S.A.S.U victimes, témoignez.

Si étant ou ayant été S.A.S.U, Secrétaire d’Administration Scolaire et Universitaire par voie de concours, et qu‘entre 1989 et 2005 vous ayez été victimes de faits préjudiciables imputables à la déconcentration des gestion des personnels, vous n’êtes pas seul en votre cas, et quelqu’un recense vos témoignages. Merci de laisser vos coordonnées mail et de décrire en quelques mots la situation à déplorer sur le lien de contact.  Ces témoignages ne seront pas publiés.

Si vous connaissez une personne de ce grade en ce cas, merci de lui passer rapidement cette communication.

Publicités

Rêve mystique : rééducation des âmes trop matérialistes.

Voici un rêve de mars 2016. Pour tout vous dire, cela ressemble à une NDE.
Je précise que jusqu’à présent, je n’arrive pas à gagner de l’argent, à avoir un revenu, et lorsque j’y étais parvenue en étant fonctionnaire par voie de concours nationaux, tout me fut repris. C’est donc pour moi un vrai souci, car gagner ne serait-ce qu’un peu d’argent, cela permet de vivre, d’avoir une autonomie.
Voici ce rêve. Dans ce rêve, je me retrouve dans un tunnel gris foncé avec au bout une lumière. Rien d’effrayant, mais je me dis que zut alors, je suis en train de faire une NDE. J’arrive dans un second tronçon de tunnel très sombre cette fois et sans lumière au bout, mais très bref et sans perception désagréable.
Me voici de nouveau dans le tunnel avec lumière au bout, lumière de plus en plus prégnante, et là, je suis devant une sorte de porte de lumière, comme une porte vitrée derrière laquelle est une forte irradiation de lumière. Que dois-je faire ? Entrer ou tenter de repartir ?
Je prends la décision d’ouvrir la porte.
Là, dans la lumière très blanche irradiante, je vois plein de monde, tout de blanc vêtus, et tout semble participer de la lumière. Les gens semblent vaquer à des occupations, mais tout est serein. Je vois que des comptes sont tenus avec mention d’une monnaie : tel doit tant, etc. Je trouve qu’il y a beaucoup de gens en cet endroit, certes très serein, mais ce n’est pas ma conception de l’au-delà, où je vois des espaces plus aérés, des endroits de nature, et là cela ressemble à une grande salle, mais sans murs, sans limites physiques, juste un espace blanc où tout le monde est vêtu de blanc immaculé et sans tension aucune.
On me dit de m’adresser à Raymond, et ce monsieur m’explique qu’en fait, les gens qui sont là n’y sont que temporairement, car ces défunts récents étaient trop attachés à la matérialité, et surtout à l’argent. C’étaient des gens qui ne faisaient aucun mal, mais qui aimaient accumuler les richesses terrestres. Ils devaient donc être rééduqués car le monde très matériel allait se finir sur Terre, et ils devaient s’épurer de ce travers de l’accumulation, genre « le plus riche du cimetière » pour connaître d’autres incarnations dans un monde qui ne sera plus celui de l’Avoir, de l’impérialisme.
Pour cette raison, il y avait une monnaie totalement virtuelle dans leur monde, et chaque aide de l’un à l’autre était virtuellement monnayée et les comptes tenus, le but étant que chacune de ces âmes n’éprouve plus que dégoût pour l’argent qu’elle avait adorée lors de la dernière incarnation. L’âme épurée de sa soif d’argent pouvait alors poursuivre son évolution pour être adaptée au monde de sa future incarnation.
Raymond me montra un homme qui avait revêtu la tenue d’alpiniste, sac à dos, chaussures, etc. il me dit que ce défunt avait son épouse toujours vivante qui faisait de l’alpinisme. Comme il aimait son épouse et voulait la protéger, il l’accompagnait dans ses sorties, et même s’encordait avec elle. Parfois elle ressentait sa présence protectrice.
J’ai demandé si je me retrouvais là pour y rester et si, ce qui me surprendrait, j’étais dans la problématique de ces âmes folles de l’argent. Raymond sourit et dit :
– Non bien entendu ! Tu es là pour passer le message : le monde qui vient sera de nouveau axé sur l’Être, sur l’esprit de communauté et du bien-être collectif, et non plus sur le règne de l’argent et de l’Avoir, sur l’impérialisme décliné par le monde financier et économique, politique mais aussi par des lois maléfiques comme celle d’une certaine religion qui tue et discrimine, le pire des impérialismes, puisque né du mal absolu et tout entier tourné vers le mal absolu et voué à son prince : Satan.
Raymond reprit :
– Tu es juste venue ici pour voir et transmettre le message que tous doivent tourner le dos aux ténèbres générées et entretenues par Satan, et que tous aillent en premier lieu vers la lumière apportée par Jésus. L’argent est le moteur du mal, mais il peut être le moyen du bien, lorsqu’on peut pouvoir au bien-être des autres, et pas besoin d’aller les chercher loin, car il faut commencer par ses proches, famille, amis, et voisins. Tu as déjà beaucoup transmis les vraies valeurs et le chemin dans tes deux romans celtes inspirés de ta vie druidique antérieure. Tes lecteurs et lectrices ont fait un certain chemin grâce à cette lecture initiatique, même si pour le moment peu de gens sont concernés. Ta place n’est pas celle des âmes qui doivent faire cette épuration une fois dans l’au-delà, mais tu dois transmettre, comme tu as commencé à le faire, et maintenant, tu dois passer ce message-ci : « cherchez la lumière de Jésus, celle de l’Être et détachez vous de l’obnubilation de l’Avoir. »
Je n’ai pas le souvenir d’avoir de nouveau passé le tunnel, ou alors de manière expresse, mais lorsque je me suis réveillée, je me suis souvenue qu’avant de me coucher,j’avais demandé à la Divine Providence  de m’exprimer clairement ce qui m’était demandé, mon rôle actuel. Ce fut la réponse.
Raymond est un prénom germanique qui signifie : « Qui protège avec sagesse ».

