Génocide des veuves françaises par suppression des pensions de réversion : stop au crime contre l’humanité en France : pétition à signer et faire signer par millions de signatures partout dans le monde entier.

Pour ceux qui sont déjà avisés par mon précédent article, voici tout de suite le lien vers la pétition qui vient de commencer, alors allez-y, et activez-vous pour que cette pétition ait vite des millions de signatures et cela concerne bien le monde entier puisque nous sommes laboratoire de Satan depuis 1789 !

Hitler avait commencé à génocider une autre catégorie de population.

Macron et ses potes à commencer par Attali prennent-ils la relève de Hitler lui-même ? La France deviendrait donc un gigantesque camp d’extermination des autochtones, à commencer par les femmes âgées, parfois pas plus de la cinquantaine, veuves !

La France donne notre argent aux africains, à la fois en Afrique et ici, mais elle veut nous faire mourir de faim pour de vrai afin de voler notre argent pour le leur donner ?

A signer et faire signer d’urgence, sans relâche, massivement et dans tous les pays du monde, ici , ce en espérant qu’en Afrique, des personnes intelligentes empêcheront les africains de quitter leur continent très riche, et les feront revenir chez eux, car ce faisant, ils nous tuent, et ils en répondront devant DIEU.:

https://www.mesopinions.com/petition/social/contre-suppression-pension-reversion/44560

Pour ceux qui ne sont pas encore au courant, voici l’article à lire :

Macron veut-il donc la mise à mort des veuves ?

 

Publicités

Les surprises de l’Histoire !

L’Histoire de France est vaste, parfois « magique », et certains sujets furent peu abordés.
A partir de Charlemagne et jusque vers la fin du règne de Louis quatorze, une population fut discriminée en France.
Cette population n’avait pratiquement aucun des droits des sujets du roi. Beaucoup d’interdits et d’obligations les frappaient.
Ainsi, ces gens n’avaient pas le droit de vivre ne ville, ou dans les villages.
Ils vivaient dans des hameaux sous juridiction de l’Eglise, en général sur territoires d’une abbaye.
Ils n’avaient pas le droit de s’abreuver aux fontaines publiques.
Ils n’avaient pas le droit de toucher la nourriture dans les commerces ou sur les marchés.
Ils n’avaient bien entendu pas le droit de toucher un sujet ordinaire.
Ils étaient considérés comme une sous-humanité, voire comme autre chose qu’une humanité.
Ils étaient chrétiens, mais on les baptisaient de nuit. Dans l’église on les faisait entrer par une porte latérale souvent basse, et ils avaient à l’extérieur, leur bénitier réservé pour ne pas toucher l’eau des autres paroissiens.
Ils avaient leur place de côté dans l’église, et souvent avec un marquage au sol de l’insigne à patte d’oie jaune et rouge qu’ils portaient cousu sur l’épaule de leur vêtement obligatoire, une sorte de burka intégrale, noire, qui ne laissait voir ni leu visage ni leurs mains. Il leur était interdit de montrer quoi que ce fût de leur visage ou de leur corps. De ce fait, toutes sortes de descriptions étranges étaient faîtes de ces gens… par ceux qui ne les avaient pas vus !
Ils n’avaient pas le droit d’épouser un sujet du roi, et devaient donc se marier entre eux uniquement.
Le fait est que des repris de justice trouvèrent pratique de se cacher chez eux plutôt que d’être pendus, et il leur arriva de recueillir des enfants perdus ou abandonnés, et ainsi, si cette population avait au départ des caractéristiques différentes, au fil du temps, elles s’estompèrent.
Il fallait sept témoignages de ces gens discriminés pour contrer un seul témoignage de sujet ordinaire; autant dire qu’ils avaient toujours tort.
Le seul métier qui leur était autorisé fut celui de charpentier, et ils furent charpentiers habiles, et attitrés de l’Eglise et aussi des bâtiments militaires.
Au fil du temps, on les autorisa à pratiquer tous les métiers du bois.
Ils n’avaient pas de nom de famille, sauf dans le sud-ouest pour la raison suivante :
Le métiers étaient régis par les corporations, mais ces charpentiers non ordinaires ne pouvaient s’y inscrire. Toutefois, dans le Sud-ouest, personne ne voulut plus parmi les sujet ordinaires, exercer le métier de charpentier, devenu péjoratif du fait que ces parias exerçaient ce métier. Toutes les commandes de charpentes, y compris civiles échurent donc à ces parias, ces intouchables au vrai sens du terme.
Ayant tous les travaux de charpente, dans cette région ces parias s’enrichirent, achetèrent des biens qu’ils n’avaient pas le droit d’habiter, mais qu’ils pouvaient donner à louer via un notaire. Pour enregistrer les droits, il leur fallait un nom, et par conséquent, ils bravèrent l’interdit pour eux d’avoir un nom, et on connait donc dans cette région, les lignées de ces intouchables.
Avant de donner leur nom, je veux expliquer que c’est pour la seule raison de l’enrichissement de ces intouchables dans le sud-ouest, qu’on retint plus tard l’idée totalement fausse, que ces intouchables n’étaient que dans le sud-ouest ce qui est totalement faux ! Ils étaient presque partout en France, mais aussi en d’autres pays européens.
J’ai connu certains de leurs descendants, en mon enfance en région lyonnaise.
Leur nom ?
Les cagots.
Vous voulez en savoir plus ?
couvertureLe-Captif-de-Sone
Alors, vous pouvez lire un roman très documenté, avec des annexes historiques qui vous en diront bien plus, et en particulier sur les raisons vraisemblables du traitement discriminatoire de cette population, durant huit siècles !
Je n’ai pas attendu qu’on veuille bien parler du sujet sur les ondes, puisque ce roman, fruit de travaux antérieurs fut édité en 2005, il y a treize années.
Un jeune cagot refuse la fatalité de sa condition, ne veut pas vivre voilé, veut choisir sa destinée, et lorsqu’il tombe amoureux d’une jeune bourgeoise lyonnaise, il se met en très grand danger… Quelle sera l’issue de ce drame ?
Vous pouvez commander le titre : Le Captif de Saône de Marie Roca, directement à l’éditeur, à l’adresse mail suivante :

