A lire ou relire : toutes sortes de sujets.

En voilà pour tout le monde, de quoi s’informer, s’instruire, réfléchir sur plein de sujets différents.
Pour ceux qui ont déjà lu ces articles, je suis certaine que vous aurez plaisir à relire certains d’entre eux. Interrogation écrite à la rentrée ! Bon, là je rigole.

La Laminine, protéine structurelle de notre corps a la forme de la croix de Jésus

Donner ses organes, c’est piéger son âme ! Ne vendez pas votre âme, donc refusez !

Lien vaccins-autisme : plus de 100 familles françaises portent plainte. Etudes scientifiques le prouvant ajoutées.

21 ans, en pleine forme, et 12 secondes plus tard : squelette !Terrifiant et vrai !

Non à l’holocauste et au puçage par vaccins ! Pétition à signer massivement partout.

J’ai rencontré une reptilienne en 1975.

Ils ont vu et rencontré des reptiliens !

Amitié entre un Bigfoot et un amérindien.

Signe miraculeux chrétien : miracle de l’eau bénite.

Libérez-vous pour libérer l’humanité.

Libérez-vous des entités (pourries) du karma : 2

Le Sacré-cœur m’est apparu !

Le sexe supérieur selon la nature est la femme.L’Algérie produit des immortels… L’escroquerie des Algériens.

Songe de la corde de lumière. 1991.

Rêve du temple d’énergie.

Message du ciel et photographie magique.

Couronnées de lumière après un soin reiki.

Mystères et géants du Mont Bucegi en Roumanie.

Une femme russe kidnappée par un Alma, bigfoot russe.Ma vie chez les elfes. Première partie.Ma vie chez les elfes. Seconde partie.

Le lourd secret de Serephine…

Des bigfoot sur tous les continents : Enlèvements : première partie.

Avion décolle en 1954 et se pose en… 1989…

Transportées dans le passé en Belgique.

Deux disparitions mystérieuses près de pyramides aux USA et en France.

Darwinisme : des scientifiques demandent son abandon.

Une énorme tempête soudaine sauve les chrétiens persécutés !

 

Etrange, paranormal… Vrais fantômes en photos.

enfant fantôme

En 1946, Madame Andrews se rend dans un cimetière de Queensland, en Australie, pour déposer une gerbe sur la tombe de sa fille, décédée à l’âge de 17 ans. Elle a ensuite pris une photographie de la pierre tombale avant de se rendre compte au développement du cliché, d’une mystérieuse apparition…

Après le développement de la photo, un enfant est apparu sur le cliché, alors que Madame Andrews affirmait qu’il n’y était pas lors de la prise de sa photo… Un mystère, surtout quand on sait que dans ce cimetière, de nombreux enfants sont enterrés. Les experts n’ont pas pu expliquer ce phénomène.

Regardez bien l’image, car un corps physique serait masqué par la tombe devant lui, or nous avons une transparence concernant son bras, sa main :
enfant fantôme détailC’est donc bien un fantôme d’enfant décédé en bas-âge.
Ci-dessous, au sanatorium de Waverly Hills dans le Missouri aux USA, fut pris en photo à plusieurs reprises le fantôme d’une jeune ex malade décédée dans l’établissement.
fantôme jeune fille sanatorium

Des bâtiments fantômes ?

Comme on le sait, l’Ecosse est le pays des fantômes, mais vous comme nous ignorions jusqu’alors qu’il pouvait aussi y avoir des bâtiments fantômes !
Ces deux photos furent prises par la même personne à deux dates différentes , là où existèrent des tours d’habitations, les Red Road Flats qui furent démolies en 2015.
Surprise de voir ce gratte-ciel fantomatique dans le ciel, la femme prit un cliché  depuis sa voiture. C’est le cliché de gauche. Quelques semaines plus tard, passant de nouveau au même endroit, elle vit de nouveau le fantôme du bâtiment, et elle prit donc la photo de droite.
Source

 

21 ans, en pleine forme, et 12 secondes plus tard : squelette !Terrifiant et vrai !