Elles rencontrent « la fée des sources »

Voici un témoignage que j’eus en 2009. Je l’avais publié.
Bonjour Marie,
Voici mon témoignage. Cette scène s’est déroulée fin octobre dernier, à l’est de la Navarre où  la végétation est de type méridional. Etant fatiguée par une vie très active, je suis allée me reposer pendant trois jours, en compagnie de ma meilleure amie, en ce lieu très reposant, dépourvu de toute habitation à l’exception d’un monastère. C’est un endroit où l’on retrouve sa paix intérieure.
Par un bel après-midi, nous sommes montées à la source qui se situe dans la montagne, au milieu des rochers et d’une végétation vierge. Nous nous sommes arrêtées près de trois grands arbres volumineux, très anciens et qui forment un cercle avec les roches. Nous nous sommes adossées chacune à notre arbre. A ce moment, nous avons senti une présence et avons vu une grande fée, d’apparence mi-humaine, mi-végétale avec de longs voiles bleus et mauves. Elle nous a suivies jusqu’à la source et nous a demandé de nous asseoir l’une près de l’autre, près de la fontaine. Là nous avons senti, mon amie et moi, que cette fée nous transmettait beaucoup d’énergie par les mains.
Lorsque nous sommes reparties de cet endroit, elle nous a raccompagnées jusqu’à la frontière de son territoire.
C’est vraiment quelque chose de magique d’avoir la chance de pouvoir vivre un tel moment et un cadeau que ces esprits de la nature nous offrent.

Voilà mon témoignage. Je pense que ce genre d’expérience ne peut arriver que lorsqu’on est en parfaite harmonie avec la nature et un lieu.

La femme au petit chien blanc : protection de l’au-delà !

