https://www.madame.suavelos.eu/strasbourg-un-soudanais-poursuit-et-etrangle-une-jeune-femme-jusqua-la-perte-de-connaissance-pour-la-violer-elle-est-sauvee-in-extremis-par-un-temoin/
Dans la même veine des personnages venus en nombre pour nous nuire :
https://www.madame.suavelos.eu/jawad-menace-de-mort-son-ex-compagne-de-toute-facon-jai-des-filles-bien-mieux-quelle-maintenant-je-suis-une-star-jai-couche-avec-17-filles-depuis-ma-liberation/
Il en fut ainsi il y a dix ou vingt ans, trente ans déjà, mais plus les éléments sont mauvais dans une société, plus l’ensemble pourrit…  Si on fait cette erreur, tout se dégrade pour tout le monde, on fait disparaître les populations hôtes qui sont submergées, comme actuellement, et au final, personne n’en sort gagnant.  L’humanité se perd à partir de là.
A écouter, et c’est un Camerounais qui parle :
http://www.les-identitaires.com/2018/04/en-premiere-ligne-toujours/
Hélas ! Pourquoi faut-il que les africains de cette intelligence et de cette bonne compréhension soient si rares ? Ils ne défendent pas ce qu’ils ont, et ils ont les territoires les plus riches du monde (mines d’à peu près tout et richesse agricole possible), et ils viennent piller ailleurs à ceux qui ont su développer leur territoire…
Tout se perd alors pour nous qui disparaissons sous le nombre et sous la façon d’agir de ce nombre, mais aussi pour eux qui ne feront pas mieux ici que ce qu’ils firent sur leurs territoires bien plus riches, ce,  du fait d’une mentalité à presque totalement changer.
Quelqu’un est venu nous guider et nous avertir en même temps, il y a vingt et un siècles, et des preuves attestent à présent du fait que sa nature dépassait de loin la nature humaine :
L’étonnant sang de Jésus…
Enfin, cette incroyable relique d’un christ en miniature, crucifié et couronné d’épines, comme si le christ s’était incarné dans diverses dimensions et avait partout subi un sort identique :
Un vrai Christ gnome ! Incroyable découverte !
Un indien avait vu juste, Seattle, chef indien qui dit en 1854 à l’endroit des blancs, européens donc : Contaminez votre lit, et vous suffoquerez une nuit dans vos propres détritus. « 
La prophétie voit son accomplissement, car dans notre lit, notre berceau, qu’avons-nous mis qui ne devrait pas s’y trouver ?

Sur les paroles de sagesse des chefs amérindiens :

couvertureSagesParoles-des-chefs-in
A commander chez : editionorpubli@gmx.fr

20 €plus 5 € de frais de port.

Très beau livre sur papier de très haute qualité. A offrir à toutes et tous pour la fête des mères et pour la fête des pères.A s’offrir à soi aussi. Tout le monde apprécie ces paroles des grands chefs amérindiens, paroles d’une grande sagesse.

 

Instant de grâce !

L’état du monde est catastrophique. La France ne ressemble plus à ce qu’elle était avant 1981. En 1991, j’étais en pleine détresse à cause de ce qu’il me fut fait dans mon milieu de travail, une atroce injustice qui me prive de tout revenu depuis. J’étais encore bien jeune, mais j’en avais tellement bavé, tout le temps…
Dans la nuit, dans une grande lumière j’ai reçu la visite de Jésus, et aucune erreur n’était possible…
Ma démarche est libre. Je me réfère à la parole de Jésus.
Cette nuit du 20 avril 2018, étant devant mon ordinateur, j’ai d’abord prié, puis devant l’état terrible du monde et me souvenant que Jésus avait demandé que dans cette période de fin des temps, nous chrétiens persécutés nous tenions bon et que nous le gardions jusqu’au bout, spontanément, j’ai dit à Jésus que plus que jamais il est dans mon cœur et guide mon âme, et que je suis son conseil.
Aussitôt, toute cette pièce (10 m2) s’est emplie intensément du parfum d’encens d’église, celui qu’on peut sentir das une cathédrale pour la messe de minuit.
Ce fut vraiment incroyablement intense, et ce parfum resta cinq minutes environ. Ce fut un vrai instant de grâce et de communion avec celui qui vint pour nous, pour toute l’humanité, mais certains furent dévoyés et captés par celui qui demande de tuer.
Ceci s’est passé alors que le jour du vendredi, jour accaparé par le mal et ceux qui suivent sa perdition était commencé, vers une heure du matin.
Cela aussi est un signe sans doute.