Concernant cette histoire raie, l’hypothèse me vient tout de suite à l’esprit que ces jeunes se sont retrouvés dans une zone situe dans un autre espace-temps. L’hypothèse est émise d’un vortex l’énergie des êtres vivants…
Cette histoire vraie est plus que terrifiante.
Où que vous alliez, si les autochtones vous disent que telle zone voit disparaître les gens, n’y allez pas; eux, ils savent de quoi ils parlent.
Un mythe nord-américain des plus mystérieux est la quête de Ponce de Leon de la fontaine de Jouvence. De nos jours, les scientifiques sont à la recherche de gênes qui pourraient prolonger la vie humaine jusqu’à atteindre 150 ans ou plus. La découverte de Doug Kilmartin fut exactement l’inverse. Rien moins qu’une fontaine de vieillesse et de dégénérescence.
Une fine volute de fumée blanche tournoie au-dessus des cendres d’un feu de camp prêt de s’éteindre. Les gardes forestiers Beverly Damico et Ted Larkin piétinent les cendres de leurs pieds. L’endroit parait désert. Larkin demande à Damico si on a donné l’autorisation pour tirer dans cette zone, et Damico répond que non. Juste à ce moment, quelqu’un surgit de derrière les arbres.
– Aidez-moi, s’il vous plait, aidez-moi ! crie-t-il. Là-bas dans les bois. Tout est mort. Une zone morte ! Nous y sommes allés et…
– Du calme, dit Larkin. Est-ce que c’est votre campement ?
– Oui. Nous plantons des arbres. Nous sommes trois. Nous sommes étudiants et…
– D’accord, Monsieur, une chose à la fois, dit Larkin. Nous avons trouvé un feu de camp ici. C’est non et non. Je veux voir vos papiers et votre autorisation de campement. Intrigué, l’homme acquiesce, et sort son portefeuille. Larkin le prend tandis que Damico apporte de l’eau à cet homme.
– Vous êtes Douglas Kilmartin ? demande Larkin, tout en vérifiant le permis de conduire.
– Oui.
– Votre C.N.I. nous dit que vous avez 21 ans.
Kilmartin lève doucement les mains devant lui. Elles sont frêles et ridées. Choqué, il laisse tomber le gobelet d’eau et oriente le rétroviseur latéral de l’ATV pour pouvoir se regarder : 
– Oh non ! Que m’est-il arrivé ? 
Environ deux heures plus tard, Larkin et quelques autres gardes marchent à travers les buissons.
– Je l’ai trouvé ! Par ici ! dit Damico.
Damico tient dans ses mains la tête d’un deuxième homme, qui a l’air d’avoir 70 ans. Ses vêtements sont en lambeaux et il est tout égratigné, à peine conscient.
– C’est le gars que Kilmartin nous a décrit. Barry Strother d’après sa C.N.I. Lui aussi a 21 ans, dit Damico.
Le lendemain, le directeur Connor Doyle parle au micro de son magnétophone dans le parking de l’hôpital de Sainte Agatha :
– Après avoir été contactés par la police du comté, nous déclenchons une enquête sur une supposée anomalie. Deux hommes déclarent avoir vieilli de près de 50 ans après s’être aventurés dans une étendue sauvage du nord du Canada. Il y a une zone où, de façon inexplicable, rien ne pousse.
Beverley Damico parle aux enquêteurs :
– Quand nous avons emmené Kilmartin à l’hôpital, il était hystérique. Il dit qu’il y a encore quelqu’une. Qu’ils ont trouvé un endroit dans les bois, où rien ne pousse, une zone morte. Et il croit qu’elle y est toujours.
Ted Larkin, lui aussi garde forestier, apporte des précisions :
– Et c’est là que ça devient vraiment bizarre. Comme tout cela n’avait aucun sens, nous avons fait vérifier leur identité, et il se trouve que le second type que nous avons trouvé, Strother, a eu un petit problème avec la loi quand il était plus jeune. Une entrée par effraction quelques années plus tôt lorsqu’il avait 16 ans. Et ce type a l’air d’en avoir 70. Mais il y a plus, ses empreintes. Elles correspondent exactement à celles figurant dans son casier judiciaire.
Les enquêteurs s’entretiennent aussi avec le docteur Martin Dornan, qui a examiné les deux hommes :
– Ils étaient tous les deux en état de choc. Kilmartin, pour un homme de 70 ans, se porte plutôt bien. Je n’en dirais pas autant de Strother. Mais pour des hommes qui affirment qu’ils ont 21 ans, c’est qu’il y a un problème.
Plus tard dans l’après-midi, Doyle guide la psychobiologiste Lindsay Donner et le physicien-statisticien Peter Axon le long d’un sentier. Donner écoute à travers son casque :