Voici un beau témoignage d’une femme qui a souvent vu une femme avec un petit chien, laquelle femme semble l’avoir guidée et protégée une  partie de sa vie.
La femme au chien blanc
Marie-Noëlle est âgée d’une cinquantaine d’années ; elle m’a raconté ceci.
« A L’âge de quatre ans, lorsque ma mère m’a pour la première fois conduite à l’école maternelle, juste avant de partir, tandis que ma mère se préparait, au bout du vestibule de la maison, j’ai vu une femme qui me regardait d’un air doux, et à ses pieds, un petit chien blanc, du genre de ceux qui ont les poils tombant sur les yeux m’observait aussi. J’ai demandé à ma mère qui était la dame avec le chien au bout du couloir, mais elle n’a rien vu, et elle m’a dit que c’était mon imagination.
La même chose s’est reproduite deux ans plus tard, une semaine avant que mon père n’annonce à ma mère qu’il la quittait pour une autre femme, et cette fois, la dame était triste, et elle portait le petit chien entre ses bras.
A huit ans, je vis le petit chien blanc tout seul dans ma chambre ; Il semblait très réel ; je voulus m’approcher, mais il disparut. Quelques jours plus tard, ma grand-mère à laquelle j’étais très attachée, fut trouvée morte le matin.
A quinze ans, une camarade de mon âge voulut m’entraîner dans une « boum » organisée par des garçons plus âgés, et elle suggérait que je puisse dissimuler le fait à ma mère en lui disant que j’allais dormir chez ma meilleure amie, à savoir une amie de toujours en qui ma mère avait confiance. J’eus la tentation d’accepter, mais à l’instant où j’allais donner réponse favorable, je vis apparaître la femme au petit chien, et elle avait la mine réprobatrice ; je refusai donc. La fête eut lieu, et cette camarade fut violée par ces jeunes plus âgés.
Par contre, à dix-neuf ans, je fus invitée au mariage d’un cousin. A cette époque lors des mariages, on trouvait un jeune homme pour servir de cavalier à chaque jeune fille célibataire, et j’avais dit à mon cousin de ne surtout pas m’affecter un cavalier; il avait consenti à ma demande. La veille au soir, je vis apparaître dans ma chambre, la dame et son petit chien ; la dame souriait avec tendresse. Du moins l’évènement annoncé devait-il être heureux. Lors du vin d’honneur, je vis un très beau jeune homme venir féliciter le jeune couple. Ce jeune homme n’était pas du nombre des invités, mais comme suite à un imprévu, un invité s’était décommandé, il fut invité de dernière minute, et « hasard » ou destin, il fut mon vis-à-vis, m’invita à danser… et devint mon époux.
Les années qui suivirent, j’eus encore deux apparitions de la dame au petit chien, et ce furent les dernières.
Cette dame était sans doute l’esprit qui me guidait.
Il y a seulement quelques années, ma mère me parla d’une vision qu’elle avait eu lorsque j’avais quelques mois à peine. J’étais dans mon berceau, dans la chambre, je gazouillais ; ma mère entra dans la chambre et vit un faible instant une femme de douce expression, penchée sur le berceau. Par contre, elle n’avait pas le souvenir d’un petit chien blanc qui aurait accompagné la dame.
Il y eut une suite. Lors d’un séjour en Côte d’or, nous nous promenâmes dans un village, et je ne sais pourquoi, je fus attirée par le cimetière ; à peine y étais-je entrée que je vis devant moi, un petit chien blanc qui semblait m’attendre ; j’avançai vers lui, alors il continua puis s’arrêta pour voir si je le suivais, et il s’arrêta devant une tombe, encore fleurie. Une photo ornait cette tombe ; je reconnus le visage de la dame au petit chien ; cette personne était décédée quelques semaines avant ma naissance. J’étais ébahie, lorsque j’entendis quelqu’un derrière nous (j’étais avec mon époux).
– Auriez-vous connu ma grand-mère ? – demanda l’homme un peu plus âgé que moi.
– Non ; son visage m’a attiré… et aussi un petit chien blanc qui m’a conduit jusqu’ici.
– Une vieille histoire ce petit chien ; lorsque j’avais cinq ans, je jouais souvent avec Toby – c’était le nom de son chien – lorsque j’allais chez ma grand-mère, et puis lorsqu’elle est morte, j’ai cherché Toby ; il était introuvable. Les obsèques ont eu lieu. Quelques jours plus tard, le gardien du cimetière a trouvé Toby, mort sur la tombe de sa maîtresse. Depuis, j’ai entendu dire qu’on apercevait un chien blanc parfois dans le cimetière
– Nous avons vu ce chien comme je vous vois !
– Tu l’as vu – précisa mon époux – moi pas !
– Comment était votre grand-mère ?- demandai-je à l’homme.
– Elle fut institutrice de ce village, et même à la retraite, elle a continué à faire travailler des petits ! Très dévouée… Je suis certain que dans l’au-delà elle continue d’aider les autres !
Je n’ai ni démenti ni confirmé, car longtemps, j’ai voulu garder pour moi toute cette histoire, de peur qu’on ne me traite de folle, mais à présent je ressens le besoin d’en parler. J’ai eu de la chance d’avoir ce guide, dont le prénom était Jacqueline. »

Paris et la région parisienne maudites et bientôt détruites ? Il semble que oui !

