A lire ou relire : toutes sortes de sujets.

En voilà pour tout le monde, de quoi s’informer, s’instruire, réfléchir sur plein de sujets différents.
Pour ceux qui ont déjà lu ces articles, je suis certaine que vous aurez plaisir à relire certains d’entre eux. Interrogation écrite à la rentrée ! Bon, là je rigole.

La Laminine, protéine structurelle de notre corps a la forme de la croix de Jésus

Donner ses organes, c’est piéger son âme ! Ne vendez pas votre âme, donc refusez !

Lien vaccins-autisme : plus de 100 familles françaises portent plainte. Etudes scientifiques le prouvant ajoutées.

21 ans, en pleine forme, et 12 secondes plus tard : squelette !Terrifiant et vrai !

Non à l’holocauste et au puçage par vaccins ! Pétition à signer massivement partout.

J’ai rencontré une reptilienne en 1975.

Ils ont vu et rencontré des reptiliens !

Amitié entre un Bigfoot et un amérindien.

Signe miraculeux chrétien : miracle de l’eau bénite.

Libérez-vous pour libérer l’humanité.

Libérez-vous des entités (pourries) du karma : 2

Le Sacré-cœur m’est apparu !

Le sexe supérieur selon la nature est la femme.L’Algérie produit des immortels… L’escroquerie des Algériens.

Songe de la corde de lumière. 1991.

Rêve du temple d’énergie.

Message du ciel et photographie magique.

Couronnées de lumière après un soin reiki.

Mystères et géants du Mont Bucegi en Roumanie.

Une femme russe kidnappée par un Alma, bigfoot russe.Ma vie chez les elfes. Première partie.Ma vie chez les elfes. Seconde partie.

Le lourd secret de Serephine…

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements : première partie.

Avion décolle en 1954 et se pose en… 1989…

Transportées dans le passé en Belgique.

Deux disparitions mystérieuses près de pyramides aux USA et en France.

Darwinisme : des scientifiques demandent son abandon.

Une énorme tempête soudaine sauve les chrétiens persécutés !

 

Articles à la une sur divers sujets.

Je vous invite à lire ou relire :

Signe miraculeux chrétien : miracle de l’eau bénite.

Deux disparitions mystérieuses près de pyramides aux USA et en France.

Un escalier gigantesque en Antarctique.

Message du ciel et photographie magique.

Etrange tourbillon : des fées ?

Une porte géante s’ouvre dans la chaussée des géants…

Les templiers : Pourquoi leur fin tragique ? Une possible raison personnelle…

Un adolescent revit soudain des traumatismes de vies antérieures.

Avion décolle en 1954 et se pose en… 1989…

Suliko : Magnifique émotion !

Fantôme de son aïeule.

Bigfoot sur tous les continents : 3 : rencontre au Québec.

Couronnées de lumière après un soin reiki.

Le taux vibratoire de la Terre s’envole !

Vrais gnomes dans les Alpes. True gnomes of the Alps.

Pour commander mes livres.

Sorcier brûlé à Grenoble en 1606.

Le Salvador bannit Monsanto et a des récoltes records !

Une femme russe kidnappée par un Alma, bigfoot russe.

 

Amitié entre un Bigfoot et un amérindien.

scanimpressioncouvertureautreshumaniteacutes_zps0dcc8c29
Un livre à avoir chez vous pour parler à vos amis des Bigfoot de toutes sortes et partout dans le monde, des géants, des sirènes, des gnomes bien réels, témoignages, photos, etc… Prix actualisé 18 €. A commander soit à la FNAC, soit en prenant contact avec l’éditeur : editionorpubli@gmx.fr

Témoignage d’un amérindien sur la rencontre de son  grand-père avec le Matah-kagmi ou Bigfoot, ou Sasquatch.