– La police du comté dit qu’il n’y a toujours aucun signe de la femme disparue, une Katherine Fitzgerald, dit-il.
– Dans quel état sont les deux sujets ? demande Axon.
– L’état de Kilmartin s’est stabilisé ; nous pourrons donc l’interroger cet après-midi, répond Doyle. Mais Strother est tantôt conscient, tantôt inconscient. Et pour tout dire, nous n’avons d’autre choix que de le traiter comme un vieil homme. L’âge physiologique de Kilmartin est d’environ 70 ans, et de 85 ans pour Strother.
L’équipe arrête de marcher car tout le monde peut voir une étendue sablonneuse, inhabituelle au milieu de la forêt. Axon fait passer à Doyle des photos prises depuis l’hélicoptère.
– C’est de forme ovale, et couvre à peu près 8 000 mètres carrés. La désolation au beau milieu d’une forêt pleine de vie, dit Doyle.
Deux enquêteurs d’OSIR en combinaison Hazmat se déplacent précautionneusement tout autour de la zone en prenant des mesures. Axon s’accroupit à la lisière de la zone morte. Il sort un appareil photo et prend quelques clichés.
Un oiseau vient de pénétrer dans la zone et se met à se mouvoir dans son périmètre. Il disparaît derrière une dune. Intrigués, Axon et plusieurs enquêteurs poursuivent leur progression de façon à avoir une meilleure vue de l’oiseau. Ils aperçoivent son squelette sur cette terre sans vie.
Plus tard, à l’intérieur du laboratoire mobile, son squelette apparaît sur les écrans. Doyle regarde la vidéocassette avec Axon, le psychiatre Anton Hendricks et Donner, qui chronomètre la scène avec son appareil.
– Seulement 12,3 secondes à partir du moment où il pénètre jusqu’à la découverte du squelette, précise Donner.
Les photographies aériennes révèlent un terrain aride au centre d’une forêt luxuriante. On peut voir les maigres restes de ce qui fut un squelette humain.
Le lendemain, Hendricks interroge Kilmartin, dont le corps est relié par des électrodes à un appareil en vue d’un examen.
– Doug, commençons par la journée du mardi.
– Moi, Barry et Katie sommes arrivés par avion avec un tas de semis à planter. Nous avons donc installé notre campement, et commencé à travailler après le petit déjeuner.
– Et qu’est-il arrivé ensuite ?
– Je ne sais plus. Nous semions, et nous sommes arrivés à cet endroit. La zone morte. Je crois que j’ai marché à l’intérieur, mais…
– Y êtes-vous tous allés ?
– Non, je veux dire… Je suis désolé. C’est si dur de se concentrer ces jours-ci, vous savez.
– Ne vous en faites pas, Doug. Nous essaierons plus tard.
Téléguidée par l’unité de contrôle du labo, la sonde terrestre s’approche d’un squelette dans la forêt.
– Avec un peu de chance, le fichier dentaire devrait nous donner une identité, annonce Doyle.
Le lendemain, l’équipe des enquêteurs observe les agrandissements des permis de conduire de Douglas Kilmartin, Barry Strother et Katherine Fitzgerald sur l’écran principal.
– Le squelette est celui de Katherine Fitzgerald, âgée de 21 ans. Cause de la mort inconnue, dit Doyle.
– Nous avons éliminé plusieurs explications évidentes à cause du manque de végétation. Aucune trace de radiation autour de la zone. Le site lui-même n’a pas été contaminé par des substances toxiques, dit Axon.
– Kilmartin se souvient fort bien de tout ce qui est arrivé jusqu’à ce que survienne cette anomalie. Après, c’est presque le trou noir. Cela est conséquent avec le refoulement d’une expérience traumatisante, dit Hendricks.
– Pourrait-il y avoir une explication médicale plus terre à terre, telle que la progéria, le vieillissement accéléré ? s’enquiert Doyle.
– Pas dans ce cas, répond Hendricks. C’est un dysfonctionnement génétique extrêmement rare qui se manifeste invariablement dans la petite enfance.
– Continuons à creuser, dit Doyle.
Hendricks rapporte que Kilmartin répond favorablement au soutien psychologique.
Donner peut voir Sarah Kilmartin s’avancer vers le bureau des infirmières et demander à voir son fils.
Donner se présente. Sarah se tient dans l’encadrement de la porte, le visage impassible. Donner est derrière elle. A travers la pièce, Kilmartin essaie de sourire.
– Maman, tu es venue, dit-il.