Quand, je l’ignore, mais il semble inéluctable et proche que la capitale du crime organisé contre les humains disparaisse.
La première prophétie est très ancienne et le fils d’Artois, c’esgt Macrron, il vient de cette région !
Jérôme Botin (1410) :
« Un fils de sang royal naîtra de la race d’Artois. (…) Un autre pasteur surgira, qui mènera les peuples en toute équité et les rois en justice. Il sera honoré par les princes et par le peuple; mais avant que son empire ne s’établisse, que ceux qui ne se sont pas agenouillés devant Baal (Satan ceux qui gouvernent par Satan, dont Macron) fuient de Babylone, dit l’Esprit. (…) Tout d’un coup cette Babylone s’effondre, et dans sa chute elle est brisée en morceaux dit l’Esprit. Cela adviendra pour la purification des justes, et pour la destruction des méchants; afin que les hommes honorent l’Eglise de Dieu, craignent et servent le Seigneur. »
Beaucoup de prophéties l’annoncent, et puis songez à toutes ces horreurs commises au nom de la république née dans le sacrifice humain au démon, née dans les décapitations de victimes innocentes, à commencer par le roi et la reine.
Ce n’était pas des gens parfaits, mais qu’étaient ce Robespierre, ce Saint Just pas saint ni sain du tout, et tous les autres assoiffés de sang et de pouvoir personnel?
Qui de ce Napoléon sanguonaire qui immola tant de victimes innocentes pour son unique égo ?
Que dire du génocide du peuple vendéen, peuple originel, peuple innocent, que cette putain  de merde de république satanique, macronite, attalite and co ne reconnaît toujours pas, alors que ce nouveau président, celui dont les cornes diaboliques sont visibles veut nous rajouter de la culpabilité ? Il n’aura jamais celle des gens intelligents, parce que l’Algérie n’existait pas du tout avant l’arrivée des Français, parce qu’au départ, il s’agissait juste de pouvoir comme chrétiens circuler en Méditerranée sans être pris pour esclaves par les pirates ottomans qui mettaient en esclavage les peuples qui vivaient sur ces territoires qui se nomment maintenant Algérie ! Reconnaissons au moins que la France mit fin à l’esclavage dans cette zone !
Les gens intelligents n’entrent pas dans le jeu de ces culpabilisations, d’autant que rares sont ceux dont les ancêtres ont fait quoi que ce soit sur ces territoires, mais les Vendéens, c’est en France et il en  este !
Las familles qui eureet des décapités gratuitement par la république qui faisait des offrandes de sang à Satan, il en reste !
Les familles qui eurent des morts à cause des guerres révolutionnaires, napoléoniennes ou des guerres mondiales, il en reste !
Ce sont à ces familles que Macron doit présenter plus que des excuses de la république, une demande de pardon !
Tous ces jeunes hommes tués à Verdun ou au Chemin des Dames u nom de la putain république française, ne le furent que pour engraisser les marchands de canons d’un côté et de l’autre du Rhin et les reconstructeurs d’Outre Atlantique !
Nos monuments aux morts dans l s plus petits villages crient l’horreur imposée depuis plus de deux siècles par la putain république.
Elle est condamnée cette république, et Paris, son centre satanique, et toute la région parisienne ne seront plus qu’un trou noir si on en croit les nombreuses prophéties…
Marie-Julie Jahenny (XIXème-XXème siècles) :
« Et toi, ville ingrate, murs souillés de crimes, pourquoi ne dites-vous pas aux bons : fuyez, fuyez, il est temps encore ? Et vous, pavés des rues, grains de sable qui formez les pavés, pourquoi ne vous levez-vous pas et ne prévenez-vous pas qu’il faudra prendre la fuite quand le tonnerre grondera sur un peuple en péril ? »
« Heureux, dit Saint Michel, ceux qui sauront abandonner ces murs et se réfugier loin de ce lieu pitoyable où les victimes s’amasseront en monceaux, où les places seront teintes de sang, comme de la pluie qui tombe dans l’orage.
Mes enfants, dit la Sainte Vierge, ce fléau est allumé sur cette grande ville que le ciel a en horreur. C’est de cette ville que sortira le souffle infect. Ses murs s’écrouleront, et les flammes dévoreront ce luxe et ces cœurs sans foi. Les pierres en seront jetées au loin, mais elle sera rebâtie. »
