Ne perdez plus un instant.

C’est l’été, et bientôt les vacances.
Le livre est un bon compagnon de vacances, à condition d’être un bon livre.
Pourquoi sur ruer comme des moutons sur le dernier Marc Lévy ou le dernier Musso ?
Pourquoi se laisser manipuler par les publicités main streaming ?
Découvrir, s’enrichir culturellement, se révéler à soi-même par la lecture d’un livre hors des sentiers battus, voilà ce que peut apporter le bon choix du bon livre d’été qui peut devenir livre de chevet.
Ormhael Publication a sans doute votre lecture d’été pour peu que vous soyez une personne avisée.
Nous attirons particulièrement votre attention sur les trois romans historiques de Marie Roca, ainsi que sur Mystérieuses Disparitions et Voyageurs du temps, du même auteur, ainsi que sur Autres Humanités qui vous démontre documents à l’appui, que les géants appartiennent à la réalité comme les êtres humanoïdes velus, type Bigfoot ou autres..
Les deux romans celtes sont bien plus que des romans car ils peuvent changer positivement votre vie. Ils sont conseillés à partir de l’adolescence et pour l’âge adulte, pour toute personne disposant d’un Q.I allant de normal à supérieur.
Parce que ce monde va très très mal, certaines lectures peuvent vous faire du bien et vous sauveront.
Merci ! Enchantement.
Ceci a changé positivement mon existence, et je le conseille à tout le monde !
Le premier roman ayant abordé le thème des cagots est celui-ci :
Les surprises de l’Histoire !
Vos commandes de livres pour l’été, c’est maintenant et ici.
Pour vos commandes et demandes de renseignements pour avoir vos livres en vacances, donc sans plus tarder, un email de l’éditeur :
editionorpubli@gmx.fr
Les livres peuvent être envoyés à votre adresse  dans un pays étranger.
Règlement Paypal.

 

Publicités

Tintagel : site royal de naissance du roi Arthur !

Le roi Arthur n’est pas qu’une légende. Il a réellement existé. Il y a quelques années, on découvrit un tombeau lui étant attribué avec dans le tombeau, un squelette géant; non loin, dans un autre tombeau attribué à Marlin, on découvrit un second squelette géant.
Arthur naquit d’Ygerne, épouse du roi local Vortigern à Tintagel. Sa mère aurait été abusée par l’ennemi juré du père d’Arthur, par ailleurs tué le jour même par cet ennemi surnommé Pendragon : tête de dragon.
Quant à ce surnom, cela m’évoque les têtes de dragon formant la proue des drakkars, navires viking. Est-ce à dire que Pendragon était un aventurier viking arrivé à la tête d’une escouade de drakkars ? Cela expliquerait beaucoup de choses. Rien n’interdit de penser, en effet, que les raids vikings n’aient pas commencé au compte-gouttes d’abord, sur la hardiesse d’un guerrier danois tel ce Pendragon.
Nous n’aurons jamais la clé de ce mystère. Le fait est qu’on semble avoir trouvé le site de Tintagel en Cornouailles. C’est déjà ça !

Des vestiges royaux découverts à Tintagel, lieu de naissance du Roi Arthur selon la légende

Les archéologues sont en train d’investir une mystérieuse implantation côtière, dont ils pensent qu’elle aurait pu être la maison de la royauté britannique post-romaine, à Tintagel dans les Cornouailles, lieu de naissance, selon la légende, du Roi Arthur.

Les chercheurs espèrent découvrir si Tintagel était le site d’une implantation marchande ou d’un centre en plein essor politique entre le 5ème et 7ème siècle, à la fin du règne Romain en Angleterre. Credit: Emily Whitfield-Wicks/English Heritage

Des centaines de morceaux de poterie, que n’utilisaient que des personnes de statut élevé, et du verre ont été trouvés sur le site, situé sur la côte sud-ouest de l’Angleterre. Les chercheurs rapportent que le promontoire aurait été occupé du 5ème au 7ème siècle, probablement par les rois de Domnonée, un royaume britannique natif de l’ouest de l’Angleterre au cours du Haut Moyen Âge après la fin du règne romain.

« C’est la période que nous avons coutumes d’appeler l’Âge des Ténèbres, mais nous évitons désormais ce terme » rapporte le directeur du projet Win Scutt, « mais si nous devions l’appeler l’Âge des Ténèbres, alors ce serait la partie la plus sombre« .

Scutt, conservateur régional pour l’English Heritage, rapporte que plus de 200 pièces de poterie importées de Méditerranée et de verre raffiné ont été trouvées au cours des dernières fouilles sur le site qui ont duré plus de trois semaines en juillet et août.

Ces récentes découvertes suggèrent que le site fut à un moment donné une implantation de haut rang liée au commerce avec la région de l’est de la Méditerranée, à cette époque, siège de l’Empire Byzantin ou  Empire Romain d’Orient.

Les trouvailles comprennent aussi des tessons de poterie au vernis rouge grésé dans un style identifiée comme « Phocaean red-slip ware » (céramique sigillée phocéenne) provenant de ce qui est aujourd’hui l’ouest de la Turquie.

Morceau de verre trouvé sur le site. Photo Credit: Emily Whitfield-Wicks / Courtesy English Heritage
Morceau de céramique sigillée phocéenne provenant de l’ouest de la Turquie. Photo Credit: Emily Whitfield-Wicks / Courtesy English Heritage

Les archéologues ont aussi découvert de grandes jarres de stockage provenant de la région Méditerranéenne, des amphores, qui ont contenu de l’huile d’olive ou du vin.