editionorpubli@gmx.fr

20 € hors frais de port (se renseigner).

 

Macron veut-il donc la mise à mort des veuves ?

Illustration : Inde, cette femme veuve va se jeter dans le bûcher funéraire de son époux !

Macron veut aussi la mort des veuves en leur supprimant les pensions de réversion, donc en les empêchant de survivre, de se nourrir !

Il faut au contraire porter de 54% (honte absolue) à, 80%, immédiatement lesdites pensions !

Soyons solidaires envers les nôtres, point-barre, parce que de l’argent on en donne partout et à n’importe qui qui vient de n’importe où et c’est notre argent.
Macron discrimine donc le genre féminin, puisque ce sont surtout les femmes qui perçoivent les pensions de réversion.

Il n’y a pas si longtemps, encore dans les années soixante, en Inde, les femmes veuves se jetaient sur le bûcher funéraire de leur époux et étaient ainsi brûlées vives. Ainsi, on considérait qu’elles ne représenteraient pas une charge pour les enfants ou la société !

A l’inverse, l’homme veuf se gardait bien de se jeter sur le bûcher de sa fidèle épouse !

Dire que certains vont chercher la sagesse en Inde, mais on voit que le patriarcat y a là encore laissé la terrible empreinte de la cruauté envers les femmes.

En Turquie ottomane, les femmes du harem qui prenaient de l’âge étaient enfermées dans des sacs cousus et noyées dans le Bosphore !

Les femmes des harems des empereurs de Chine connaissaient un sort similaire lorsqu’elles vieillissaient, ou encore lorsque le nouvel empereur ne les trouvait pas à son goût…

En France, en 2018, sans doute bien conseillé par le monstre Attali qui a écrit qu’après soixante-cinq ans, les gens non riches devraient être euthanasiés, comme dans le film « Soleil vert », nous a annoncé ou fait annoncer la fin des pensions de réversion , ce qui veut dire l’obligation pour des veuves de se suicider ou de mourir de faim au moment de leur veuvage !

Autrement dit, les femmes veuves qui ont par choix ou obligation bel et bien travaillé mais sans être payées dans leurs foyers respectifs, qui ont pris le temps de dorloter, éduquer et accompagner leurs enfants au lieu de les confier à d’autres, qui ont fait les repas, le ménage, les lessives et l’entretien de leur foyer, ou qui par la voie de malchance ont perdu travail et espoir d’en retrouver un, ce qui fut mon cas (exclue et radiée des cadres pour avoir fait partiellement officialiser mon handicap) seraient à la mort de leur époux ayant cotisé toute une vie de dur labeur,  privées de tout revenu et condamnées de ce fait à mourir de faim ou à se suicider.