« Mon grand-père naquit en haute Californie près du mont Shasta, en 1853. Il prit part à la guerre, de 1872-73, que firent les Amérindiens Modoc pour défendre leur pays natal; ce fut, comme toujours, la même histoire : la défaite et leur envoi par les Blancs dans une réserve.
Il me racontait cette histoire quand j’étais enfant et je ne me lassais jamais de l’entendre.  Ce fut un soir de l’été de 1897 qu’il rencontra pour la première fois le Sasquatch. Il suivait la piste d’un cerf près d’un lac, au crépuscule, lorsqu’il vit devant lui quelque chose qui ressemblait à un haut buisson. En s’approchant un peu, il sentit une forte odeur vaguement musquée. Il regarda alors mieux le buisson et soudain s’aperçut que ce n’était pas du tout un buisson, car il était couvert de la tête au pied d’un épais poil rude, qui ressemblait beaucoup à du crin de cheval. Il avança d’un pas, mais la créature émit un son ou un cri à peu près comme « naïïaaaah ! ». Grand-père sut alors que c’était l’un de ceux dont il avait entendu les Anciens parler : un Sasquatch ! Bien que la nuit tombât, grand-père put voir nettement deux yeux marron clair dans l’amas poilu de la tête, puis la créature bougea légèrement; grand-père fit un geste d’amitié et posa à terre la brochette de poissons qu’il portait. La créature comprit évidemment cela car elle s’empara vivement des poissons et s’enfuit à travers la proche futaie. Elle ne s’arrêta qu’un instant et lança un nouveau cri que grand-père n’oublia jamais… un cri long et sourd « Eéégooooooumm ! »

Grand-père ne raconta jamais cette histoire à personne en dehors de la famille et il parlait de ces créatures comme d’êtres humains appelés Matah Kagmi. Il y a là quelque chose de très intéressant, et il est douteux que ce puisse être une simple coïncidence : c’est que les habitants du Tibet appellent le fameux « homme des neiges » Metoh Kagmi. Ces deux noms sont très proches. Quelques semaines après sa rencontre avec le Matah Kagmi, il fut réveillé un matin par des bruits insolites autour de sa cabane. En allant voir, il trouva une pile de peaux de cerfs fraîchement dépouillés et prêtes à être tannées.  Au loin, il entendit de nouveau le cri étrange « Eéégooooooumm ! » Par la suite, d’autres choses furent apportées de temps en temps  : du bois pour le chauffage ou des baies et des fruits sauvages.
Ce fut quelques années plus tard que grand-père eut sa seconde, mais beaucoup plus étonnante, rencontre avec le Sasquatch. Il travaillait avec quelques Blancs de la région de San Francisco, les aidant dans la recherche d’un trésor qu’on supposait être sur le mont Shasta.  Après que leur petit groupe eut atteint le pied de la montagne, les Blancs se mirent à boire beaucoup : grand-père leur dit alors qu’il irait en avant et explorerait quelques-unes des basses corniches rocheuses puisqu’ils n’étaient pas en état de le faire eux-mêmes. Tôt ce matin-là, il prit un sentier de montagne et, après une longue et difficile ascension, il atteignit une corniche qu’il désirait examiner. C’est alors que cela arriva. Il fut mordu à la jambe par un serpent à sonnette des bois! Grand-père tua le serpent et tenta de redescendre vers un endroit plus confortable, mais bientôt il eut de la difficulté à continuer et, autant qu’il s’en souvînt, il fut pris de douleurs à l’estomac et s’évanouit. Lorsqu’il reprit de nouveau connaissance, il crut qu’il rêvait, car il était entouré de trois grands Sasquatch d’une taille de 2,50 à
3 mètres. Il remarqua qu’ils avaient légèrement incisé la morsure du serpent puis retiré, d’une manière ou d’une autre, une bonne partie du venin, et mis de la mousse fraîche sur la plaie. Alors, l’un des Matah Kagmi émit une sorte de grognement et les deux autres soulevèrent grand-père et l’emportèrent par une piste qu’il ne connaissait pas. Après une petite descente sur le flanc de la montagne, ils le placèrent enfin sous un arbuste broussailleux et le laissèrent. De nouveau, grand-père entendit le cri lugubre des Sasquatch « Eéégooooooumm ! »

Au bout d’un moment, il commença à se sentir mieux, et prenant son vieux pistolet à capsule calibre 44 (11,17 mm), il se mit à tirer quelques coups de feu en l’air. Finalement, les chercheurs d’or le retrouvèrent. Grand-père ne dit rien de ce qui était arrivé concernant le Sasquatch. On le ramena à l’endroit où les mulets de bât étaient attachés et, de là, à la plus proche petite ville. Il s’y reposa quelques jours et retourna ensuite au lac Tule. Grand-père ne parla de cette rencontre qu’avec sa famille la plus proche et à partir de ce moment ne voulut plus emmener personne à n’importe quel prix dans la région du mont Shasta. Il disait simplement : « Matah Kagmi existe ! C’est un lieu sacré, j’ai des amis là-bas. »   