Bien que quelques tessons d’amphore méditerranéenne et de verre aient été trouvés sur d’autres sites du Haut Moyen Âge dans le Royaume-Uni, ces artéfacts n’ont rien de comparable avec l’abondance de trouvailles faite à Tintagel lors des dernières fouilles, ainsi qu’au cours des précédentes dans les années 1990 et 1930.

Ceci suggère que les habitants du site n’étaient pas de simples importateurs de biens étrangers onéreux, mais ils en étaient aussi des consommateurs. A une époque où le règne romain s’est effondré dans presque toute l’Europe de l’Ouest, « curieusement, cet endroit unique en Angleterre semble avoir eu des contacts étroits avec le monde byzantin et l’est de la Méditerranée » ajoute Scutt.

« Le lieu de naissance d’Arthur »

Dans les légendes anglaises, Tintagel est le lieu où naquit Arthur, le légendaire roi britannique qui aurait combattu l’invasion des saxons dans les siècles qui ont suivi la fin du règne romain.

Selon l’histoire écrite au 12ème siècle par l’évêque et historien anglo-normand Geoffrey de Monmouth, le père d’Arthur, Uther Pendragon, séduisit la mère d’Arthur, Igraine; il s’était alors magiquement déguisé en son mari, le duc de Tintagel.

Plus tard, une autre tradition explique que le futur Roi Arthur aurait vécu à Tintagel lorsqu’il était enfant. Geoffrey de Monmouth mentionna aussi Tintagel comme étant plus tard la maison du cousin d’Arthur, de la famille d’Igraine, le Roi Marc’h de Cornouailles. Il fut le mari de la princesse irlandaise Iseult, et l’oncle vengeur de son amoureux, Tristan, chevalier cornouaillais de la Table Ronde du Roi Arthur.

Bien qu’aucun élément historique n’a été trouvé pour prouver l’existence du Roi Arthur, certains historiens supposent que le tempérament du Roi Marc’h de Cornouailles pourrait dériver de Conomor, l’un des rois de Domnonée au 6ème siècle, ou bien d’un roi cornouaillais plus tardif nommé dans les écrits gallois roi de Castellmarch (March ap Meirchion)

En 1998, une pierre gravée du nom britannique post-romain « Artognou » fut découverte par les archéologues à Tintagel; cela déclencha une vague de spéculation se référant à la légende arthurienne.

Mais Scutt rappelle que le consensus qui prévaut parmi les archéologues est que cette inscription, sur la Pierre d’Artognou, fait référence à une autre personne, malgré la similarité entre les deux noms.

Les croyances populaires qui ont fait de l’actuel château de Tintagel le lieu de naissance du légendaire Roi Arthur, se sont renforcées après la découverte de la Pierre gravée d’Artognou en 1998.

Creuser pour remonter le temps.

Les récentes fouilles à Tintagel  sont la première étape d’une étude étalée sur 5 ans, menée par l’English Heritage et le Cornwall Archaeological Unit.

Scutt explique que le but principal du projet est d’établir une datation définitive du site et de déterminer la fonction de certaines des cent structures enterrées un peu partout sur le promontoire de Tintagel.

Les scientifiques s’accordent sur le fait que les structures enfouies à Tintagel sont certainement les restes d’un centre royal ayant un lien avec le Royaume de Domnonée, ajoute Scutt, mais jusqu’à présent, il n’y a pas eu de datation précise effectuée sur le site.

Il reste encore une « possibilité extérieure » que certaines des constructions enterrées soient les restes d’un monastère médiéval tardif, voire même des cabanes pour les constructeurs du château du 13ème siècle qui se tient aujourd’hui sur le promontoire de Tintagel.

Et bien que les chercheurs soient convaincus que la plupart des bâtiments du site datent du 5ème au 7ème siècle, un lien direct avec la royauté britannique de l’époque reste à prouver. « Il y a plein d’autres possibilités, ce pourrait être un site marchand basé peut-être sur l’export de minéraux cornouaillais, comme l’étain, le plomb et l’argent » continue Scutt, « nous pouvons dire que c’est de haut rang et que des gens riches vivaient ici, mais cela ne correspond pas nécessairement à un pouvoir politique, cela pourrait être un site purement mercantile. »

Merci à @VirginieTour et @yanou9c pour l’info !
Relecture par Marion Juglin.
Voir aussi :
http://www.moyenagepassion.com/index.php/2017/03/15/tintagel-site-archeologique-dexception-au-coeur-de-lactualite-arthurienne/

Émerveillement, ressourcement, découverte, apaisement…

Voici ce que j’ai reçu d’Annabelle, une jeune lectrice d’une trentaine d’années, si j’ai bien compris.

« Madame, je ne sais comment vous remercier d’avoir révélé la sublime histoire de Véda et de ses compagnons et compagnes. Une histoire qui nous plonge dans un monde qu’on ne soupçonnait pas, mais qui fut, et qui fut celui de nos ancêtres celtes de l’antiquité, et en particulier des Gaulois.

