Ne perdez plus un instant.

C’est l’été, et bientôt les vacances.
Le livre est un bon compagnon de vacances, à condition d’être un bon livre.
Pourquoi sur ruer comme des moutons sur le dernier Marc Lévy ou le dernier Musso ?
Pourquoi se laisser manipuler par les publicités main streaming ?
Découvrir, s’enrichir culturellement, se révéler à soi-même par la lecture d’un livre hors des sentiers battus, voilà ce que peut apporter le bon choix du bon livre d’été qui peut devenir livre de chevet.
Ormhael Publication a sans doute votre lecture d’été pour peu que vous soyez une personne avisée.
Nous attirons particulièrement votre attention sur les trois romans historiques de Marie Roca, ainsi que sur Mystérieuses Disparitions et Voyageurs du temps, du même auteur, ainsi que sur Autres Humanités qui vous démontre documents à l’appui, que les géants appartiennent à la réalité comme les êtres humanoïdes velus, type Bigfoot ou autres..
Les deux romans celtes sont bien plus que des romans car ils peuvent changer positivement votre vie. Ils sont conseillés à partir de l’adolescence et pour l’âge adulte, pour toute personne disposant d’un Q.I allant de normal à supérieur.
Parce que ce monde va très très mal, certaines lectures peuvent vous faire du bien et vous sauveront.
Merci ! Enchantement.
Ceci a changé positivement mon existence, et je le conseille à tout le monde !
Le premier roman ayant abordé le thème des cagots est celui-ci :
Les surprises de l’Histoire !
Vos commandes de livres pour l’été, c’est maintenant et ici.
Pour vos commandes et demandes de renseignements pour avoir vos livres en vacances, donc sans plus tarder, un email de l’éditeur :
editionorpubli@gmx.fr
Les livres peuvent être envoyés à votre adresse  dans un pays étranger.
Règlement Paypal.

 

Publicités

Vos commandes de livres pour l’été, c’est maintenant et ici.

Un mot de mon éditrice.

Marie, auteur des livres ci-après présentés ne perçoit aucun revenu, pas même pour son handicap; ni salaire, ni pension, ni retraite. Véritable paria, un peu comme les Cagots à découvrir dans l’un de ses romans présenté ci après, Marie  est   depuis toujours systématiquement exclue de la solidarité nationale et de tout droit social. Outre la qualité de ses livres et leur véritable intérêt, outre le fait de découvrir une rare vraie romancière française, érudite et sachant manier la langue, vous faîtes une très bonne action en acquérant ses livres et en les faisant connaître. Merci.

Tout renseignement vous sera donné par contact mail avec l’éditeur, et l’éditeur peut envoyer les livres dans tous les pays du monde.
Le règlement Paypal est possible et facilite les transactions.
Voici l’adresse mail pour prendre des renseignements et passer commande :
editionorpubli@gmx.fr
Rappel des livres disponibles :
Deux romans celtes, gaulois d’après une histoire vraie, une saga inoubliable. « Voilà la vérité sur nos ancêtres celtes, gaulois, et c’est tellement vivant  ! » Aurélien M, infirmier.

L’Aigle Arverne                 Arianrhod

couvertureaigleaverne        Capture.JPG couverture Arianrhod 10 janvier 2017

20 €                                         20 €

Merci ! Enchantement.

Ceci a changé positivement mon existence, et je le conseille à tout le monde !

L’arbre ancêtre : passage extrait du roman celte : L’Aigle Arverne.

Le Captif de Saône :

Roman historique sur les cagots, une mystérieuse communauté de parias portant une burka (hommes e, femmes, enfants) en France durant huit siècles, et pourtant charpentiers de génie de nos cathédrale. « A lire absolument, ce roman magnifiquement écrit sur un sujet ignoré de notre Histoire. » Vincianne B, enseignante.

couvertureLe-Captif-de-Sone

20 €

Les Fantaisies de la lune :

Recueil de nouvelles, tendres, fantastiques et parfois… plus…

Capture.JPG couverture Les Fantasies de la lune 10 janvier 2017

12 €

Autres Humanités :