– Je ne connais pas cet homme, dit Sarah. Ce n’est pas mon fils. Regardez-le. Elle se retourne pour partir et Kilmartin lui rappelle le jour où Gypsie a volé le saumon du Vieil Homme Telford. Sarah s’arrête net, horrifiée.
Le lendemain, Hendricks s’assoit en face de Kilmartin, qui est déjà sous hypnose.
– Revenons à mardi matin, dit Hendricks.
– Je sème dans les bois. Barry et Katie sont plus loin devant, se souvient Kilmartin, revoyant Strother et Fitzgerald s’avancer dans les sous-bois.
– Que voyez-vous ?
Tout en marchant dans une clairière, Kilmartin revoit Katie pénétrer dans une zone dénuée de végétation.
– Les gars, il faut examiner cet endroit, dit-elle.
– Katie est-elle dans la zone ? demande Hendricks.
– Oui. Elle veut que nous la suivions, mais j’hésite. C’est vraiment flippant. Ils rigolent, comme si j’étais paranoïaque. Alors j’y vais.
Les jeunes Kilmartin et Strother avancent lentement. Katie se tourne vers le jeune Strother. A sa vue, il s’arrête net : elle est en train de vieillir sous ses yeux. Le jeune Strother tente de dissimuler son trouble. C’est alors qu’un élancement dans le dos lui arrache une grimace. Se tenant le bas du dos avec une main, il se retourne, et voilà que lui aussi se met à vieillir.
Katie fait face aux deux garçons. Kilmartin et Strother s’éloignent promptement d’elle, pendant qu’elle se transforme rapidement en un corps en décomposition, puis en squelette. Strother se tourne horrifié vers Kilmartin.
– Sortons d’ici ! hurle ce dernier.
Les deux vieillards essaient de quitter la zone. Ils arrivent près des arbres. Strother tombe à genoux, épuisé. Kilmartin continue de courir.
Plus tard dans la journée, la sonde terrestre parcourt la zone située dans la forêt. Les enquêteurs surveillent sa progression à distance, et Doyle parle dans le micro :
– Mise à jour. Nous nous livrons à une analyse environnementale, en plus de la surveillance, dans le but de définir la nature exacte du phénomène, ainsi que ses caractéristiques. Qui plus est, notre équipe médicale essaie d’élaborer un traitement en vue d’inverser ses effets.
A l’hôpital, une infirmière prélève du sang du doigt de Strother. On apporte cet échantillon au laboratoire mobile, où un technicien en verse sur une lamelle pour le mettre au microscope.
– Je viens de visionner certains des premiers entretiens, dit Donner, qui se trouve aussi au labo. Elle sort une vidéocassette où figure celui du chef Dan Leonard, un Amérindien âgé d’une trentaine d’années.
– Je me souviens d’avoir entendu ces histoires, quand j’étais gosse. Des rumeurs à propos d’un endroit où rien ne vit, dit-il.
– Est-ce que certaines de ces histoires parlent de gens qui y sont allés et qui sont revenus ? demande Donner.
– Non. Juste beaucoup d’histoires à propos de membres de notre tribu qui ont tout bonnement disparu. Des légendes disent que certains d’entre eux ont été mangés par des bêtes sauvages. Quelques-uns sont tombés dans des rivières en furie et se sont noyés. Ecoutez, j’ai vécu ici toute ma vie et je n’ai jamais vu cette prétendue zone morte.
Plus tard, Doyle, Axon, Donner et Hendricks sont réunis au labo.
– Voilà ce que nous savons déjà, dit Axon. Horizontalement, cette zone couvre une superficie d’à peine moins de 8 km2. Nous l’avons cartographiée par hélicoptère et avons marqué la hauteur à laquelle la désintégration a commencé.
– C’est elliptique, ce qui pourrait suggérer que le phénomène suit une courbe énergétique, dit Donner.
– Mais la configuration est instable. Nous voyons de légères fluctuations, dit Axon.
– Pourquoi ne pas relever ces fluctuations pendant quelques heures ? demande Donner.
Doyle lève la main, tendant l’oreille vers l’écouteur :
– L’hôpital vient de nous contacter. C’est Strother.
A l’hôpital, Strother est couché sur le dos, les yeux écarquillés, et inerte. Le Dr Dornan vérifie le pouls. Hendricks est derrière lui, ainsi que Kilmartin, tout tremblant et désemparé. Le Dr Dornan lève les yeux et secoue la tête. Strother est mort.
Deux poteaux métalliques ont été plantés dans le sable de chaque côté de la zone. Un arc électrique de couleur bleutée s’étend d’un poteau à l’autre.