Là, je suis dans la déduction logique !

Où est la ligue des droits de l’Homme dans cette annonce ? Est-ce que les femmes n’appartiennent pas au genre humain ? Est-ce que les femmes françaises ne relèvent plus du droit humain de vivre une longue vie si la nature en a décidé ainsi ?

Cette annonce est une extermination annoncée des femmes veuves, qui peuvent ne pas être extrêmement âgées d’ailleurs, holocauste sexiste discriminatoire annoncé contre la moitié du genre humain, et comme d’habitude depuis la révolution satanique française, Satan expérimente dans son premier laboratoire : la France… ce qu’il en reste…

On m’a volé mon statut dans la fonction publique, statut acquis par mes efforts, par concours, juste parce que j’ai fait officialiser juste partiellement mon handicap auprès de la Cotorep, ce, en 1990 : première énorme discrimination à mon endroit, et premier crime après quatorze années de bons et loyaux services !

Je n’ai pas choisi cette situation doublement pénalisante. J’ai perdu emploi et revenu.

Comme mon handicap visuel ne me permet pas de conduire, et que j’étais à un certain niveau d’études, à part l’administration il m’était impossible d’occuper un emploi à mon niveau d’études, or, venant du statut de fonctionnaire, je n’ai eu droit à rien, aucune indemnité, rien.

Tout le monde est complice et se renvoie la balle; droite ou gauche ou autre…

Je n’ai pas de retraite et depuis 1990, je vis, je survis -il convient de le dire- de la seule charité de mon époux.

Dans un couple, l’un part avant l’autre, et sil advient que je sois veuve, on ne me donnerait pas la pension de réversion ?

Je ne suis pas du genre à me jeter sur le bûcher funéraire !

On croit que les « mamies » se laisseront faire ?

Non ! On verra se multiplier les hold-up, prises d’otages et méfaits en tous genres  de la part de gangs de mamies, sans doute avec des papis dont on diminue aussi les pensions ! Tout être humain a le droit de survivre dans le pays de ses ancêtres.

La faim justifie les moyens, alors le monstre Attali qui sert de conseiller à celui qui a été élu par des gens ennemis de leurs propres intérêts humains, se prendra une vraie déculottée.

La passivité ne sera pas de mise, et on sait que ce ne sont pas les manifestations qui changeront la donne, mais l’action vraie, d’autant qu’on ne doit jamais sous-estimer celui qu’on choisit de se mettre à dos, et ici, les veuves, et ceux qui les soutiendront, or, cela en fait du monde.

Parmi ces veuves et ces papis, beaucoup de gens sont intelligents et cultivés, et ils sauront frapper non pas les petites gens comme le font les malfrats en France depuis quelques décennies, mais les puissants, ceux qui à tort se croient hors d’atteinte et qui les auront poussés à ces extrémités.

Non seulement on ne peut pas laisser faire ça, mais ces pensions qui ne sont que de 54% de la pension de retraite du mari (en général), ne représentent qu’une toute petite somme avec laquelle il est déjà trop difficile de se maintenir en vie !

Monsieur Macron, vous allez vous brûler les ailes, et très vite, car non seulement on ne doit pas enlever ces pensions et faire mourir les veuves, mais encore on doit au contraire les porter immédiatement à au moins 80% au lieu des 54% !

Le coût d’un loyer, ou de l’entretien d’un appartement si on est propriétaire, l’électricité, l’eau, le chauffage, la nourriture, les vêtements restent aussi élevés alors qu’on perd du pouvoir d’achat par la retraite, alors la retraite qui est moitié du salaire, encore divisée par deux, c’est de la honte pour nos dirigeants qui donnent l’argent des cotisations de nos propres pères à ceux qui se contentent d’arriver en France en prédateurs, pour tout nous voler, et vos décisions et annonces en sont la preuve : c’est notre argent, notre survie qu’on vole pour donner aux étrangers dont nous n’avons pas besoin  ici et qui doivent faire évoluer eux-mêmes les choses dans leurs pays au lieu de venir tout nous voler ici, jusqu’à notre droit ancestral à la survie sur les terres de nos ancêtres à nous !