Le  darwinisme étant une grande tromperie, la preuve de cette supercherie repose sur l’existence vraie, passée ou présente sur notre planète, d’êtres de types humanoïdes ne relevant pas d’une filiation à la mode de la théorie jamais prouvée de l’évolution. Vestiges découverts, rencontres même et témoignages; Nombreux documents et très beau livre avec illustration du peinte Yannick-J-D Sanchez. Un livre dont il faut disposer chez soi pour s’en instruire et alimenter de bonnes conversations entre amis et proches, à propos des géants réels, des gnomes, sirènes et humano-marins, HSV , Hommes Sauvages Velus dont bigfoot, Yéti, Marfolat, Yowie, Yeren, etc..

scanimpressioncouvertureautreshumaniteacutes_zps0dcc8c29

18 €

Mystérieuses Disparitions et Voyageurs du Temps.

Cette œuvre est à la fois compilation de très nombreux cas de disparitions irrationnelles, dont devant témoins qui se produisent partout dans le monde. Des hypothèses scientifiques émergent, et d’autres sous formes de théories il y a peu sont confirmée et des débuts de preuves sont apportées.Encore un livre qui vous permettra de partager un beau sujet de conversation avec vos proches, de leur lire des passages, des cas, tous aussi vrais qu’étranges.

scan 2 couverture Mysteacuterieuses Disparitions_zpsqdo1nera

23 €

Sages Paroles des Chefs Indiens

Géronimo, Seattle, Siitting Bull, Chef Joseph, Black Elk sont tous des chefs amérindiens dont vous connaissez les noms, mais vous ignorez sans doute leurs paroles de sagesse dont certains sont des prophéties pour nous et notre époque !

couvertureSagesParoles-des-chefs-in

15 €

Revivre :

La vie, la mort, l’entre deux vies, la réincarnation, un sujet qui nous parle à tous.

couvertureRevivre

12 €

Nota Bene : Les frais d’envoi, en sus du prix du livre dépendant du poids de chaque livre, de sa destination et du mode d’envoi préféré (envoi simple ou Colissimo), pour chaque livre commandé, veuillez demander le montant à l’éditeur, laquel vous indiquera aussi comment effectuer votre règlement, selon le choix de Paypal ou d’un règlement par chèque

Squelettes de géants de 5,50 m en Russie.

Illustration : véritable momie de géante trouvée aux USA.
scanimpressioncouvertureautreshumaniteacutes_zps0dcc8c29
Ce livre se commande à la FNAC ou en prenant contact à l’adresse mail de l’éditeur : editionorpûbli@gmx.fr
Dans le village de Mikhaïlovka près de la Volga, les restes des géants sont enterrés et les populations locales se considèrent comme leurs descendants .
Les premiers témoignages parlant  des géants habitant la côte de la Volga sont apparus en 922. Leur auteur était le diplomate arabe Ahmed ibn Fadlan, qui a raconté sa rencontre avec un homme géant, ou plutôt avec le squelette alors mis à jour d’un tel géant.
Rappelons que la coudée, mesure antique évoquée ici fait 45,72 cm.
« Et j’ai vu que sa tête était comme une grande baignoire. Ses côtes sont comme les plus grandes branches sèches de palmiers, et de même les os de ses tibias et ses deux os ulnaires, écrit le voyageur, et je suis ici près de cet homme, et je vois en lui douze coudées de longueur( il mesurait donc 5,50 m environ). Et maintenant, sa tête est le plus grand chaudron qui soit. Et le nez en occupe un quart, les deux yeux sont énormes, et les doigts sont plus d’un quart … « .
L’histoire racontée par Fadlan est passée à la postérité. Nombre d’habitants du district Terengulsky de la région d’Oulianovsk sont sûrs que les géants vivaient dans cette région. Il y a beaucoup d’endroits mystérieux dans le district de Terengulsky. Dans la forêt locale il y a un « jardin de pierres » inhabituel dans lequel, selon la légende, vivaient les géants décrits par Fadlan.

Série d’articles : Les géants ont vraiment existé par Marie Roca

Kidnappé par le yéti !