Pendant de nombreuses années ensuite, dans le calme du soir ou parfois tard dans la nuit, il entendit encore le cri qu’il connaissait bien :  « Eéégooooooumm ! », l’appel des Sasquatch. Grand-père ajoutait que les Matah Kagmi n’étaient pas méchants mais qu’ils étaient très farouches, spécialement vis-à-vis des hommes blancs, et qu’ils ne sortaient généralement que le soir ou la nuit. Ils vivaient surtout de racines qu’ils déterraient, et de baies, et ils ne mangeaient de la viande qu’au plus rigoureux du temps froid. Ils habitent dans les trous profonds des flancs de la montagne, inconnus de l’homme. »

Par T. Wakawa. Extrait de Many Smokes, magazine national amérindien, automne 1968 Traduit par Jacques Bergier

Quelques liens sur le sujet des bigfoot de diverses sortes sur plusieurs continents.

Géant ou Bigfoot ? Découverte au large de Taïwan.

Connaissez-vous le yowie ?

Le lourd secret de Serephine…

Face à Bigfoot en 1982 en Angleterre.

Une femme russe kidnappée par un Alma, bigfoot russe.

Bigfoot sur tous les continents : 3 : rencontre au Québec.

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements, rencontres : Deuxième partie.

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements : première partie.

Rencontre avec un Bigfoot..

 

Pour en savoir plus sur le sujet comme sur ceux des géants, des sirènes, voici un livre plein de témoignages et de photos, accessible aux lecteurs de tous âges :

 

 

 

 

 

 

Quelques liens divers.

Pour ce long week-end, à lire ou relire, à écouter aussi :

Pour commander mes livres.

Triangle des Bermudes : bateau réapparu au bout de cent ans…

Civilisation de géants découverte dans l’Antarctique. Premières photos ici !

La vengeance du Labyrinthe.

Le rêve prémonitoire d’un médecin.

Enfin la pétition contre cet immense génocide ! In french then in english.

Un réacteur nucléaire de 1,8 milliard d’années !

Sodome et Gomorrhe retrouvées ! French then english texts.

Un peuple des étoiles : Les Dropas.

Les géants 5 :Découvertes aux USA.

Les géants ont vraiment existé par Marie Roca

Deux authentiques géants filmés.

Les géants 3 : Des mythologies au réel.

Les corps pétrifiés du Tennessee.

Les géants 4 : preuves : Empreintes.

Face à Bigfoot en 1982 en Angleterre.

Ma vie chez les elfes. Première partie.

Les OGM stérilisent l’humanité.

En Chine, on tue pour le trafic d’organes !

La page Facebook officielle des éditions Orpubli créée

 

Géant ou Bigfoot ? Découverte au large de Taïwan.

La mandibule inférieure fut trouvée en Aise, au large de Taïwan.
Le fossile a été trouvé par les pêcheurs locaux retirant leurs filets, qui l’ont ensuite vendu dans un magasin d’antiquités local, où le collectionneur Kun-Yu Tsai l’a acheté.
Tsai a fait don de sa collection au Musée national des sciences naturelles de Taiwan, où Dr Chang travaille.
La mandibule de Penghu (centre) trouvée au large de la côte de Taiwan est beaucoup plus grande que les mâchoires inférieures d’Homo erectus De Java et de Chine, malgré son âge beaucoup plus récent selon les chercheurs.
La mâchoire moyenne masculine actuele mesure 14 cm, et ici on frôle les 21, soit une taille d’un tiers de plus. On peut penser que le mâle de cette espèce avait une taille adule située entre 2,40 et 2,50m.
Cela m’amène à observer que c’est la taille de  pas mal d’HSV, Hommes Sauvages Velus comme le bigfoot, le yéti et anciennement, le Marfolat des Alpes.
Pourquoi les chercheurs attitrés ne songent-ils pas à faire ce rapprochement, à faire des modalisations avec les photos de bigfoot ?
Toute personne versée en cryptozoologie fait immédiatement le rapprochement ! Cette mandibule pourrait bien être celle d’un bigfoot.
Le Dr Chang a déclaré que la plupart des mandibules d’Homo erectus du Pléistocène précoce et moyen en Asie avaient des os de mandibule beaucoup plus minces et des molaires plus petites