Vous annoncez la mise à mort des personnes peu ou prou âgées, des veuves ! La mesure ne vaut pas mieux que clles prises par Hitler vis-à vis de certaines populations. Surpprimer les moyens de surive, c’est tuer, exterminer en masse les gens d’une catégorie, ici des gens qui auront entre 50 et 90 ans environ !

Sous Mr Macron, la France devient pour les personnes de plus de soixante ans, un gigantesque camp d’extermination. Hitler à côté n’était qu’un amateur.

Non, ça ne passera pas, et il faut de toute urgence porter à 80% les pensions de réversion. L’argent a été versé par la génération des pères de ceux qui arrivent maintenant à la retraite, alors cet argent, notre argent par héritage des cotisations versées par nos pères, on le sort pour les enfants de ces cotisants, et pour rien d’autre.

On donne en pure perte nos contributions aux élites africaines, lesquelles nous envoient leurs populations par-dessus le marché, et cela aussi doit immédiatement cesser pour que cet argent nous profite à nous, et à nous seuls.

Par ailleurs, il faut d’urgence faire payer les pays d’Afrique, d’Asie et arabes pour leurs populations dont ils se débarrassent chez nous. La facture du Mali par exemple est très lourde, et il doit payer sa lourde dette envers les vrais Français qu’on met à mort à cause de ces dirigeants. La Mali est très riche en ressources naturelles, lesquelles doivent enfin profiter à sa population qui n’a rien à faire en Europe, mais tout à gagner au Mali en y exigeant son dû sur place et en se retroussant les manches de la djellaba. C’est un exemple parmi d’autres.

Alors, vous, Français et Françaises des générations encore cotisantes, laisserez-vous mettre à mort vos mamans lorsqu’elles seront veuves ?

Pour seulement avoir envisagé cela, les dirigeants devraient déjà être renversés et jugés pour crime contre l’humanité des femmes et des personnes âgées. Faut-il que les mémés constituent une armée, comme les femmes du Kurdistan qui ont gagné contre Daech et qui dénoncent le patriarcat ? Elles peuvent le faire.

L’heure est de la plus haute gravité.

https://www.francetvinfo.fr/economie/retraite/reforme-des-retraites/tribune-supprimer-les-pensions-de-reversion-des-veuves-et-veufs-au-contraire-les-associations-de-retraites-lancent-un-appel-pour-les-renforcer_2814169.html

Ici, le film Soleil vert qui vous montre ce qu’on est en train de nous faire :

http://streamingvf.cinemay.com/films/soleil-vert-a85ln0/#

Comment en Inde on se débarrasse encore des veuves, ce que veut aussi faire Macron :

 

 

 

 

Poèmes pour les feux de la Saint-Jean.

Il y a quelques années, on me demanda d’écrire des poèmes qui seraient lus par les enfants d’une école pour les feux de la Saint-Jean. Je les ai composés selon la métrique des bardes celtes antiques.
Les voici :

Voici des brindilles. Poésie bardique pour les feux de la Saint-Jean.

Soleil : poème bardique pour le solstice d’été.

 

Deux heures dans une autre époque ! Ce qu’a vécu Michel, en plein Paris.