Yéti2
yéti 3

yéti4

En 1930, le docteur Hin-Chen, éminent professeur d’histoire humaine à l’Université d’Oulan-Bator était en expédition sur les contreforts de l’Himalaya; il était assisté de deux porteurs sherpas, et des yaks portaient le maximum des charges. Il fallait du courage pour braver le froid intense qui sévit dans cette contrée, mais l’une des missions que s’était assignée le chercheur était justement d’étudier la résistance au froid, et la possibilité de survie en haute altitude..
La veille, le chercheur et ses sherpas avaient été intrigués par d’énormes traces de pas qui n’étaient pas semblables aux traces des animaux connus, mais qui montraient la présence d’orteils ressemblant à ceux des humains. Les trois hommes et leurs animaux de charge avaient décidé de suivre ces traces qui les intriguaient. Avant la tombée de la nuit, le scientifique mongol ordonna l’édification du camp à l’abri d’un escarpement rocheux, situation protégeant un peu des intempéries, mais surtout du risque avalancheux. Un feu de bouses séchées de yaks leur permit de réchauffer l’eau pour un thé, puis de s’endormir, emmitouflés dans des vêtements de fourrure. Tandis qu’il dormait ou somnolait, le scientifique fut  soulevé et emporté, puis à un moment, on le déposa sur un sol dur. Ouvrant les yeux, une semi obscurité finit par lui montrer l’évidence qu’il se trouvait dans une caverne, mais effroi, il n’était pas seul ! Deux grands êtres velus étaient là devant lui. Ils mesuraient bine plus de deux mètres et l’un semblait femelle du fait de sa poitrine. Les deux êtres d’apparence globale humanoïde le fixaient intensément et semblaient l’observer exactement comme lui, scientifique aurait observé un singe. Usant d’un langage composé de sons rauques, le couple humanoïde échangeait des propos à son sujet. Le scientifique ne fut pas en reste pour détailler quant à lui ces êtres qui correspondaient en tous points aux descriptions qu’en faisaient les populations locales. A l’exception de leur visage, de longs poils roux recouvraient leur corps. Le savant était terrorisé. Son fusil était resté au campement, et il se trouvait en fait isolé du monde extérieur par une crevasse de quatre mètres de large que les yétis franchissaient d’un bond. Cela signifiait que le Yéti qui l’avait apporté ici avait pour ce faire sauté par-dessus cet abîme ! Le savant transpirait de peur à cette seule évocation, mais aussi parce que son retour au monde des hommes ne dépendrait que du bon vouloir de ses hôtes forcés, si tant est que la fantaisie ne leur prennent d’en faire leur nourriture. Il se rassura pourtant en voyant que le couple ne le brusquait pas, et donc n’avait sans doute pas l’intention de lui nuire. Il évita tout geste brusque. Toutefois, à un moment, le professeur tira sa montre pour regarder l’heure, et la vue de l’objet suscité chez l’un des yéti une sorte de délire joyeux, lorsque le tic-tac de la fonction chronomètre de cette montre à gousset se fit entendre. Les deux yétis se mirent à bavarder entre eux, toujours avec leur langage rauque et inconnu, et ils se mirent à préparer trois grosses boulettes comportant des lichens auxquels ils mélangèrent des morceaux de salpêtre détachés des parois rocheuses, le tout ramolli à l’eau glacée qui suintait des parois. Avec un petit cri, le yéti le plus grand, le mâle sans doute remit l’une des boulettes à son captif. Le savant goûta et trouva à ce repas de yéti, un goût d’algues saumâtres.
Hin-Chen nota que le pouce de l’homme des neiges, s’opposait aux autres doigts tandis que le gros orteil n’avait pas la même particularité, ce qui déterminait des caractéristiques humaines qu’aucun singe ne partage. caractéristiques humaines. Il s’agissait donc d’une espèce proche de l’espèce humaine. En consultant de nouveau sa montre, le chercheur réalisa qu’il se trouvait depuis six heures en compagnie des yétis., dans cette grotte isolée de l’extérieur par une large crevasse qu’il ne lui était pas possible de franchir. Allait-il disparaître ainsi de son propre monde et mourir ainsi prisonnier des yétis ?
A l’instant même où ses réflexions sordides lui traversaient l’esprit, un évènement encore plus inimaginable que les autres se produit. La femme s’étant approchée, lui manifesta un intérêt de l’ordre de celui qu’une femme peut éprouver pour un homme dont elle est amoureuse, ou dont elle attend une satisfaction sexuelle.
Ce manège de la femelle fit réagir le mâle qui empoigna soudain le scientifique, le chargea sur son épaule, et d’un bond puissant franchit la crevasse, puis en larges foulées le ramena près du campement. Le scientifique estima que plusieurs kilomètres séparait le camp de la grotte. Le yéti disparut très vite.
Ce rapt par un yéti est attesté, et la victime en fut en 1930, le recteur de la faculté de Géographie humaine d’Oulan-Bator, capitale de la Mongolie extérieure. Le professeur Hin-Chen a lui-même narré son aventure. A proximité du lieu de l’enlèvement, les sherpas avaient relevé les traces du yéti.
Ceci est d’ordre à attester de l’existence réelle des HSV, Hommes Sauvages Velus, dont le Yéti est l’une des souches :  Mai 2001 :  analyse de l’ADN d’une touffe de cheveux recueillie dans un arbre au Bhoutan . Bryan Sykes, Professeur de Génétique Humaine à l’Institut d’Oxford de Médecine Moléculaire, un des experts principaux mondiaux dans l’analyse d’ADN, qui a examiné ces cheveux ou poils , a déclaré « Nous y avons trouvé de l’ADN, mais nous n’avons pas pu déterminer son origine. Cela n’est pas un homme, pas un ours ni autre chose et nous n’ avons jusqu’ici pas été capables de l’identifier. Cela est un mystère auquel nous n’aurions jamais pensé. Nous n’avons jamais rencontré cet ADN inconnu. »
Dire qu’on nous bassine encore et toujours avec l’ineptie de la théorie de l’évolution et d’une origine unique de notre humanité venant intégralement d’Afrique ! Là, on peut dire que cet acharnement à vouloir nier les évidences pour détruire certaines parts de l’actuelle diversité humaine est simiesque ! Des milliers de scientifiques de haut niveau réfutent du reste la théorie de l’évolution et ont signé des pétitions, mais les gouvernants eux, en usent et en abusent, mais à qui cela profite-t’il donc ?