Les dents étaient beaucoup plus grandes que celles observées dans d’autres fossiles mais très usées

Pourquoi les chercheurs restent-ils englués comme dans une fosse à purin dans les créneaux imposés par le « darwinisme » dont nous connaissons toute la fausseté ?
La vérité est ailleurs et mérite qu’on rapproche enfin la recherche sur Bigfoot et celle sur toutes les espèces humanoïdes sans chercher de chaînon manquant qui n’a jamais existé, puisque toutes ces espèces furent et demeurent encore sur des lignes parallèles et non pas procédant l’une de l’autre à partir d’un ancêtre commun !
Il est temps de sortir la tête du seau de Darwin !
On pourra alors avancer dans la vraie connaissance !
Analyse du fossile, publié dans le journal Nature Communications , montrent qu’il s’agit d’un côté droit presque complet de la mandibule, avec beaucoup des dents molaires et prémolaires encore en place.
Cependant, les molaires sont très usées, la mandibule semblant provenir d’un sujet âgé.
Les socles où les dents de l’incisive auraient été assis pourraient également être vus
Les scientifiques n’ont pas encore obtenu l’ADN de la mâchoire fossilisée.
Au cours de leur étude, les scientifiques ont constaté que les dents sont beaucoup plus grandes que celles des autres fossiles d’Homo erectus trouvés en Asie.
  Elles ressemblaient davantage aux dents de fossiles de 400 000 à 800 000 ans.
Pour moi, la piste à suivre est celle de l’ancêtre de Bigfoot.

scanimpressioncouvertureautreshumaniteacutes_zps0dcc8c29

Sur les sujets des Hommes Sauvages Velus dont Bigfoot et des géants, je ne peux que vous conseiller mon livre plein de photos et de témoignages vrais, que vous pouvez commander directement ici, où tout renseignement vous sera donné :

editionorpubli@gmx.fr

 

Le lourd secret de Serephine…

En 1871, Serephine Long était une jeune femme de dix-sept ans, qui fut enlevée par un bigfoot et détenue dans une grotte de Morris Mountain habitée par un certain nombre de Bigfoot. Toutefois, celui qui  l’avait enlevée la considérait comme sa femme, avec ce que cela signifie. Très malade, elle négocia avec son ravisseur la possibilité de rentrer chez elle, après une année de captivité. Il eut pitié d’elle, la chargea de nouveau sur son épaule et la déposa près de l’endroit où il l’avait kidnappée. Elle fut retrouvée, incapable de dire un mot pour expliquer sa disparition, son absence d’une année. Elle tait vraiment très malade et peu après, elle donné naissance à un bébé étrange et difforme qui mourut peu après sa naissance. Si Serephine a vécu cela à dix-sept ans en 1871, elle se garda d’en parler, de raconter l’incroyable vérité, même à ses parents, et ne dévoila son épreuve qu’en 1929. Elle avait 58 ans et toute sa raison. Elle décéda en 1941 à 87 ans.

Face à Bigfoot en 1982 en Angleterre.