Doyle entre dans le journal de bord : « 22 heures. Nous avons introduit toutes sortes d’instruments au sein de cet environnement aux fins de provoquer une réaction notable. Aucune de ces tentatives n’a pu fournir un résultat probant. Après avoir mené 87 expériences, j’estime que nous avons épuisé toutes les méthodes susceptibles de nous apporter une explication scientifique. »
L’équipe est réunie pour une table ronde dans le labo mobile, où la zone est visible sur l’écran.
– Ce pourrait être un phénomène extraterrestre. C’est pourquoi il ne réagit pas à une technologie terrestre, dit Donner.
– Ou bien ce pourrait être un phénomène géophysique, non étudié jusqu’ici, qui sur le plan subatomique, accélère toutes les formes de vie, dit Axon. Ce pourrait être une forme rare et mutante d’un vortex qui absorbe l’énergie contenue dans les êtres vivants. Cela s’accorderait avec les résultats des évaluations physiologiques.
Le lendemain, un enquêteur de l’OSIR charge des sacs dans le coffre d’une voiture en stationnement devant l’hôpital. Hendricks s’approche de la voiture, dans laquelle Kilmartin est assis sur le siège passager à côté de Sarah.
– Prenez soin de vous. Nous vous recontacterons, dit Hendricks.
Kilmartin acquiesce, avec un  sourire forcé.
Tandis que Doyle et Donner regardent partir Kilmartin, une communication du quartier général d’OSIR se fait entendre dans les écouteurs de Doyle, et ils regagnent le labo mobile.
Elsinger apparaît sur l’écran, et s’adresse à Doyle :
– Des membres du gouvernement nous ont demandé de solutionner ce problème en interdisant de façon définitive l’accès à cette zone à risques. A l’efficacité immédiate.
– Mais, Monsieur, nous commençons tout juste à avancer dans la compréhension du phénomène, réplique Doyle. Nous avons besoin de savoir exactement de quoi il s’agit.
Le directeur de l’OSIR Frank Elsinger dit qu’il est désolé, et qu’il n’y a pas à discuter cet ordre. L’écran s’éteint. Doyle écrit une dernière fois dans le journal de bord :
« A la suite de consultations avec les quartiers généraux, les autorités gouvernementales et l’équipe responsable, il a été décidé de construire une cage gigantesque, en barreaux métalliques, pour couvrir toute la zone à risques. Une fois la cage descendue, par hélicoptère, à l’endroit même, on coulera du béton par-dessus, jusqu’à ce qu’un bloc massif de pierre solide prenne forme. »
Epilogue
Anomalie géophysique, manifestation paranormale, ou force extraterrestre ? La réponse se trouve cachée pour toujours sous une voûte de béton, et n’est plus une menace. Aux dernières nouvelles, Kilmartin était employé dans une cellule de crise, apportant son soutien aux victimes de traumatismes et vivant pleinement chaque jour.
Dan Ackroyd
Psi Factor (Chronicles of the Paranormal), edited by Dan Ackroyd
N. du T. : Cette histoire est authentique. Je me souviens d’un documentaire, en plusieurs parties, diffusé sur France 5 il y a quelques années, et qui s’intitulait « Les plus belles baies du monde ». La partie se rapportant à la baie de Madagascar m’avait frappée : à l’autre bout de la baie, on pouvait voir une forêt, sertie dans un décor magnifique, et on n’avait plus qu’une envie, celle de se rendre sur les lieux afin de profiter de cette nature enchanteresse. Mais les habitants mettaient en garde les visiteurs étrangers. Tous ceux qui y étaient allés n’étaient pas revenus. Les derniers à en avoir fait les frais (à l’époque où le documentaire a été tourné, au début des années 2000) étaient deux touristes nord-américains. Malgré les avertissements donnés par les autochtones, ils y sont quand même allés, et depuis, on ne les a plus jamais revus…
Se pourrait-il qu’il y ait dans cette forêt une zone comparable, qui fait vieillir les êtres vivants en quelques minutes, et le temps que les touristes imprudents se rendent compte, il est trop tard, car ils meurent sur place à cause du vieillissement accéléré ?
Et comme on a pu le voir avec Katherine Fitzgerald, la putréfaction du corps et la désintégration du squelette se produisant à une vitesse accélérée, il ne suffit que de quelques heures pour effacer toute trace des malchanceux…