Yéti 6

Un livre sur les sujets des Hommes Sauvages Velus, des géants, sirènes, gnomes, etc…
Nombreuses photos et documents.
18 €
5 € de frais de port
On peut se le procurer en librairie, sur commande, ou en contacter l’éditeur à ce mail  :

editionorpubli@gmx.fr

scanimpressioncouvertureautreshumaniteacutes_zps0dcc8c29

Sur les Hommes Sauvages Velus, lire aussi :

Connaissez-vous le yowie ?

Le lourd secret de Serephine…

Bigfoot sur tous les continents : 3 : rencontre au Québec.

Géant ou Bigfoot ? Découverte au large de Taïwan.

Amitié entre un Bigfoot et un amérindien.

Face à Bigfoot en 1982 en Angleterre.

Une femme russe kidnappée par un Alma, bigfoot russe.

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements, rencontres : Deuxième partie.

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements : première partie.

Rencontre avec un Bigfoot..

 

 

 

Tout sur les géants, traces, découvertes, partout dans le monde.

Pour tous ceux qui s’intéressent aux vraies découvertes de vrais géants, mais aussi aux énigmes relatives à d’autres typologies humanoïdes présentes sur notre planète, voici quelques liens :

Mystères et géants du Mont Bucegi en Roumanie.

Des arbres gigantesques peuplèrent la terre, au temps… des géants !

Des géants au Japon. Giants in Japan.

Un géant trouvé en 2016 en Italie.

Des squelettes géants découverts près de Stonehenge !

Le livre sur les géants Bigfoot et sirènes en promotion exceptionnelle !

Des géants en ESPAGNE ? Gigantes en Spana.

Un géant découvert en Angleterre.

Dés géants en Australie ; découvertes authentiques.

Une porte géante s’ouvre dans la chaussée des géants…

Les géants ont vraiment existé par Marie Roca

Série d’articles : Les géants ont vraiment existé par Marie Roca

Les géants 3 : Des mythologies au réel.

Many giants discovered in the USA.

Des géants au Japon. Giants in Japan.

Les géants 4 : preuves : Empreintes.

Les géants 5 :Découvertes aux USA.

Les Géants 6 : Les géants cornus.

Les géants 7 : Le géant d’Israël.

Les géants 8 : Le géant à la panthère.

Les géants 9 : Géants du Pérou.

Géants 10 : Les géants des Pyrénées.

Géants 11 : Un géant dans la ville. A true Giant in a village

Géants 12 : Exposition de vrais Squelettes de géants de 7 mètres !