« Mes enfants, il ne s’en échappera pas cent, non, pas cent au milieu de cette immense ville coupable… Comptez-en douze de moins, vous aurez le chiffre véritable. Jamais peine pour moi ne fut plus grande. »
« Mes enfants, une fois que cette société impure et impie aura toute sa liberté, le désordre s’étendra partout, surtout au cœur de cette ville ingrate. Depuis longtemps je préviens…
Les murs de cette ville ingrate seront ébranlés : ils enseveliront, sous leurs décombres, les cadavres impurs ; ils en engloutiront un grand nombre ».
« Le feu du ciel tombera sur Sodome (Paris) (le nouveau président est sodomite, et Paris eut un maire sodomite) et principalement sur cette salle de l’enfer où se fabriquent les mauvaises lois. Elle sera engloutie et sa place sera comme une immense carrière de laquelle, jusqu’à la fin du monde, on ne pourra s’approcher sans un frémissement d’horreur. »
Maria Bordoni (XXème siècle) :
« Avertissez, je vous en supplie. Monseigneur, les évêques, les prêtres et toutes les communautés de veiller à tout cela et de se munir après cela d’habits de laïques pour prendre la fuite quand il le faudra pour éviter le massacre. Je ne sais pas l’époque, mais je puis donner un signe. Il y aura une mort à Paris, et le moment de cette mort sera le signal de la justice divine pour Paris et la France. De ce moment il faudra quitter Paris pour n’être pas massacré et consumé par les flammes. »
Saint Césaire, Archevêque d’Arles (Vème-VIème siècle) :
« Horrible cliquetis d’armes ! Le fer et le feu enserrent la Babylone de la Gaule qui tombe dans un grand incendie, noyée dans le sang. Puis la seconde ville du royaume et encore une autre sont détruites. »
Le seconde ville du royaume est actuellement Marseille !
Père Nectou (1760) :
« Durant ce bouleversement épouvantable qui, parait-il, sera général, et non pour la France seulement, Paris sera entièrement détruit, non sans qu’il y paraisse des signes qui mettront les bons à même de s’enfuir; et sa destruction sera si complète, que vingt ans après, les pères se promenant avec leurs enfants sur les ruines et répondant à leurs enfants leur diront : il y avait là une grande ville mais à cause de ses crimes, Dieu l’a détruite. »
Marianne Gaultier (1804) :
« La grande prostituée sera détruite par le feu. Mais l’Ange du Seigneur avertira les justes de Paris.  Personne ne saura d’où est venu le feu (missile ?). Tous les mauvais périront. Les malheurs de la France seront si grands que plusieurs en mourront de frayeur. »
Correspondance Hohenlohe (1828) :
« Paris sera détruit. Le feu qui tomba sur Sodome et Gomorrhe tombera aussi sur cette ville; et pour la détruire, le ciel s’unira à la terre…. (un état choisi par Dieu enverra des missiles) Pendant trois jours, Paris sera enseveli sous une pluie de soufre et on n’y verra plus que des précipices… Cette ville ne sera plus jamais rétablie. »
Prophétie Bretonne :
« Lorsque la terre tremblera et que le feu jaillira de ses flancs; quand Paris, la ville corrompue, sera fouillée comme une ruche; ce sera quand les chariots marcheront tout seuls… alors ce sera le temps prédit… Paris, la grande ville, avec tous les méchants qu’elle renferme, aura été engloutie dans l’enfer… »
Marie-Josèphe Levadoux (XIXème siècle) :
« Notre Seigneur me dit: «Avertis mon peuple, et s’il ne tient pas compte de mes avertissements, Je le frapperai comme j’ai frappé Sodome et Gomorrhe. J’ai vu Paris rempli de sang! Des monceaux de cadavres! J’ai vu aussi au milieu d’une vaste plaine noirâtre, une borne sur laquelle était écrit: Ici était Paris. »
Marie Lataste (XIXème siècle) :
Le Seigneur lui aurait demandé de prier sans cesse pour la France, en précisant :
« Un jour, je vis l’Ange exterminateur planer sur la Grande Ville. Il me semble être dans une grande place de Paris. Au milieu de cette place, je vis un jeune homme sur une petite colonne. Il était revêtu d’une robe rouge, il portait un diadème sur la tête; il tenait son sabre dans le fourreau et un arc entre les mains. Ses regards étaient foudroyants et sa bouche prête à lancer des menaces. Je vis inscrit au-dessus de sa tête en caractères de feu: l’Ange exterminateur (…) Oh Paris! Ville exécrable, depuis longtemps tu as mérité mon indignation! (…) Tes habitants te maudiront un jour, car tu les as plongés dans ton atmosphère infecte, et même ceux à qui tu as donné refuge te jetteront des malédictions, car ils auront trouvé la mort en ton sein. »