Depuis peu, on reconnaît que la plus grande civilisation européenne fut sans doute la civilisation celte. Enfin ! Vous n’avez pas attendu qu’on nous rende notre légitimité et notre force pour lui donner vie avec panache, intensité, vérité dans les deux romans L’Aigle Arverne et Arianrhod. Aucun autre auteur n’a réussi à produire une œuvre présentant cette civilisation telle qu’elle fut. Un vrai voyage dans le temps nous est offert.

Pour tout vous dire, une amie m’avait prêté ces deux romans, et une fois que je les ai lus, j’ai su que j’allais les relire très souvent pour rester dans cette communauté équilibrée au sein de laquelle vous plongez le lecteur. J’ai donc commandé les livres, et depuis, j’en suis à la quatrième relecture en moins de deux ans. Ce sont mes livres de chevet, et ils sont accessibles aussi bien aux amateurs d’héroïque fantaisie, qu’aux gens qui aiment l’Histoire… ou les histoires modernes, et là j’explique : on oublie vite la différence de vingt et un siècles qui nous sépare des héros, car ils sont tellement vivants sous la plume de Marie qu’on a l’impression de voir un film alors même qu’on lit. On y repense ensuite, et on brode sur cette histoire dont on devient en quelque sorte l’un des héros. Quel que soit l’âge de la lectrice ou du lecteur et ses habituel goûts de lecture, il y trouve son compte. Oui, cette œuvre que je relis me ressource, m’apaise et me rend plus solide sur mes propres racines, alors encore un immense merci à l’auteur. Je conseille ces deux romans à tous les francophones, français, Suisses et Québécois en tête. »

Cela fait vraiment plaisir. Ces livres peuvent être offerts pour les fêtes des mères ou des pères, à des gens aimant lire de bons romans. On peut aussi songer aux
Ces deux romans sont L’Aigle Arverne de Marie Roca/Ormael et : Arianrhod publié sous le pseudonyme Ormhael. Les deux livres sont publiés chez Ormhael Publication et leur prix public est de 20 € pour chacun de ces titres ; Les frais de port sont de 6 € par livre, en envoi ordinaire, pour une commande directe chez l’éditeur : l’envoi en Colissimo est possible, au prix du Colissimo selon le poids du livre.  Le livre peut aussi être envoyé dans tous les pays étrangers. Les frais de port sont de 6 € par livre, pour une commande directe chez l’éditeur :
editionorpubli@gmx.fr
On peut régler par Paypal ou par chèque.
Les commandes par libraires dont FNAC sont possibles et fréquentes. On peut utiliser le même mail de l’éditeur. Certaines boutiques ont quelques livres en stock, et vous pouvez soit les y acheter sur place, soit les commander par ces boutiques
couvertureaigleaverneCapture.JPG couverture Arianrhod 10 janvier 2017
L’une des boutiques qui vendent les livres sur le thème des Celtes et Gaulois :
http://www.terres-celtiques.fr/produit/57/
http://www.terres-celtiques.fr/produit/laigle-arverne-marie-roca/

Le tunnel ou l’entrée directement dans la lumière ? Mieux vaut éviter le tunnel.