Géants 13 : Les géants de Bavière.

Géant ou Bigfoot ? Découverte au large de Taïwan.

Géant ou Bigfoot ? Découverte au large de Taïwan.

Sujets qui intéressent aussi les curieux qui s’intéressent aux géants :

Preuves d’exterminations d’autres humanoïdes au 19 me siècle En France !

Lutins trouvés en Suède !

Vrais gnomes dans les Alpes. True gnomes of the Alps.

Squelettes de gnomes découverts en Irlande.

Une entrée de la terre creuse en Amazonie.

Terre creuse découverte par l’amiral Byrd. Divers témoignages.

La Terre Creuse : Deux marins y sont précipités.

Pourquoi ces cités souterraines ?

Les HSV, Hommes Sauvages Velus, Bigfoot, Marfolat, Almasty, Yéti, Yéren, Yowie…

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements : première partie.

Rencontre avec un Bigfoot..

Connaissez-vous le yowie ?

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements, rencontres : Deuxième partie.

Bigfoot sur tous les continents : 3 : rencontre au Québec.

Une femme russe kidnappée par un Alma, bigfoot russe.

Le lourd secret de Serephine…

Face à Bigfoot en 1982 en Angleterre.

Amitié entre un Bigfoot et un amérindien.

Preuves d’exterminations d’autres humanoïdes au 19 me siècle En France !

Dans l’article suivant, il est entre autres phénomènes aussi question de Bigfoot :

L’épouvante règne dans un ranch

scanimpressioncouvertureautreshumaniteacutes_zps0dcc8c29

Preuve absolue du fait que l’homme ne descend pas d’une lignée commune avec le singe : Darwinisme à la poubelle !

Vous avez sans doute déjà regardé un humain dans les yeux, mais avez-vous regardé un singe dans les yeux ?

En avez-vous observé le regard d’autant de plusieurs singes d’espèces différentes ?

Reconnaissons que l’expérience est rare, mais elle peut être tentée, et que voyons-nous alors ? Aucune zone blanche pour l’œil du singe !

Il paraît qu’une chose n’a jamais évolué : l’œil, alors l’œil humain a toujours été celui d’un œil humain différent de celui du singe.

Regardez cette photo :

oeil humain

Aucun blanc dans les yeux des singes !
Regardez ci-dessous l’œil du gorille juste au-dessus d’un regard humain :

oeil gorille

Non, l’humain ne descend pas d’un ancêtre commun avec le singe.
Par ailleurs, comme vous le savez j’ai pas mal étudié la question des HSV, les Hommes Sauvages Velus tels Bigfoot, Marfolat des Alpes, Yéti, Yere, Yowie etc… Les descriptions faîtes par des gens qui furent enlevés par des bigfoot, des Almasty, des Marfolats parlent de regards semblables aux nôtres, avec le blanc de l’œil, ce qui signifie que ni ces humanoïdes issus de banches parallèles à la nôtre, ni nous humains des diverses races homo-sapiens ne pouvons descendre d’un ancêtre commun avec le singe, à savoir qui n’aurait pas eu la même conformation d’œil que celle dont nous bénéficions de nos jours et depuis toujours.
Des milliers de scientifiques ont signé des pétitions pour qu’on mette enfin un terme à cette ineptie de théorie de l’évolution, et les preuves abondent du fait que cette hypothèse n’ayant trouvé aucun fondement est caduque, mais la preuve par l’œil  si différent  finit par convaincre, sauf ceux qui veulent rester dans la manipulation par cette théorie par laquelle on manipule les peuples.
La vérité scientifique est celle qui admet l’inanité de la théorie de l’Evolution et du darwinisme.
Parmi les détracteurs de cette théorie de l’Evolution, on peut citer citer Jean-François Moreel, Docteur en biochimie et spécialiste en génétique moléculaire et en embryologie. M. Moreel œuvre pour la démystification du darwinisme afin de libérer les scientifiques de cette idéologie et leur permettre de reconquérir leur liberté de penser.
D’après lui, le Darwinisme est une des plus grosses fumisteries intellectuelles de notre époque. Il a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet dont “Le Darwinisme envers d’une théorie”. Son livre démontre de façon implacable, au travers des différentes disciplines scientifiques en jeu, de la paléontologie jusqu’à la génétique & biologie moléculaire, que la réalité des connaissances scientifiques conduit de façon irréfutable à la non validité de ce “mythe officiel” qu’est le darwinisme.

https://fr.scribd.com/doc/27608524/Dossier-Darwin-Nexusn-64-Sept-oct-2009

Darwinisme : des scientifiques demandent son abandon.