Prophétie d’Orval (1544) :
« Malheur à toi, grande ville! Prends garde aux rois armés par le Seigneur; mais déjà le feu t’a jeté à terre. Mais tes justes ne périront pas; car Dieu les a entendus. La place du crime est purgée par le feu; le grand courant a mené, rouge de sang, ses eaux jusqu’à la mer; la Gaule, qu’on croyait brisée en morceau, se rassemble et se réunifie. Dieu aime la paix. Viens, jeune prince; quitte l’île de la captivité; rejoins le lion à la fleur blanche. (…) Si prudent et sage sera le rejeton de la Cape qu’on croira Dieu être avec lui. »
Joséphine Lamarine (XIXème siècle) :
« Du sang ! Du sang ! La république rouge ! La voilà donc arrivée, cette terrible révolution de sang. L’éternité s’avance avec le drapeau rouge, les loups sont dans le jardin… Il n’y a plus de propriétaires.
Pauvre Paris, te voilà donc détruit ! »
Père Louis-Marie Pel (1945) :
« Les saisons n’existeront plus trois années au moins avant que la terre puisse redonner des herbes et de la végétation. Grande famine dans le monde entier.
Paris sera détruite par la Révolution et brûlée par des tirs atomiques des Russes depuis Orléans et la région de Provins. Tandis que Marseille et la Côte d’Azur s’écrouleront dans la mer. »
La religieuse de Belley (1810) :
« Malheur ! Malheur ! Trois fois malheur à la cité de sang ! Malheur à la cité de l’hérésie ! Malheur à la cité du crime ! Les méchants veulent tout détruire ; leurs livres, leurs doctrines inondent le monde. Le jour de la justice est venu. Je vois à l’aspect de celui qu’on a méconnu, le monde fléchir et tomber.
Une femme l’a sauvé, une femme le suit. Un ministre du Très-Haut le soutient. Ce ministre vient d’être oint de l’huile sainte. Dieu les accompagne. Voilà votre Roi. Il paraît au milieu de la confusion de l’orage. Quel affreux moment ! Les bons, les méchants tombent. Babylone est réduite en cendres. Malheur à toi, ville maudite ! »
De Berguille :
« Que ces ténèbres sont épaisses, ô mon Dieu! Que ce feu est dévorant! Je vois tout consumé. Protégez ces pauvres enfants; ils étouffent au milieu des flammes. Oui, Paris est la plus coupable des villes. Malheureuse cité maudite. Un jour elle sera consumée jusqu’à la dernière pierre.
 Malheur à ces diaboliques sociétés!… Je les vois, les misérables, ils accourent; quel affreux tumulte! Ville ingrate, elle n’est pas digne de prononcer le nom sacré de Jésus. Ville exécrable, tu veux nous mener aux abîmes.»
Marie Martel (1897) :
« La Sainte Vierge supplie les yeux tournés vers le ciel, et puis, se retournant vers moi, elle me dit : ‘Oh! Paris. Paris n’a pas respecté les lois de mon divin Fils…Il sera châtié et détruit par le feu… Il y aura peu de monde qui restera… ceux qui resteront ne se reconnaîtront pas … Paris sera détruit par le feu, s’il refuse de se convertir… voilà la punition qui lui est réservée! »
Saint Benoît-Joseph Labre :
« Paris sera détruit à cause de ses blasphèmes; une pierre n’y restera pas sur l’autre. »
L’Abbé Souffrand (1827) :
« Paris sera détruit, tellement détruit que la charrue y passera. Alors, entre le cri : « tout est perdu » et « tout est sauvé », il n’y aura pour ainsi dire pas d’intervalle. Dans ces événements, les bons n’auront rien à faire, car ce seront les Républicains qui se dévoreront entre eux. »
Religieuse de Chemillé (XIXème siècle) :
« C’était dans une grande ville; la foule allait et venait, mais dans tout ce monde, personne ne s’occupait de Dieu; tous ne pensaient qu’aux plaisirs sensuels. Soudain des ténèbres épouvantables couvrirent toute la terre; c’était comme une fumée brune, tirant sur la couleur du feu. Le gros nuage se divisa en quatre parties qui tombèrent à la fois sur la grande ville, et en un instant elle fut en feu. A ce spectacle terrifiant, la foule se mit à fuir comme pour sortir de la grande cité. Tout ce peuple était tellement épouvanté que les cheveux se dressaient sur la tête…Et alors un craquement que nulle langue ne peut rendre éclata. Personne ne saurait exprimer cet horrible fracas. Ces menaces regardent Paris. »