Nous avons tous entendu des témoignages de personnes déclarées mortes et qui ont vécu un superbe épisode de lumière, avec passage par un tunnel plutôt sombre, la rencontre avec un être « de lumière », la vue de leurs défunts, etc. Parfois elles se souviennent qu’on leur a demandé ce qu’elles ont fait de leur vie, et elles ont vu une rétrospective de leurs actes, surtout les plus injustes.
Les témoins disent qu’on les a laissés revenir pour s’améliorer.
Tous ces témoignages se ressemblent, et les témoins sont dignes de foi.
Qui dit tunnel dit canalisation de qui l’emprunte vers un lieu précis.
Le tunnel est plutôt sombre, même si par contraste on apprécie la lumière qui est au bout.
J’ai désormais la conviction que ces tunnels (il y en a plein en fait) et ce qui suit sont régis par les entités du karma qui contrôlent nos vies et les alourdissent en nous faisant porter des fardeaux par un mensonge consistant entre nos deux incarnations à nous faire croire qu’en de précédentes vies, nous avons commis ceci, plus cela, des crimes atroces et qu’il nous faut les racheter par une incarnation pleine d’épreuves, d’où certaines incarnations particulièrement injustes, et j’en sais quelque chose.
Ces entités aux apparences « angéliques », ne le sont qu’à demi.
Elles sont particulièrement dures avec les âmes les plus évoluées en leur faisant vraiment porter tous les fardeaux possibles, et elles les parasitent leur vie durant.
Je vous ai appris à leur dire non, une fois pour toutes, à vous détacher de leur emprise et à vous nettoyer de ces emprises.
Lorsqu’on s’est libéré de ces poids que nous ont attaché ces entités du Karma, lorsqu’on a su les éloigner tout en ayant une vie honnête et ne nuisant pas à autrui, alors, après le décès du corps on passe directement dans le monde de lumière, le vrai. Là, on ne va pas nous mettre de fardeaux pour les incarnations ultérieures, si nous choisissons de revenir nous incarner sur terre, mais surtout, nous pouvons alors choisir d’expérimenter les incarnations en d’autres dimensions, d’autres mondes beaucoup moins lourds, et il existe, c’est vrai, des mondes sans guerre, sans inégalité homme/femme et avec une seule typologie d’êtres de type humain.
Si nous savons cela, alors nous faisons le maximum pour nous libérer de l’emprise des entités dites du Karma qui n’œuvrent pas pour le bien de la planète en nous faisant souffrir.
La rédemption par la souffrance n’appartient pas à l’humain. On a joué sur cette confusion relative au sacrifice de Jésus pour nous faire croire que nous aussi nous devions souffrir comme Jésus pour obtenir la rédemption ! Non ! Jésus offre par la souffrance de son sacrifice, la rédemption à l’humanité, ce qui signifie :
 » Ne faîtes plus de sacrifices sanglants, ni d’animaux ni d’humains; Je suis le dernier sacrifice, celui qui contient la rémission de vos fautes. »
Si on comprend cela, on sait que Jésus est d’une nature qui n’est pas vraiment la nôtre, alors on sait que les religieux qui s’imposèrent les silices et flagellations, les mortifications et qui firent des sacrifices humains sous l’Inquisition ne sont pas allés dans le sens du message apporté par Jésus.
Ce que je dis là n’enlève rien à l’essentiel : Jésus, sa parole; il est le guide universel.
Le mal et celui qui l’incarne, à savoir Satan créa alors une autre voie, dite « religion » mais en fait loi cruelle et mensongère réduisant l’humanité à peu de choses et lui enlevant son caractère divin.  Au centre même de cette loi dite religion sont les sacrifices animaux et humains.  Les uns en référence à Abraham dont Jésus nous dit de l’abandonner (« je suis le débit et la fin », donc on oublie l’Ancien Testament dont Abraham et on repart quasi à zéro; les autres sacrifices, humains ceux-là sont ceux des femmes qu’on maltraite et soumet à la loi du phallus qui n’est pas du tout la voie divine, et les chrétiens qu’on massacre, ce que nous avons vu avec les attentats contre des soit-disant « mécréants » selon ce que décrète la loi et la voie du mal.
Non ! Aucun sacrifice et aucune mortification ne complaise à Dieu, car la création est d’abord amour. Femme, homme, ce sont les mêmes âmes humaines. Aucun ne peut dominer l’autre. Comment Dieu pourrait-il demander à certains des humains de tuer les autres puisque tous sont de sa création, et cela montre donc que l’entité divinisée par ladite « religion « n’est pas le créateur du tout, mais son ennemi juré, Satan.
Si on comprend tout cela, alors on libère sa propre vie, ici et maintenant des scories du mal, de toutes les entraves dont celles d’une certaine « religion » créée par Satan; il ne s’agit pas de se libérer à moitié en se disant « modéré », mais de se libérer totalement en disant : « Ouste, loin de moi tout ce qui procède du mal, son livre, ses dictats, ses interdits et obligations qui m’empêche de vivre. » D’une manière générale, jamais une religion ne doit être obligation et empêchement de vivre. Elle doit nous assister de son message, nous guider, mais en nous laissant le libre-arbitre à chaque instant. Tout ce qui met des chaînes doit être rejeté.
Pour autant, nous devons nous conformer aux lois permettant de vivre en société, et là, les principaux des dix commandements sont à respecter. Chrétiens et juifs les partagent, mais pas ceux qui suivent la fausse religion vrai esclavage créée par Satan puisque leur texte leur demande de nuire et de tuer certains. Le nom de cette religion signifie « soumission »,  alors là, tout est annoncé par cette signification, donc comment ne pas voir qu’il s’agit de mettre l’humain en esclavage ?
Dieu, le vrai, nous veut libres, hommes et femmes à égalité.
Les implants mis par les entités du karma, nous devons tous nous en libérer, et lorsqu’un grand nombre d’entre nous se sera libéré,  la terre sera libérée de ce qui l’enchaîne de plus en plus au mal depuis la révolution française faîte par les forces sataniques et tout ce qui en a découlé, et en particulier depuis 1968.
Il suffirait que dix millions d’êtres humains se soient libérés des entités du Karma pour que tout change pour nous tous !
Toutes nos parcelles d’ADN endormies seront réveillées, et elles correspondent pour nous à des capacités dont vous n’avez pas idée mais qui font de nous des gens capables d’être tous heureux.
Nous ne partons pas tous du même niveau. Celle ou celui à qui on a inculqué la religion créée par Satan traîne un boulet considérable et tous doivent d’abord s’en affranchir, et cela relève de leur prise de conscience.
Pas de tunnel peu ou prou sombre ce qui montre qu’il ne s’agit pas du vrai monde de lumière, mais l’accès direct à la lumière dans toute sa plénitude, après le passage, voilà ce que nous pouvons avoir, mais aussi la libération totale sur terre, et une vie d’abondance et de plénitude pour tous les humains.
Ces entités dites du Karma m’avaient tant et si bien chargée que déjà avant l’âge de cinq ans, j’eus dix tentatives de me tuer ou de porter atteinte à mon intégrité physique, et cela m’a valu un handicap douloureux et lourd.
Ce n’était pourtant que le début, et  ceci sur fond  de misère, d’injustice sociale.
Aujourd’hui,parce que j’en ai tant bavé qu’on ne peut même pas imaginer ce cumul, j’ai décidé de combattre toutes ces entités, de les détruire pour toute l’injustice qu’elles ont imposée à ma personne, sans aucun répit, et je dis bien aucun. J’ai le pouvoir de les faire détruire, et ce pouvoir, si nous prenons conscience de la réalité et si nous décidons d’être libres corps et âmes, nous l’avons toutes et tous
Forte de ma propre expérience et de la compréhension qui me fut donnée, je vous offre à toutes et tous, où que vous soyez dans le monde de revenir à la vraie lumière. Aux jusqu’ici musulmans, je dis ne faîtes pas le ramadan et dites tout de suite stop à votre esclavage, car c’est cela que vous vivez : l’esclavage annoncé par ce terme qui veut dire soumission. Venez à Jésus, et vous aurez la liberté.
Jésus a dit : « La Vérité vous rendra libres. »
Le temps est venu de tous nous rendre libres.
Que chacun relise ceci :
Karma, 3ème œil, dévas, tunnel de lumière : stop au piège et libération !
Libérez-vous des entités (pourries) du karma : 2
Pour nous libérer tous.
Je vous offre aussi cette révélation :
Plus :