SALFORD, Angleterre – Une femme de 48 ans affirme avoir vu une créature Bigfoot dans un parc à côté d’un parcours de golf à Lancanshire, au nord ouest de l’Angleterre.
Deborah Hatswell a déclaré à Cryptozoology News qu’elle était scolarisée en 1982 quand elle et un ami se retrouvèrent face à face avec la bête vers 14 heures.
« Nous avions décidé de sauter les cours de l’après-midi et d’aller nous cacher dans le parc jusqu’à la fin des cours vers 15h30. Il y a un ancien manoir appelé Summerfield au nord du parc, un énorme terrain de golf et beaucoup d’arbres et de buissons et d’endroits pour se cacher « , a t’elle déclaré. Deborah affirme qu’ils avaient joué autour de la zone du parc Buile Hill pendant un bon moment quand ils ont décidé de s’allonger pour se reposer. « Nous étions épuisés, d’autant que c’était une journée ensoleillée ».
Soudain, Deborah remarqua un «léger mouvement» dans les buissons à sa droite. Pensant qu’un enseignant les avait débusqués, elle s’inquiéta.  » Lorsque les arbustes se sont écartés, je suis passée de l’inquiétude à la terreur. Dans ma ville, on ne parlait pas de bigfoot ou de monstres… »
Les pires cauchemars de la jeune fille se sont concrétisés quand elle a aperçu la «chose» qui regardait les deux adolescents dans la végétation verte. « Une sorte de singe immense se pencha et m’observa, je pouvais le voir et il était dans mon esprit un monstre » – dit Deborah Hatswell.
Il n’y avait qu’environ deux mètres entre eux et l’animal non identifié. Elle l’a décrit comme une créature à grosse tête de primate, mais sans poils sur le visage.
« Mon père est un homme grand et costaud, donc je faisais bien la différence entre un humain de grande taille et de carrure imposante, et cet être qui  se situait entre homme et singe. Sa tête était énorme, la mâchoire semblait puissante, les poils étaient très foncés avec des reflets roux, et il avait des yeux comme les nôtres, mais proportionnés à son visage, un nez semblable mais plus plat et des lèvres et des dents comme les nôtres, ses yeux étaient sombres et ambrés en même temps. Pas de poils sur son visage, à l’exception de sa mâchoire et son menton. Je pouvais voir ses épaules, le haut de ses bras et une peu de sa poitrine, pas de cou vraiment, et ne voyais pas les oreilles dissimulées sous les poils. »
Comme la bête présumée l’observait particulièrement, Déborah s’enfuit aussi vite qu’elle le pouvait, jusqu’à ce qu’elle atteigne sa maison. « J’ai réagi avec peur et j’ai honte de dire que j’ai poussé mon ami et que j’ai fui. Comme j’ai jeté un regard en arrière, j’ai vu l’être se mouvoir également, et il s’enfuit. »
Pendant un certain temps, Deborah n’a informé personne de l’incident. Lorsqu’enfin elle voulut se confier, l’histoire  fut très mal reçue.
« J’ai raconté à ma mère, et elle pensa que j’avais juste vu un sans-abri, et que j’en faisais tout un drame ».
Deborah se lança dans ses propres recherches. Elle lut des livres sur les sujets paranormaux et étudia des cas similaires en provenance des États-Unis. Ensuite, elle a vu le film Patterson-Gimlin, lequel montre une vraie femelle Bigfoot qu’on a surnommée Patty.. « Patty » avait l’air très semblable à l’être que nous avons vu. « 
Les années passèrent et son expérience restait un mystère. Quand il semblait que Deborah avait finalement abandonné, une émission de télévision fit rejaillir les souvenirs enfouis.
« Le monstre de Sykesville apparaît, il était tellement proche de ce que j’avais vu, et l’émotion me revint. Je pleurais et tremblais, et j’avais encore 15 ans, le regardant. À ce moment-là, j’ai décidé que je devais tirer cela au clair une fois pour toutes. « 
Elle prit contact avec un site britannique Bigfoot pensant qu’il devrait l’aider à déchiffrer la rencontre qu’elle avait fait dix ans plus tôt.
« Mais ils ne voulaient pas savoir. Ils ont dit que c’était «trop près de la ville». J’ai commencé à lire les vieux articles sur Woodwoose, homme sauvage velu dont il était question au Moyen-âge et dont on trouve de nombreuses représentations, et à recenser des gens dans les commentaires qui avaient eu des expériences « .
Contrainte de quitter son emploi suite à un accident qu’elle avait eu neuf ans plus tôt, Deborah est devenue experte incontournable concernant les histoires de Bigfoot du Royaume-Uni. Elle a recueilli des centaines de témoignages.
« J’ai également rencontré la plupart de mes collègues membres de l’équipe, la plupart d’entre eux ayant eu leur propre observation et un besoin de comprendre comme moi. Nous avons mis en place des blogs et des pages Facebook pour élargir le réseau et trouver de plus en plus de témoins. « 
Il semble que le travail acharné ait définitivement payé.
« Ce mois-ci, une femme de la région est venue me confier qu’elle avait vu la même chose en 1984. », a t’elle déclaré.