« Le tonnerre grondait toujours dans les airs d’une manière effrayante lorsque j’entendis une voix qui me dit: «Ne crains pas! Mon courroux tombera sur ceux qui ont allumé ma colère ; ils disparaîtront dans un moment. Tout l’univers sera étonné d’apprendre la destruction de la plus belle, de la plus superbe ville! Je dis: superbe, par ses crimes; car je l’ai en abomination; c’est cette maudite Babylone qui s’est enivrée du sang de mes saints; elle veut encore le verser… Elle mettra le comble à ses horribles forfaits; et moi je lui ferai boire le vin de ma colère; tous les maux tomberont à la fois sur elle dans un seul instant (…) Les flammes qui la dévoraient s’élevèrent dans les airs; et de suite je ne vis plus rien qu’une vaste terre, noire comme du charbon. »
Marie des Terreaux (1832) :
« L’année qui précédera celle du grand événement sera très mauvaise. L’année au contraire où il aura lieu offrira une récolte magnifique, mais il ne restera pas assez de monde pour en consommer l’abondance.
À l’approche de ce grand événement, des phénomènes extraordinaires paraîtront dans le ciel. Un grand personnage se convertira à Paris. »
« Au moment où la France sera châtiée d’une manière terrible, tout l’univers le sera aussi. On ne m’a pas dit comment. Il m’a été annoncé qu’il y aurait un événement effrayant, que ceux qui n’en auraient pas été prévenus, croiraient toucher à leur dernière heure et penseraient être à la fin du monde. (…) Les choses qui doivent arriver seront une image de celles de la fin du monde ; elles seront si terribles qu’il y aura de quoi sécher de frayeur. Il m’a été dit : « Tous ceux qui sont pour Moi ne périront pas, ne périront pas, ne périront pas. » Mais, ai-je répliqué, il est impossible qu’il n’y ait pas quelques bons qui périssent. Il m’a été répondu : « Oui, il pourra y avoir quelques victimes, mais elles ne seront pas perdues pour Moi. » »
« Paris sera réduit comme Sodome et Gomorrhe et ce qui restera de ses habitants se réfugiera en grande partie à Lyon. Quand on verra leur fuite, le grand événement sera proche. » 
Mélanie Calvat (La Salette) :
« Paris sera un jour effacé. »
Comme cette annonce verbale souvent réitérée ne suffisait pas, elle avait recours encore à un procédé plus étrange, destiné à piquer davantage l’attention. Elle écrivait souvent ces trois lettres : ‘PSB’, ce qui veut dire : « Paris sera brûlée ».
En 1896, elle écrivait : « Voyez-vous la Seine? Si vous saviez combien de gens y seront jetés! Mais le plus grand nombre viendront s’y jeter, tout affolés, fuyant le feu qui sera comme suspendu au-dessus de la ville. Ils s’y jetteront comme fous de terreur, croyant éviter ainsi le feu menaçant. »
Comme l’abbé Rigaux, revenant de La Salette avec Mélanie, traversait Paris en voiture avec elle, de la gare de Lyon à la gare du Nord, elle lui dit, en désignant la rive droite : «Tout ce que vous voyez de ce côté là-bas sera rouge. Tout cela brûlera. Les flammes s’arrêteront à peu près là. » Elle montrait le canal Saint-Martin.
Alors l’abbé Rigaux : « Mais pourtant, c’est un mauvais quartier celui-ci. »
Et Mélanie: « Ces maisons seront vides car les habitants seront partis dans les quartiers riches pour piller, avec des draps. »
Passant devant la statue de la République, elle ajouta: « La gueuse! Elle ne sera pas fière quand Paris brûlera en ce jour-là. »
« Oui, précisa une autre fois Mélanie, il foudroiera certains points, le Palais Bourbon quatre-vingts fois en une seconde. »
« Et les députés, s’écria l’abbé Rigaux, seront-ils dans l’enceinte? »
«Vous êtes bien curieux! Eh bien oui, ils seront suffoqués, morts grillés. »
 Mélanie a vu la population s’efforcer de fuir Paris : « des désordres inexprimables » et d’indiquer: « On sortira le premier jour, le deuxième jour avec grand’peine, le troisième jour on ne pourra plus. Même les conducteurs de voitures qui s’insulteront, blasphémeront, seront pris dans la même souricière. Le tout dans «une fumée asphyxiante. »
Lisez absolument ceci  et à faire connaître :
https://letempledespropheties.wordpress.com/2013/07/25/178/