 

Oscillations de l’espace-temps et synchronicités.

Parce que je constate pas mal de synchronicités dans ma propre vie et que ces situations tendent à être de plus en plus nombreuses et marquantes, je me demande si d’une manière ou d’une autre l’explication qui semble nous échapper sur ce phénomène parfois très étrange en résiderait pas dans notre incapacité à percevoir d’infimes variations dans le déroulement de l’espace-temps que nous considérons toujours comme d’une continuité sans faille.

Si je reprends une récente expérience, au cours de laquelle, en voiture en ville avec une amie, arrêtées à un feu rouge, nous parlons de l’évolution de notre monde, et je viens d’émettre l’hypothèse selon laquelle Tolkien, en connaissance de cause des tenants et aboutissants aurait créé sa trilogie pour nous informer de façon déguisée. J’aborde un point où il est question de la tour de Sauron, et à ce moment là, alors que je n’ai pas eu le temps de prononcer le nom de Sauron, un immense camion blanc passe devant nous, avec une unique inscription en lettres rouges sur fond blanc de l’immense remorque : SAURON. Rien d’autre, absolument rien n’est inscrit ni sur la cabine, ni sur la remorque; pas d’adresse, de téléphone, de logo ou autre, rien que ce seul nom en rouge sang.

Comment expliquer ? Le hasard ? Trop fort ce hasard !

Si j’avais parlé de Sauron juste après avoir vu passer le camion, il n’y aurait aucun étonnement car j’aurais été inspirée par ce que je venais de voir.

L’explication serait en fait la suivante. Une part non consciente de moi aurait eu l’information qu’un camion portant cette inscription allait passer dans notre réalité et j’aurais été aiguillée pour développer cette conversation commencée trois-quart d’heures plus tôt dans un café, de manière à ce que nous nous trouvions pile à cet endroit, pile lorsque le feu est rouge à cette intersection au moment où ce camion allait passer.

Cela fait tout de même pas mal de paramètres à mettre en place pour être pile poil dans le timing !

J’ai donc une autre explication :

Un jour ce camion Sauron est passé à cet endroit. Quand ? Peu d’importance. Le fait que j’évoque Sauron étant dans la voiture arrêtée au feu rouge de cette intersection fit appel à cette image de ce camion comme si la caméra du temps la ressortait à ce moment dans ce paysage urbain. J’ai prononcé le nom associé à de fortes impressions du reste, et hop, l’image enregistrée par l’espace-temps à cet endroit répondant à ce nom est ressortie.

Autrement dit, dans cette hypothèse, l’image aurait appartenu à une période passée de notre espace-temps.

Dans cette hypothèse, on a donc un tiroir du temps. Comme dans une bibliothèque de naguère, on a une fiche avec un titre, et cela donne le numéro pour sortir le livre en sachant son classement. Dans le magasin du temps, vous avez demandé Sauron, et bien voici notre produit SAURON.

Tout de même, et cette observation va me suggérer une autre hypothèse, il est curieux qu’un camion ne porte aucune inscription de marque, d’entreprise sur la cabine, et une unique inscription sur la très longue remorque. Pas d’indication du type de produits ou de service, pas de téléphone, pas de domiciliation, rien. Pas de logo non plus, et juste ce nom SAURON en rouge. Rien d’autre.

Resituons -nous à l’endroit de cette apparition. Nous sommes donc dans une voiture arrêtée au feu rouge d’une grande intersection en pleine ville.

Qu’est-ce qu’on peut s’attendre à voir surgir devant nous ? Un piéton ou un véhicule.

Je vais prononcer le nom Sauron, mais je n’ai pas eu le temps de le prononcer que ce camion arrive. Par contre, durant l’évocation qui précédait et dans le propos tenu par les deux protagonistes de la conversation, il y avait une certaine force, et au moment où j’allais prononcer le nom c’est comme si un écran constitué par un camion blanc me le proposait.