Kidnappé par le yéti !

Yéti2
yéti 3

yéti4

En 1930, le docteur Hin-Chen, éminent professeur d’histoire humaine à l’Université d’Oulan-Bator était en expédition sur les contreforts de l’Himalaya; il était assisté de deux porteurs sherpas, et des yaks portaient le maximum des charges. Il fallait du courage pour braver le froid intense qui sévit dans cette contrée, mais l’une des missions que s’était assignée le chercheur était justement d’étudier la résistance au froid, et la possibilité de survie en haute altitude..
La veille, le chercheur et ses sherpas avaient été intrigués par d’énormes traces de pas qui n’étaient pas semblables aux traces des animaux connus, mais qui montraient la présence d’orteils ressemblant à ceux des humains. Les trois hommes et leurs animaux de charge avaient décidé de suivre ces traces qui les intriguaient. Avant la tombée de la nuit, le scientifique mongol ordonna l’édification du camp à l’abri d’un escarpement rocheux, situation protégeant un peu des intempéries, mais surtout du risque avalancheux. Un feu de bouses séchées de yaks leur permit de réchauffer l’eau pour un thé, puis de s’endormir, emmitouflés dans des vêtements de fourrure. Tandis qu’il dormait ou somnolait, le scientifique fut  soulevé et emporté, puis à un moment, on le déposa sur un sol dur. Ouvrant les yeux, une semi obscurité finit par lui montrer l’évidence qu’il se trouvait dans une caverne, mais effroi, il n’était pas seul ! Deux grands êtres velus étaient là devant lui. Ils mesuraient bine plus de deux mètres et l’un semblait femelle du fait de sa poitrine. Les deux êtres d’apparence globale humanoïde le fixaient intensément et semblaient l’observer exactement comme lui, scientifique aurait observé un singe. Usant d’un langage composé de sons rauques, le couple humanoïde échangeait des propos à son sujet. Le scientifique ne fut pas en reste pour détailler quant à lui ces êtres qui correspondaient en tous points aux descriptions qu’en faisaient les populations locales. A l’exception de leur visage, de longs poils roux recouvraient leur corps. Le savant était terrorisé. Son fusil était resté au campement, et il se trouvait en fait isolé du monde extérieur par une crevasse de quatre mètres de large que les yétis franchissaient d’un bond. Cela signifiait que le Yéti qui l’avait apporté ici avait pour ce faire sauté par-dessus cet abîme ! Le savant transpirait de peur à cette seule évocation, mais aussi parce que son retour au monde des hommes ne dépendrait que du bon vouloir de ses hôtes forcés, si tant est que la fantaisie ne leur prennent d’en faire leur nourriture. Il se rassura pourtant en voyant que le couple ne le brusquait pas, et donc n’avait sans doute pas l’intention de lui nuire. Il évita tout geste brusque. Toutefois, à un moment, le professeur tira sa montre pour regarder l’heure, et la vue de l’objet suscité chez l’un des yéti une sorte de délire joyeux, lorsque le tic-tac de la fonction chronomètre de cette montre à gousset se fit entendre. Les deux yétis se mirent à bavarder entre eux, toujours avec leur langage rauque et inconnu, et ils se mirent à préparer trois grosses boulettes comportant des lichens auxquels ils mélangèrent des morceaux de salpêtre détachés des parois rocheuses, le tout ramolli à l’eau glacée qui suintait des parois. Avec un petit cri, le yéti le plus grand, le mâle sans doute remit l’une des boulettes à son captif. Le savant goûta et trouva à ce repas de yéti, un goût d’algues saumâtres.