L’un des lecteurs de « Mystérieuses Disparitions et Voyageurs du Temps » m’a raconté ce qu’il a vécu en mai 1995. Il se trouvait près de la Gare du Nord où il attendait un ami, et se dirigeait vers la gare qu’il voyait à environ tente mètres devant lui, lorsqu’il eut une étrange perception, une sorte de souffle froid sur le visage, un effet comme si on l’avait légèrement bousculé. En un clin d’œil, le paysage urbain avait changé. Les commerces, restaurants hôtels n’étaient plus les mêmes, les personnages non plus. Femmes et hommes portaient des chapeaux, et les femmes avaient des robes longues, des bottines, des chignons et des vestes longues. Un colporteur ou vitrier le frôla, avec son chargement sur le dos. Deux gamins passèrent devant lui en riant. Il vit aussi des arbres qui n’étaient pas là un instant avant, et c’est ce qui lui fit dire qu’on n’était pas sur le tournage d’un film, mais qu’il se passait autre chose. Il vit un homme tirer sa montre à gousset de la poche de son veston et y jeter un coup d’œil, tout en se dirigeant, vers la gare qui était bien là, mais « différente ».
Que se passait-il ? Michel rêvait-il éveillé ? Le bruit était aussi très présent, celui de carrioles de toutes sortes, celles de livreurs, de nettoyeurs de rues aussi, et celles d’élégants cabriolets, voitures à traction équine. Une voiture omnibus tirée par des chevaux était pleine à craquer.
Lorsque Michel pénétra dans la gare, il la trouva différente, mais surtout, les trains étaient anciens avec des locomotives crachant la vapeur. Il ne sut plus que faire et resta planté là. Combien de temps s’écoula-t’il dans cette torpeur relevant de la surprise de la situation ? Il lui sembla qu’en tout et pour tout, moins d’un quart d’heure avait passé.
Soudain, tout bascula, et le monde moderne fut de nouveau là. C’est là que Michel regarda sa montre. Deux heures s’étaient écoulées. Son ami était forcément arrivé depuis belle lurette. Michel le chercha partout du regard, et il finit par l’apercevoir lisant le journal.
L’ami s’étonna du retard de Michel et le mit sur le compte des embarras de la circulation.
Michel n’avait jamais osé parler de son aventure, et il m’a autorisée à vous la narrer.
En plein Paris, on peut se retrouver projeté dans une époque révolue, et ici c’était environ un siècle en arrière.
  • Ce qui m’a le plus surpris, c’est que toutes les sensations et perceptions étaient là, comme les parfums des femmes, le fait d’être frôlé, le parfum d’un tilleul aussi.
  • scan-2-couverture-mysteacuterieuses-disparitions_zpsqdo1nera
    Pour commander ce titre se renseigner à : editionorpubli@gmx.fr

Avez-vous plus de 150 de Q.I ?

test d'intelligence

 

Voici une suite d’équations. Je suis littéraire, mais depuis quelques temps, j’ai l’habitude de faire des jeux de suites mathématiques alors qu’au lycée, j’étais nulle en maths.
Je suis aussi très malvoyante, mais il m’a fallu moins de dix secondes pour trouver la règle de ces suites d’équations.
Si vous trouvez en moins de dix secondes et que vous n’êtes pas mathématicien, scientifique,  votre Q.I est susceptible d’être de l’ordre de celui d’Einstein. Il faut plus de tests pour confirmer.
Si vous trouvez entre dix et trente secondes, votre QI est autour de 170.
Si vous trouvez en moins d’une minute, vous avez de toute façon 150.
Si vous mettez plus de temps, vous êtes en dessous de ce seuil, et si vous ne trouvez pas… Je ne veux pas vous faire de peine.
Celui-ci est l’un des plus faciles, mais j’en ai trouvé plein d’autres, toujours en quelques secondes, avec des règles plus difficiles. De toute façons, je pense qu’un Q.I s’améliore avec la pratique, alors, courage ! L’habitude du bon questionnement donne vite la réponse.

 

Parce que ce monde va très très mal, certaines lectures peuvent vous faire du bien et vous sauveront.

Je vous assure que ces deux romans ne sont pas ordinaires et que par de multiples aspects, ils peuvent aider tout le monde, tous les humains, femmes, hommes, jeunes, moins jeunes ou âgés et de toutes origines.

Tous ceux qui se demandent jusqu’où ira la grande pagaille qu’on nous a instaurée, la violence, les injustices, le grand dérèglement du monde, tous ceux qui voient à quel point l’horloge du monde s’emballe et qui souffrent, tous ceux qui se demandent à quoi encore se raccorder et quel modèle pourrait nous sauver, tous ceux qui ont cru trouver des réponses et qui sont dans le doute, tous ceux qui pensent que s’offrir tel stage couteux va tout changer pour eux, et ceux à qui on offre des lumières qui ne sont que cendres et qui finissent par trébucher.

Je suis l’auteur de cette saga, mais justement, cette histoire n’est pas le moins du monde imaginaire puisqu’elle retrace le vrai vécu de personnages ayant vraiment existé il y a vingt et un siècles, en une époque troublée où ces personnages surent remettre un ordre dans l’instabilité que Rome leur imposa, et s’octroyer une liberté d’être face à ce monde romain impérialiste, monde de l’avoir, monde déshumanisant dont nous voyons à présent l’aboutissement jusqu’à l’effondrement.