Il a été dit qu’à notre époque, nos évocations peuvent faire surgir des phénomènes, des objets, personnes…

Mieux vaudrait pouvoir dominer le fait, s’il en est ainsi.
J’ai fait des recherches, et il existe bien une entreprise de transports portant ce nom. Les camions portent un bariolage rouge et bleu sur la cabine et débordant sur la remorque, or la cabine du camion qui passa devant nous, avec une forme de ralenti du reste,  était entièrement blanche et vitres teintées sombres, et le nom porte certes du rouge, mais autant de bleu et même du blanc. Il a aussi un logo, un numéro de téléphone et des indications de ville, Le camion passé devant nous n’avait que l’inscription rouge juste sur la remorque, et c’est tout. Par ailleurs, c’était une remorque en structure rigide, d’apparence métallique et très blanche . La société de transports existante à ce nom a des remorques bâchées.
Une création projection ex-nihilo ?
Seule, je serais moins crédible, mais la personne qui conduisait la voiture était avec moi, et elle a eu la même surprise que moi.
Ma pensée savait que j’allais prononcer le nom de Sauron; elle a donc pu anticiper et me sortir le nom sous cette forme d’une sorte d’illusion.
Que n’ai-je parlé de lingots d’or ! Imaginez que j’évoque des réserves d’or de la Banque de France sans avoir prononcé encore le mot « lingots ». Imaginez qu’avec mon amie nous ayons parlé de ce sujet depuis un bon moment, et pile au moment où je vais prononcer le mots « lingots », plein de lingots apparaissent pour de bon dans la voiture !
Apparaître est une chose, mais seraient-ils restés ? Que serait-il arrivé alors si mon amie et moi nous avions touché ces lingots ?
Un gros coup de klaxon, car le feu serait passé au vert !
Je pense en fait que nous sommes dans une période où notre conscience de l’espace temps peut être affectée dans la notion de continuum. Je pense qu’au moins certains d’entre nous pouvons nous situer en interaction tant avec ce que nous nommons le passé que ce que nous nommons l’avenir.
Nous avions évoqué la vie de Tolkien, or le cursus de cette vie s’inscrit à présent dans notre passé. Nous avons évoqué son appartenance un certain temps à certaine obédience au sein de laquelle il put avoir connaissance de certaines choses cachées au peuple. Notre hypothèse était que sous forme déguisée, Tolkien voulait nous avertir du chaos dans lequel on allait nous plonger, mais nous dire que l’espoir existe de vaincre le mal et de rendre le pouvoir au bien. Le « retour du roi » n’est autre que le retour de la vérité christique.
Certains diront que dans cette histoire précise, Sauron étant associé à l’image de Satan, du mal, ce fut peut-être un signal des forces du mal. Je suis bien placée pour avoir éprouvé que le mal se signale par des choses plus agressives.
Le passage de ce camion fut une sorte d’effet miroir en fait. Il me sembla passer plus lentement qu’à une allure normale à cet endroit.
Finalement  le mal finira par passer, comme est passé ce camion blanc portant le nom à peine déguisé de celui dont la tour finira bien par s’effondrer.
Précision : La racine « SAUR » dont Tolkien fit SAURON désigne les reptiles.

Cécité évoquée, et en même temps, coupure de courant hyper localisée et dehors vrombissement de 1h et demi et peut-être ovni.

Une synchronicité avec… Sauron !

Synchronicité et pouvoirs de l’esprit…

Rêve et synchronicité.

 

Un globe de lumière blanche cette nuit… Un rêve musical la nuit précédente…

Cette nuit, je me suis réveillée d’un coup. Face à moi était un globe de lumière blanche assez dense. Il semble que cela ait aussi éveillé mon époux qui éclaira sa lampe de chevet un bref instant puis l’éteignit. De nouveau dans le noir, cette boule de lumière blanche était toujours là, totalement immobile.
On sait que les défunts peuvent se présenter sous forme d’orbes lorsqu’il s’agit de défunts qui n’ont pas atteint la lumière pour diverses raisons, mais les orbes ne sont jamais aussi denses, et se déplacent sans cesse. Ce globe lumineux n’inspirait aucune crainte et ne bougeait pas.
La nuit précédente, nous avons dormi à la campagne. Je chante beaucoup lorsque je suis dans cette maison de campagne, et j’ai de la voix en tant que soprano. Il se trouve que l’un des anciens propriétaires qui vivait là dans les années quatre-vingt était musicien professionnel, saxophoniste enseignant cet instrument. La chambre où nous dormons fut sa salle de musique. Je ressens la présence très bénéfique de cet ancien propriétaire, et je suis en harmonie avec son énergie. Je fais des rêves musicaux en ce lieu, et surtout ce fut le cas dans la nuit de samedi à dimanche. J’ai rêvé que je me constituais un orchestre de bons musiciens amateurs pour faire danser les gens, et j’avais décidé d’avoir des instruments à vent, dont deux trompettes jouant en écho pour l’effet magique, plus un saxophone. L’ancien propriétaire musicien était saxophoniste. Le rêve fut si agréable qu’au réveil, j’ai eu envie de constituer cet orchestre !
Bref, je me demande si la boule lumineuse est en lien avec ce musicien. C’était protecteur de toute façon. Par ailleurs, avant de dormir j’avais beaucoup prié Marie, notre reine des cieux.
Cette présence était vraiment très bénéfique et protectrice.

10 tentatives de me tuer ou atteintes à mon intégralité physique avant l’âge de cinq ans : Je suis la preuve que la lutte du bien contre le mal existe.