Voir aussi le livre Autres Humanités :

scanimpressioncouvertureautreshumaniteacutes_zps0dcc8c29

Le livre sur les géants Bigfoot et sirènes en promotion exceptionnelle !

Preuves d’exterminations d’autres humanoïdes au 19 me siècle En France !

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements : première partie.

Vrais gnomes dans les Alpes. True gnomes of the Alps.

Squelettes de gnomes découverts en Irlande.

Connaissez-vous le yowie ?

Sirènes : Témoignages.

Civilisation de géants découverte dans l’Antarctique. Premières photos ici !

 

 

Preuves d’exterminations d’autres humanoïdes au 19 me siècle En France !

Des races humanoïdes archaïques exterminées par les illuminati en Francde au 19e siècle.

Un peu partout dans le monde, dans des zones forestières montagneuses, il est question de géants anthropoïdes humains. Ces géants figurent parfois en bonne place dans les légendes, mais justement, les légendes et récits populaires ne se construisent pas sur rien et ont toujours comme point de départ, des témoignages directs. Sur ce blog, en rubrique « Révélation » j’avais déjà mis une vidéo au sujet du témoignage d’un homme qui aurait été retenu prisonnier par les sasquatchs au USA, au siècle dernier.

Je suis à la recherche de documents sur des témoignages de rencontres avec des êtres tels ceux-là, et je me doutais bien qu’on devait pouvoir en trouver en France, lorsque au hasard de mes lectures d’été, j’ai trouvé un témoignage, dans un ouvrage traitant de la Vallée du Grésivaudan, en Isère et plus exactement non loin de Chambéry dans les Alpes du Nord. Un témoin direct a raconté à l’auteur du livre que je lisais, son témoignage d’une rencontre plus que singulière avec des êtres que nous qualifierons d’étranges, correspondant aux récits légendaires et parfois mythologiques.

Je reviendrai sur ce témoignage époustouflant, mais précisons que le témoin raconte que les anciens disaient qu’on peut parfois rencontrer dans la montagne, des géants velus, hauts de deux mètres cinquante, et qu’il vaut mieux les fuir. Les anciens nommaient « marfollats », ces géants velus, et disaient qu’en fait, on pouvait être amené à rencontrer ces êtres, ainsi que d’autres, dont je parlerai plus tard, une fois par siècle, durant quelques heures, la nuit. Toutefois, à la différence des autres êtres « mythologiques » dont je parlerai plus tard, et qui ne se montrent en effet que quelques heures, de nuit à un moment donné, il semblerait que des paysans de jadis aient souvent vu des marfollats, de jour, et d’une année sur l’autre, ce qui implique qu’il s’agit bien d’espèces humanoïdes réelles qui nous furent ou nous sont  parallèles.

Il faut largement diffuser ceci dans le monde entier, car ce qu’ils ont fait avec marfolats, les Bigfoot européens,  nains et autres, ils continueront de le faire, si on les anéantit pas en répandant toute la vérité, partout, dans tous pays, et en les anéantissant eux, les innommables qui gouvernent le monde en se cachant plus ou moins derrière les marionnettes politiques.

J’en dis bien plus dans le livre : « Autres Humanités » que je conseille à chacun de se procurer car c’est une bonne base sur de tels sujets qui peuvent alimenter les conversations bien plus intéressantes que celles sur les fesses de la « Karda chiante » et autres créatures sous emprise des immondes qui les livrent en modèles.

Pour le besoin de certains chapitres du livre Autres Humanités, je fus amenée à me pencher sur des sujets qui me dévoilèrent quelques preuves de l’extermination en Europe, de races d’hommes archaïques, comme des races d’hommes situées dans tous les départements des Alpes et qu’on nomma alors génériquement « crétins des Alpes », en cumulant des genres de personnes très différentes. Les crétins des Alpes n’étaient pas des idiots issus de familles ordinaires comme on nous l’a dit, mais une race archaïque gnomique, propre aux Alpes.