Je vous ramène à l’origine du mal et au modèle qui le précéda et que certains tentèrent de faire perdurer là où ils pouvaient encore s’affranchir de la tutelle du monstre qui nous dévore tous à présent.

Ces deux romans vous font installer en vous la liberté, la vraie dimension de la vraie liberté qui s’inscrit au fond de l’âme, et si je m’autorise aujourd’hui à en parler ainsi, c’est qu’Arianrhod est paru il y a dix-huit ans, et qu’en dix-huit ans, j’ai eu beaucoup de retours très positifs de la part des lecteurs. Combien de destins ces deux romans ont-ils déjà changé positivement ? Assez pour que les échos que j’en eus me comblent.

Vous êtes physiquement vivants, mais combien d’entre nous ne sont vivants que physiquement, or c’est l’âme qui doit être vivante et ne pas faillir, et c’est précisément le plus fort enseignement de l’Aigle Arverne et de Arianrhod.

Cette saga s’accorde totalement à une phrase de Jésus :

« Laissez les morts enterrer les morts. »

C’est bien des morts en esprit dont il est question, de ceux qui ne sont vivants que physiquement et qui tombent dans les pièges qui les éteignent davantage, or ces pièges, notre mode de vie et ceux qui gouvernent les alimentent et les renforcent. Impudeur, pornographie, dénaturation, brassage des populations pour que toute identité soit effacée et que tous les humains soient des robots…

Justement, on nous annonce que le QI est en très forte chute ! Tu m’étonnes ! Lorsqu’on nous impose dune part des populations qui estiment que la femme n’est pas même humaine puisqu’elle est traitée en sous individu, qu’il faut tuer les « mécréants » à savoir les autres, surtout chrétiens donc les autochtones, qu’on nous baisse le niveau scolaire et celui des enseignants pour soi-disant « intégrer » ces populations, qu’on nous abêtit avec de la téléréalité nous montrant des échantillons de ces populations importées avec leur vocabulaire réduit à très peu de mots et leur inculture, lorsqu’on nous sert pour modèles à suivre des « stars » formatées dans le culte de satan et de la non vie, qu’on n’enseigne plus du tout notre longue et riche Histoire de France et d’Europe, qu’on nous impose de « l’art conceptuel » qui n’exalte en rien la beauté, l’harmonie et l’intelligence, qu’on remplace notre langue par une langue étrangère, alors oui on fait fortement baisser le QI !

Je n’ai pas grandi à Neuilly avec la cuillère d’argent dans la bouche, mais dans la très grande misère, et il n’y avait pas un seul livre chez nous, dans le taudis sans confort, sans eau sur l’évier, mais avec des trombes d’eau nous tombant dessus à l’intérieur lorsqu’il pleuvait. Grâce à l’école publique j’ai pu avoir accès au moyen d’accéder à la connaissance, mais c’était l’école primaire du temps de De Gaulle, et on nous enseignait l’Histoire, par ordre chronologique, avec des dates clés à apprendre, et on n’allait pas nous chercher l’histoire de menus roitelets tribaux inconnus d’Afrique, si loin de notre Europe. On nous faisait apprendre les tables par cœur, calculer mentalement, sans calculette, on faisait des dictées et des rédactions, des compositions et on était classé, et cela nous incitait à être les meilleurs possible, à apprendre, à faire des efforts. On était punis lorsqu’il le fallait, et la discipline régnait à l’école comme dans nos familles. Dans nos écoles en région ouvrière, il y avait beaucoup d’enfants issus de l’immigration, mais tous se comportaient correctement et apprenaient, y compris ceux venus d’Algérie. Aucun ne la ramenait avec sa « religion » venue d’ailleurs, car c’était la nôtre qui comptait et nous donnait conscience d’être à notre juste place, ici chez nous.

On ne venait pas nous piller, voler, maltraiter, violer, tuer, car l’étranger d’origine qui faisait quoi que ce soit de travers était aussitôt renvoyé d’où il était venu, avec toute sa famille, et c’était la seule chose à faire. On n’avait pas toutes ces prisons ni tous ces délinquants, pas de trafic de drogue. On était heureux lorsqu’enfin on pouvait avoir un appartement HLM, car cela signifiait avec l’eau sur l’évier, uen salle de bains et des toilettes !