Article emprunté au site ami : http://entite.over-blog.com/

Des histoires vraies  stupéfiantes d’espace-temps dans ce livre de Marie Roca :

scan 2 couverture Mysteacuterieuses Disparitions_zpsqdo1nera
Peut se commander ici : editionorpubli@gmx.fr ou par la FNAC ou tout autre libraire faisant bien son métier.

 

Articles à la une sur divers sujets.

Je vous invite à lire ou relire :

Signe miraculeux chrétien : miracle de l’eau bénite.

Deux disparitions mystérieuses près de pyramides aux USA et en France.

Un escalier gigantesque en Antarctique.

Message du ciel et photographie magique.

Etrange tourbillon : des fées ?

Une porte géante s’ouvre dans la chaussée des géants…

Les templiers : Pourquoi leur fin tragique ? Une possible raison personnelle…

Un adolescent revit soudain des traumatismes de vies antérieures.

Avion décolle en 1954 et se pose en… 1989…

Suliko : Magnifique émotion !

Fantôme de son aïeule.

Bigfoot sur tous les continents : 3 : rencontre au Québec.

Couronnées de lumière après un soin reiki.

Le taux vibratoire de la Terre s’envole !

Vrais gnomes dans les Alpes. True gnomes of the Alps.

Pour commander mes livres.

Sorcier brûlé à Grenoble en 1606.

Le Salvador bannit Monsanto et a des récoltes records !

Une femme russe kidnappée par un Alma, bigfoot russe.

 

Un ami défunt me dévoile ses derniers instants sur écouteurs !