Hin-Chen nota que le pouce de l’homme des neiges, s’opposait aux autres doigts tandis que le gros orteil n’avait pas la même particularité, ce qui déterminait des caractéristiques humaines qu’aucun singe ne partage. caractéristiques humaines. Il s’agissait donc d’une espèce proche de l’espèce humaine. En consultant de nouveau sa montre, le chercheur réalisa qu’il se trouvait depuis six heures en compagnie des yétis., dans cette grotte isolée de l’extérieur par une large crevasse qu’il ne lui était pas possible de franchir. Allait-il disparaître ainsi de son propre monde et mourir ainsi prisonnier des yétis ?
A l’instant même où ses réflexions sordides lui traversaient l’esprit, un évènement encore plus inimaginable que les autres se produit. La femme s’étant approchée, lui manifesta un intérêt de l’ordre de celui qu’une femme peut éprouver pour un homme dont elle est amoureuse, ou dont elle attend une satisfaction sexuelle.
Ce manège de la femelle fit réagir le mâle qui empoigna soudain le scientifique, le chargea sur son épaule, et d’un bond puissant franchit la crevasse, puis en larges foulées le ramena près du campement. Le scientifique estima que plusieurs kilomètres séparait le camp de la grotte. Le yéti disparut très vite.
Ce rapt par un yéti est attesté, et la victime en fut en 1930, le recteur de la faculté de Géographie humaine d’Oulan-Bator, capitale de la Mongolie extérieure. Le professeur Hin-Chen a lui-même narré son aventure. A proximité du lieu de l’enlèvement, les sherpas avaient relevé les traces du yéti.
Ceci est d’ordre à attester de l’existence réelle des HSV, Hommes Sauvages Velus, dont le Yéti est l’une des souches :  Mai 2001 :  analyse de l’ADN d’une touffe de cheveux recueillie dans un arbre au Bhoutan . Bryan Sykes, Professeur de Génétique Humaine à l’Institut d’Oxford de Médecine Moléculaire, un des experts principaux mondiaux dans l’analyse d’ADN, qui a examiné ces cheveux ou poils , a déclaré « Nous y avons trouvé de l’ADN, mais nous n’avons pas pu déterminer son origine. Cela n’est pas un homme, pas un ours ni autre chose et nous n’ avons jusqu’ici pas été capables de l’identifier. Cela est un mystère auquel nous n’aurions jamais pensé. Nous n’avons jamais rencontré cet ADN inconnu. »
Dire qu’on nous bassine encore et toujours avec l’ineptie de la théorie de l’évolution et d’une origine unique de notre humanité venant intégralement d’Afrique ! Là, on peut dire que cet acharnement à vouloir nier les évidences pour détruire certaines parts de l’actuelle diversité humaine est simiesque ! Des milliers de scientifiques de haut niveau réfutent du reste la théorie de l’évolution et ont signé des pétitions, mais les gouvernants eux, en usent et en abusent, mais à qui cela profite-t’il donc ?

Yéti 6

Un livre sur les sujets des Hommes Sauvages Velus, des géants, sirènes, gnomes, etc…
Nombreuses photos et documents.
18 €
5 € de frais de port
On peut se le procurer en librairie, sur commande, ou en contacter l’éditeur à ce mail  :

editionorpubli@gmx.fr

scanimpressioncouvertureautreshumaniteacutes_zps0dcc8c29

Sur les Hommes Sauvages Velus, lire aussi :

Connaissez-vous le yowie ?

Le lourd secret de Serephine…

Bigfoot sur tous les continents : 3 : rencontre au Québec.

Géant ou Bigfoot ? Découverte au large de Taïwan.

Amitié entre un Bigfoot et un amérindien.

Face à Bigfoot en 1982 en Angleterre.

Une femme russe kidnappée par un Alma, bigfoot russe.

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements, rencontres : Deuxième partie.

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements : première partie.

Rencontre avec un Bigfoot..