On raisonnait à l’endroit, pas à l’envers !

On ne cherchait pas à nous affaiblir en nous culpabilisant pour des choses dont nous ne portons pas la moindre responsabilité !

On ne négociait pas avec les malfaisants, point-barre, mais l’étranger qui venait pour travailler honnêtement et éduquait ses enfants selon nos lois, en les surveillants de jour et de nuit et en se gardant bien de leur passer des messages de haine à l’égard de la population légitime était accepté, et il s’intégrait.

C’est à chacun de nous à présent de devenir fort en lui-même, en elle-même pour réimposer nos règles, nos lois, nos meurs, les bonnes mœurs, la moralité et le socle commun incontournable et fort qui permettent de vivre ensemble.

Ne comptez surtout pas sur les dirigeants; ce sont vos esprits qui doivent grandir et s’affranchir de la corrosion, devenir libres et forts, et je vous assure qu’après tant de satisfécits de la part des lecteurs de ces deux romans celtes, j’ai pris conscience de la force que transmet cette œuvre, or c’est un héritage que je vous lègue tout de suite pour combler ce vide qu’on vous installe et qui vous ronge et par lequel on vous manipule.

On me dit que ces livres sont initiatiques, au bon sens du terme.

Il n’y a aucun gourou là-derrière, justement parce que cette œuvre double vous rend libres, tous et toutes vous qui l’avez lue ou qui la lirez, or, seules les âmes libres seront sauvées et il reste peu de temps.

Ils ont tenté d’empêcher la publication de cette œuvre parce qu’ils savaient quelle arme elle constitue contre l’œuvre du mal qui détruit notre monde, puisqu’elle installe la liberté et la force en vous, et alors, si vous êtes nombreux à lire et relire ces deux livres qui vous renforcent, ils ne peuvent plus rien pour vous réduire à la bestialité, car leur projet c’est de faire de vous du bétail qui sera traité comme on traite les vaches, les moutons qui finissent à l’abattoir.

Oui j’insiste; oui je suis auteur de cette histoire, toutefois non inventée et guidée. Si je n’étais pas l’auteur, j’insisterais de même pour ouvrir vos consciences et vous rendre forts pour vous faire marcher vers un monde plus heureux en vous montrant qu’on peut échapper au piège.

Le travail en votre âme se fait vraiment de façon initiatique au fil de la lecture, et de la relecture. Aujourd’hui, vous pouvez encore vous procurer ces deux livres qui vous aideront et qui peuvent vous faire renforcer le collectif des « éveillés » des âmes libres et fortes, et par le nombre un collectif puissant peut émerger et tout changer, mais pour cela il faut être nombreux à partager cette édification, pour le moment en français, mais bien entendu, il serait bien que cette œuvre soit adaptée et éditée en d’autres langues.

Avant qu’il ne soit trop tard, voyez ici pour vous rendre forts et vous affranchir du troupeau à l’état duquel on nous réduit de plus en plus :

Émerveillement, ressourcement, découverte, apaisement…

Ceci a changé positivement mon existence, et je le conseille à tout le monde !

Vos commandes de livres pour l’été, c’est maintenant et ici.

Par ailleurs, lorsque je vous dis que le QI baisse considérablement, ceux de vos enfants, petits-enfants, les vôtres peut-être :

http://www.lepoint.fr/societe/le-qi-des-francais-en-chute-libre-25-07-2017-2145715_23.php

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/qi-en-forte-baisse-en-europe-la-195394

https://francais.rt.com/international/41323-baisse-vertigineuse-qi-moyen-occident-etudes-sonnette-alarme

Lorsqu’on recrute des profs avec 4 de moyenne, on voit bien ce qu’on veut faire de nous et c’est inacceptable. Lorsqu’on nous impose des millions de personnes qui jurent que la terre est plate et que la femme n’est pas égale de l’homme, qu’il faut la battre la lapider, la marier de force, la bâcher et la violer à partir de neuf ans, alors on nous impose le QI très bas du fait de ces mœurs; de ces populations arriérées et on fait chuter le nôtre.

Il ne doit y avoir chez nous qu’une unique culture, occidentale, que nos mœurs et traditions à ne surtout pas masquer comme on nous oblige à le faire, et le reste n’y a pas sa place.