Le bien le mal, Jésus, Satan, certains y croient d’autres non, mais que penser lorsqu’à peine conçue on tente de vous tuer ?
Que penser lorsque avant d’avoir atteint l’âge de cinq ans, on a déjà fait l’objet d’au moins dix tentatives de meurtre, d’agressions très graves ou d’atteintes à son intégrité physique ?
Que penser lorsque toute sa vie on fut ainsi poursuivie, malmenée, menacée, et on ne parle pas d’imaginaire mais d’actes réels ?
Que penser lorsque ce que tout le monde obtient facilement, on vous le refuse ?
Que penser lorsqu’on fait tout pour que vous ne soyez pas dans la société ?
Que penser lorsque tout est fait pour vous empêcher d’avoir un revenu ? (je suis absolument sans revenu personnel).
Que penser lorsqu’on vous laisse pourrir dans la situation de non droit, étant Française de souche dans mon pays, handicapée du fait de deux agressions subies avant l’âge de cinq ans visant mon œil droit, dont l’une en maternité deux jours après ma naissance ?
Que penser lorsque vous avez des dons qui sont contrés quoi que vous tentiez ?
A l’heure du bilan, lorsqu’on a franchi un certain cap dans sa vie, on ne pense plus; on a longuement compté les coups, dévié ou encaissé, mais à présent on constate qu’un fil conducteur a toujours été là, avec des leitmotiv ou motifs récurent, et dans mon cas, l’œil revient souvent, et lorsqu’on dit œil,  Sauron n’est pas loin, autrement dit Satan pour ceux qui ont compris que la trilogie du Seigneur des Anneaux dépeint notre temps… d’avant « le retour du roi… ou de la reine »…
J’ai écrit des livres sur des sujets divers et variés, mais en dépit de mes nombreux prix littéraires, des vrais, je n’ai pas les relations permettant d’être éditée là où il faut l’être si on veut avoir voix au chapitre, comme on dit, audience médiatique, ventes importantes dégageant un revenu.
Aujourd’hui, j’ai entrepris de rédiger le livre montrant le fil conducteur de ma vie : la lutte du bien contre le mal, le mal m’ayant toujours attaqué par tous moyens et sans relâche.
Il y a quelques années, j’ai découvert descendre directement du roi Hugues Capet fondateur on peut le dire de la France et de la dynastie du même nom. Bien avant les Bourbons, je puis prétendre au trône de France puisque mon lignage, non altéré par le sang Médicis remonte aux origines de la dynastie capétienne.
Cette origine en lien avec ce qu’il va advenir, et l’éventuel rôle que je pourrais y tenir au moment voulu constitue sans doute la raison de ces innombrables les agressions dont je fus victime toute ma vie. Est-ce pour ce lignage sacré et non dénaturé par le sang reptilien des Médicis, allié au fait d’être une vielle âme forte que je suis ainsi menacée par le maître du mal et ceux qui sont avec ?
Nous vivons les temps annoncés par l’Apocalypse et par Jésus lui-même.
La république démoniaque vit ses derniers temps comme tout ce à quoi elle donna naissance au niveau mondial.
A toutes et tous partout dans le monde, il n’y a de salut que Jésus et lui seul.
Lorsqu’on relate un tel acharnement, les gens ignares sortent le mot « paranoïa »… Sauf que dans mon cas, tout est avéré, avec témoins et rien n’est imaginaire justement, donc, c’est juste la réalité.
De deux choses l’une, ou ce livre aura un grand éditeur, et à bon entendeur salut, et l’éditeur pourra gagner avec ce livre, ou je le mettrais à disposition autrement.
Voici l’une des dix fois où on tenta de me tuer avant l’âge de cinq ans. Si vous saviez… J’ai aussi eu droit à la menace du revolver à trois ans et demi, mais j’ai aussi failli mourir de faim. Une énorme agression manqua me tuer à l’âge de trois ans et demi, et je ne dus l’abandon des coups qu’à mon évanouissement…
L’extrait que je vous place ici nécessite une explication : Mon père travaillait alors dans une briquèterie. Mes parents avaient deux enfants plus grands et j’étais la troisième, non désirée. En cette époque de l’appel de l’abbé Pierre, mes parents vivaient dans un logement de l’usine donnant sur la cour très polluée de l’usine. Il avait une chambre d’un côté du couloir, une cuisine de l’autre, et tout le reste était octroyé à une famille de siciliens comptant dix personnes dont huit enfants. Oui, nous vivions dans un appartement partagé comme en URSS. Il n’y avait pas d’eau sur l’évier et bien entendu ni WC ni salle d’eau. Un robinet d’eau commun aux habitants de l’immeuble et aux ouvriers de la briquèterie se trouvait deux étages plus bas dans la cour de l’usine, ainsi que des WC à la turque communs non seulement aux gens logés dans cet immeubles, mais aussi aux ouvriers de l’usine. Nous étions en 1954.
Quelques jours plus tôt, ma mère (Y) et moi étions rentrées de maternité.
Le diable investit une personne, et… Je vous laisse lire.
Extrait du livre retraçant les très nombreuses agressions  caractérisées du mal à mon endroit :
« Ce qu’il advint quelques jours à peine après que Y et moi soyons rentrées de la maternité est des millions de fois plus inimaginable et plus improbable que les prémices que vous venez d’en avoir. C’est juste monstrueux…
« Mort », « œil » ont marqué ma vie, mais je crois que le mot « souffle » s’y associe. Je parle du souffle de vie, de l’inspir indispensable à la vie, et au moins à la survie. Née avec le cordon trois fois autour du cou, voilà une nette indication du souffle coupé, de l’énergie vitale refusée.