Radioactivity : Kraftwerk. Vidéo.

A écouter, car l’antéchrist va pouvoir appuyer sur le bouton à tout moment.

Excellent groupe et excellente chanson en musique électronique à découvrir pour les plus jeunes, car cette musique n’a pas pris une ride. La chanson date pourtant de 1975 !

 

SOS : call to christian exorcists to save humanity. (In English and French).

Urgent call for Christian exorcists all over the worl in order to save the planet from imminent nuclear war.
Please to translate in Italian, Spanish, german and all other language.
Please to post immediatly everywhere on facebook or on your blogs
France has now the real antechrist as président. The elections were rigged. Results were announced before the begining of The counting of ballot papers ! Dictature fact but no longer démotratic way
The secret satanic world government put in France the satanic throne. Macron’s soul is somewhere else than in her body, because when this man was very young he was conditioned by satanic masses, and he was invested by a devil who stay in his body. His wife control him. Look at his face. His way of looking lets see the devil presence in him. An italian psychiatrist demonstrated that this man is a very dangerrous Narcissistic psychopath. So, as a french président, he will have soon the own possibility to put on the nuclear war button ! The risk can’t be ! We have to prevent him to do this human massacre.The devil in this man can give death all over the planet. It is their project.The new presiddent friend Mr Attali write and say, than the project is to :- Kill all the personns aged over 60 years old.-To put microchip in all human to control him from birth to death- To extermined 90 per cent of humanity. Do you want this ?So I call for a gigantic exorcism fot :The new french président- France population and territory- Europe population and territory This is a vey urgent S.O.S.Thank you very much for all humans on earth.

Appel aux exorciseurs chrétiens du monde entier,

Après les élections en France, la tricherie sur les résultats puisque les résultats furent annoncés avant même que le dépouillement des votes aient commencé, ce sont donc des résultats fictifs, après cette mort totale de la démocratie et de tous ses principes, et du fait que le candidat imposé est celui de la dictature de Satan, je lance un appel général à tous les exorciseurs chrétiens de la planète, car un psychopathe comme l’a montré un psychiatre italien vient de se voir remettre la possibilité d’appuyer sur le bouton nucléaire et de faire exploser la planète. Compte-tenu des annonces de son mentor Attali, nous savons ce qu’il en sera, à moins d’une action collective pouvant défaire ce qui a été fait sur la personne de ce président, sur la France et sa population. Il faut un triple exorcisme donc, sur ces trois points. Cet exorcisme doit être permanent jusqu’à délivrance totale.
Je demande qu’un grand exorcisme international soit effectué sur cet homme habité d’une force démoniaque qui a pris la place de son âme humaine, mais aussi un grand exorcisme su rle  pays France, sur tous ses habitants sur tous ses politiques.
Lorsque ceci sera fait, il faudra ensuite nettoyer de la même façon toutes les mauvaises énergies en Europe et aux USA.
Merci pour tous les humains que vous allez sauver par votre contribution immédiate et forte, vous qui avez reçu de Dieu cette grande mission de lui ramener la Terre.
A tous les chrétiens,  je demande de prier Jésus et Marie, en permanence. Merci.
Faites circuler ce message, très vite. Il doit faire le tour du monde, parce que tous les habitants de cette planète sont menacés à très brève échéance.
Qui peut traduire et publier en russe, en polonais, en allemand, en espagnol, en italien, en néerlandais, etc ?
 Merci de m’informer.