En févier 2015, j’ai vécu un évènement qui ne peut que me faire croire aux annales akhashiques.
Un ami très cher, Théo, est décédé en octobre 2013. Nous nous étions vus dix-huit jours plus tôt, et nous devions nous revoir pour aller ensemble chez une amie, fin octobre. J’attendais de ses nouvelles, pour savoir s’il pouvait passer me prendre à domicile le jour de notre rendez-vous, alors, quatre jours avant la  date du rendez-vous, je le lui ai rappelé par mail.
Son fils m’a répondu par un mail laconique, m’annonçant le décès de Théo à la mi octobre. Il n’en dit pas plus. Quel choc. Comme il l’avait voulu, il avait été incinéré.
Théo a consacré les dernières années de sa vie à aider les autres sur leurs problèmes d’âme, ou de relation d’âme à âme dans les familles.
Je ne connais pas les causes de sa mort, mais comme il était cardiaque, j’ai pensé que la cause résidait dans sa pathologie pour laquelle il avait eu des pontages. Il faisait attention à sa santé, mais il avait, et je persiste à croire que c’était une erreur, épousé une jeune femme russe qui avait trente ans de moins que lui. Autant dire que du côté de la belle, il s’agissait d’un mariage d’intérêt.
Après la mort de Théo, j’eus un message onirique de sa part. Sa famille était de confession protestante. Lui était entré dans le chemin celtique, mais comme beaucoup, et ils se trompent, ou plutôt on les trompe, en reniant le Christ (alors qu’il y a lien évident). Dans le rêve, il me montra se trouver dans un endroit clair-obscur, éclairé par une petite bougie toutefois; la grande lumière divine était juste derrière lui, mais il lui tournait le dos. Face à lui était un crucifix et il était assis devant une table, et là il devait donc, ayant toutefois été une bonne âme, prier, mais aussi mettre ses erreurs sur le papier. Il me disait que c’était aussi sur cette table qu’il avait eu  de grands prédécesseurs dont Thibaut de Champaigne, dont je ne savais rien ou peu de choses, au moment du rêve. Je voyais un manuscrit de ce personnage du Moyen-âge.
Avec une amie, nous avons fait progresser plus rapidement notre ami commun, et il est enfin passé dans la pleine lumière.
Voilà ce qu’il est est de cet ami.
Toutefois, je me posais toujours la question de ses derniers instants, et par ailleurs, je n’avais pas de photo de lui.
Vendredi après avoir travaillé tard dans la nuit, j’ai donc recherché sur internet, et j’ai trouvé une photo.
Vers trois heures du matin, prête à aller me coucher, n’ayant plus ouvert ni document, ni vidéo, ayant même nettoyé l’historique, je m’apprêtai à arrêter l’ordinateur.
J’avais gardé le casque, mais sur le cou, donc sans avoir les écouteurs sur les oreilles, et voilà qu’une conversation entre un homme et une femme sort de ces écouteurs. Je vérifie, mais il n’y a rien d’ouvert, ni vido, ni CD, ni radio ! C’est donc surnaturel. Comme le volume est réglé bas, je ne comprends pas ce qu’il se dit, et je me dis que comme c’est un phénomène « étrange »,, si jamais je mettais les écouteurs sur les oreilles et qu’il s’agisse d’âmes du bas-astral, je risquais d’avoir tout à coup un grand cri perçant, ou un rire sardonique.
Je n’ai donc pas mis le casque. Le ton de la conversation est légèrement tendu, mais pas de cris. Soudain, la femme dit avec véhémence : « Non, non non. »
Plus rien.
J’ai beau être habituée désormais à mes perceptions médiumniques, là je suis sidérée.
J’avais eu trois messages téléphoniques de mon père depuis l’au-delà, tous identiques et rassurants, avec la vraie voix de mon papa, et deux de ces messages étaient sur mon portable que je n’avais pas au moment du décès de mon papa.
Depuis, d’autres personnes ont témoigné avoir eu des appels de proches défunts, sur leurs messageries téléphoniques. Lorsque je parle de messages brefs, le voici :  » Bonjour « mon petit nom » c’est Papa; tout va bien ! »
Vendredi, ce que j’ai entendu par écouteurs, c’est autre chose, car j’ai compris que Théo avait répondu à ma demande de connaître les circonstances de sa mort, en m’offrant ses derniers instants de vie : une discussion avec sa jeune épouse, discussion sans cris, mais sous tension, et la jeune femme s’opposant à quelque chose (voulait-il divorcer ?). Sa mort semble avoir suivi immédiatement cette contrariété.
Là, si j’ai capté ces derniers instants, c’est qu’ils sont mémorisés quelque part, et certains parlent des annales akhashiques, mémoire de tout ce qui fut et sans doute de tout ce qui sera.
Âme évoluée et qui s’est rachetée, Théo semble m’avoir branchée sur cette mémoire, pour ce qui concerne ses derniers instants de vie.
Je peux vous  dire qu’ayant été élevée de telle sorte qu’il me fallut renier mes dons, ces derniers prennent sur le tard une expansion incroyable. Je ne cherche rien , tout vient tout seul, les âmes qui demandent de l’aide pour passer, et des évènements tel celui-ci.

 

Surnaturel mais vrai !

J’ai publié ce vécu bien réel en 2008, sur mon autre blog.
A noter qu’à une semaine d’intervalle, une autre personne a vu exactement la même chose, alors que je n’avais pas parlé de ce vécu.
Un soir d’hiver de fort vent du sud, rentrant de réunion vers dix-neuf heures, je fus stupéfaite par ce que je vis dans le saule près d’une maison, de l’autre côté de la ruelle, face à l’entrée de mon chemin.
Le vent soufflait fort,
Deux anges, d’assez petite dimension, blancs, vaporeux, mais bien visibles, virevoltaient dans le saule dépourvu de feuillages puisque nous étions en hiver. Je dis deux anges, car ces êtres avaient des ailes bien visibles et ressemblaient vraiment à des anges affairés dans ce saule. Le saule se trouve tout près d’une maison dans laquelle il y avait de petits enfants, et une maman qui semblait très chrétienne, dont je pense qu’elle priait souvent près de ce saule. Il pourrait aussi s’agir d’elfes, êtres élémentaux s’occupant du domaine végétal.
J’ai gardé pour moi cette vision.
Une semaine plus tard, ma fille rentre du lycée, toujours par grand vent du sud, et me confie ce qu’elle vient de voir dans le saule face à notre maison, et ce qu’elle vient de voir, ce sont les deux anges qu’elle me décrit comme je les avais vus.
Je lui ai dit que j’étais bien obligée de la croire, puisque j’avais vu exactement la même chose, tout juste une semaine plus tôt.
Il pouvait aussi s’agir des anges gardiens des deux jeunes enfants qui empêchaient que des branches ne tombent sur le toit à cause du vent…
 Elfes ou anges, c’était très beau et nullement effrayant.