En fait, il y eut au moins deux races d’hommes archaïques : des nains, et au contraire, ceux qu’on nommaient localement en Isère et dans les départements de Savoie, les Marfolats, lesquels existaient aussi par delà les Alpes en Italie, tout comme les gnomes sont attestés également dans le Valais en Suisse..

Je continue mes recherches sur les crétins des Alpes, mais voici des faits relatés par Balzac; étant donné qu’il cite avec précision certains lieux, il est fort probable que  soit authentique, l’histoire de cette extermination de cette race en Isère, car il ne parle pas des autres départements des Alpes, mais seulement de ceux d’Isère et de faits particuliers. Voici un article paru à ce sujet dans la revue « Bipédia » numéro 7 :

BIPEDIA 7

LES HOMMES SAUVAGES DE VOREPPE
PAR RENÉ LAURENCEAU

Première publication : septembre 1991, mise en ligne : vendredi 27 juin 2003

En lisant Le médecin de campagne de BALZAC, on en vient à se demander qui sont ces crétins des Alpes : on ne comprend pas comment des débiles ont pu assumer la responsabilité de garder des troupeaux dans l’alpage, ni pourquoi l’Eglise catholique se refusait de leur donner le moindre sacrement, ni pourquoi la décision de les faire disparaître fut prise, sous prétexte qu’ils se reproduisaient trop bien. Le comportement de la population villageoise à leur égard est surprenant : quand le maire du village vient chercher le dernier crétin, qui avait échappé à la solution finale, le téméraire est reçu à coups de pierre, et quand le dernier crétin finit par mourir, l’Eglise accepte tout de même de l’enterrer au cimetière, comme un être humain. Cet homme n’a jamais parlé : les sourds-muets non plus ne parlent pas. Mais les sourds-muets gardent-ils des troupeaux dans l’alpage ? Cet homme a un énorme bourrelet sus-orbital, et il a des yeux de ’poisson mort’. Surtout, cet homme a la peau blanche comme la craie, ce qui lui a fait donner le surnom de crétin.
Bien sûr, on peut prendre un débile et l’appeler crétin pour montrer que crétin n’est que synonyme de débile, et classer le dossier, comme TYSON en 1699 avait pris un chimpanzé, qu’il avait appelé orang-outan pour montrer que l’orang-outan n’était qu’un chimpanzé, mais quand on connut le mawass de Bornéo, on l’appela orang-outan, ce qui permit au chimpanzé de redevenir chimpanzé, mais n’empêcha pas le pongo d’Afrique de conserver son surnom de gorille pour faire disparaître à jamais le gorille insulaire décrit par HANNON. Chacun peut prendre n’importe qui pour lui donner n’importe quel nom. Mais cette ruse est grossière, et le crétin des Alpes, aujourd’hui disparu, ne semble à personne avoir été un débile. C’était un homme robuste et fruste, qu’on gardait en hiver dans de sombres maisons. Cet homme ne cultivait pas, mais on le nourrissait pour garder les troupeaux dans l’alpage, en été.
Les hommes qu’on envoyait dans l’alpage étaient châtrés, mais on gardait quelques reproducteurs. Quant aux femelles, on ne gardait que celles nécessaires à la reproduction de cette sous-espèce, et au plaisir illicite des villageois.
L’ensemble était trouble sur le plan moral, et le maire du village décida d’envoyer sur Aiguebelle, avec l’autorisation verbale du préfet, cette population mi-humaine mi-bestiale, et personne n’est allé vérifier si les convois, partis de nuit, ’nuitamment’ nous dit BALZAC, étaient arrivés à destination ou si leur chargement n’avait pas été déversé dans des charniers, quelque part dans le Massif de la Grande Chartreuse, non loin de Voreppe.
Le hasard des travaux des Ponts et Chaussées nous fera peut-être un jour découvrir un de ces charniers. Peut-être aussi découvrirons-nous un jour dans un cimetière les ossements du dernier crétin, celui que la population villageoise avait surnommé CHAUTARD, et dont elle avait obtenu l’ensevelissement au cimetière communal. De façon plus vraisemblable le mystère des crétins des Alpes risque de rester à jamais enfoui. C’est le mystère des hommes-des-neiges français, capturés dans la neige, mais qu’on ne laissait sortir qu’en été. »