Encore aujourd’hui, je me surprends souvent en état d’apnée assez prolongée, parce que je me retiens de respirer sans même m’en apercevoir. Je chante, ayant des dons pour cela dont une jolie voix, et je pratique le chant choral. Souvent je chante en oubliant de respirer, et pourtant je fournis beaucoup de puissance comme soprano. Pourquoi, donc, cette abstention de respirer, alors qu’on ne peut pas vivre sans cela ?
Retiens ton souffle pour ne pas mourir !
N’avais-je pas déjà retenu mes dépenses d’énergie après cette piqûre administrée à ma mère pour retarder l’accouchement en cours ? Un mois de dépassement de terme après qu’on eût retardé l’accouchement fait du fœtus un mort-né, et ce ne fut pas mon cas.  Le fœtus avait opté pour une stratégie de survie, et sans doute cela s’imprima-t’il à jamais dans ses cellules.
Voilà le message que m’envoie cette particularité, et cela m’évoque des souvenirs en effet, mais l’évènement abominable qui imprima cette interdiction de respirer fut sans doute ce vécu qui date des premiers jours de ma vie terrestre. Non, vous ne pouvez pas imaginer une telle scène, une scène de film d’horreur au fond.
Le nouveau-né que je suis repose dans le petit lit de bébé. C’est un lit de bois plein, comme on les faisait à cette époque, d’un beau bois de chêne teint en brun foncé. Un bébé de quelques jours à peine, c’est tout petit dans ce lit prévu pour qu’on puisse y dormir jusqu’à quatre ou cinq ans. Suis-je endormie à ce moment là ? Probablement. Y a quitté la chambre pour la cuisine. Du fait de la cohabitation dont on peut aisément deviner tous les inconvénients, elle a l’habitude de fermer à clé la chambre lorsqu’elle va dans la cuisine et vice-versa. La jeune femme s’impose cette discipline, et on devine à quel point ce doit être pesant, ces dizaines de tours de clé chaque jour, pour fermer ou ouvrir une pièce, au fil des activités du quotidien.
Certes, Y avait imaginé que les huit enfants des colocataires puissent venir faire des bêtises dans la chambre lorsqu’elle était occupée dans la cuisine, ou encore que la Sicilienne au mauvais œil puisse venir fureter et voler, et elle songeait plutôt au vol de draps dans l’armoire par exemple, mais ce qu’il advint ce jour là, nul ne pouvait l’envisager. Une fois de plus, la mort rôdait. La faucheuse se transporta près du petit lit de bois où reposait un nourrisson de quelques jours.
Affairée dans sa cuisine, Y entend son bébé s’agiter. Elle l’a quitté endormi, il y a peu, et soudain, il lui vient à l’esprit qu’elle a omis de verrouiller la porte de la chambre, alors clé en main, elle se précipite. La porte de la chambre est entrouverte, et ce qui s’offre à elle est une vison d’épouvante.
Cette femme, une voisine aux yeux de folle veut tuer le nouveau-né. Yolande se précipite pour protéger son enfant que l’autre veut étouffer. Interrompu dans son ouvrage de mort, la folle s’en va. Elle voulait ôter le souffle au bébé, mais savez-vous le cadeau quelle avait fait pour la naissance ? Un bavoir, or un bavoir s’attache au cou, et si on serre, on coupe le souffle… La mort s’ensuit.
Y qui n’avait pas voulu de ce troisième enfant vient pourtant de le sauver, mais l’amour maternel n’est pas pour autant au rendez-vous. Je suppose qu’elle m’a dorlotée juste après, pour soulager sa propre peur, mais la routine reprit vite le dessus.
La femme folle habitait au rez-de-chaussée et nous au second étage. Quelques années plus tard, alors que son époux, un brave ouvrier de la briqueterie dormait, elle se saisit d’un marteau et lui écrasa la tête.
Je faillis être son premier crime, mais alors qu’est-ce qui l’animait ? Sa propre entité ou une autre, véritablement démoniaque pour vouloir s’en prendre à un nourrisson ? J’évoque ici en filigranes la possession et l’existence des démons, mais c’est justement un sujet sur lequel il me faudra revenir à propos d’une autre personne.
Le fait est que suite à cette tentative de m’assassiner étant nourrisson, à quelques jours d’existence seulement, mon cerveau a enregistré le fait qu’il était si dangereux pour moi de respirer que je devais économiser mon souffle, comme pour me rendre indétectable, et j’en porte toujours les stigmates. Il enregistra aussi que dormir était dangereux pour moi, et là encore, le message est resté. J’ai toujours eu des difficultés pour m’endormir, et pour dormir tout court.
Qui pourrait imaginer cette succession d’atteintes à ma vie, à mon intégrité physique, à mon souffle et… à l’œil ? Des personnes innocentes peuvent être dès le départ de leur vie placées sous l’emprise du mal, désignées comme victimes. La suite de ma vie confirme ce constat du fait qu’une force qui nous dépasse ne voulait pas que je vive, et fit en sorte que la sérénité ne puisse faire partie de mon existence.
Du début de ma conception à quelques jours après ma venue au monde envers et contre tout, l’addition est déjà très salée, mais nous n’en sommes qu’au début, et je ne puis ici qu’offrir un résumé expurgé de beaucoup d’éléments qui concourent tous en ce sens de la réalité des forces négatives et de leur emprise sur l’être humain, qu’elles possèdent l’être pour s’en servir à ses fins de nuisance envers des innocents, ou qu’elles agissent directement de façon désincarnée. »