Jésus, l’incontestable vérité.

Je ne veux pas vous parler de ce à quoi je crois, mais de la vérité.
Je ne vais pas vous parler de « religion », mais de la guidance qui sauve, ce sans organisation de pouvoir terrestre que ce soit, car le royaume de la vérité n’a rien à voir avec le royaume établissant un pouvoir temporel et terrestre avec ce que cela peut inclure d’obligations, de répression, de violences et de terreur.
Jésus a dit : « Mon royaume n’est pas de ce monde » et :
 « Il faut rendre à César ce qui est à César. ».
Cela signifie que le trône Vatican, ne fait pas le christianisme mais il en dévie la force, avec entre autres son machisme inadmissible et qui in fine finit par nuire à la communauté chrétienne.
On a à la base le vrai Sauveur, unique, venu pour mettre un terme aux sacrifices de sang qui n’ont jamais plu au vrai créateur. On a la vraie guidance par la parole de Jésus. Hélas, on a ce que le machisme en fit, mais la source reste pure et véritable, d’où le fait d’une vraie renaissance en ce moment, malgré toutes les agressions, les crimes faits à l’endroit des chrétiens, tant par les gouvernants de tous les pays que par les envahisseurs musulmans.
Quant à l’islam, tout y est faux, tout y est mauvais, tout y est démoniaque, satanique, criminel, depuis le message, composé du reste par des centaines d’hommes, tous plus machistes et criminels les uns que les autres.
Le coran est livre du crime, plus abject encore et pire que le livre de Hitler.
C’est une fabrique d’esclaves !
Le nom islam veut dire SOUMISSION.
Oui, celui qui entre dans l’islam accepte d’être un esclave, et pire s’il s’agit d’une femme, d’être esclave des esclaves mâles !
Oui, on lui donne le but de réduire en esclavage pour le compte de Satan ms sous le nom de Allah, toute l’humanité.
De qui au fond, tout ce monde de l’islam, tout musulman est-il esclave, si ce n’est de celui qui se cache derrière le message de cette soumission, le message de ces injonctions à la non vie et à accomplir des crimes, des sacrifices sanglants ?
SATAN.
Les créateurs de l’islam ne sont autres que la PHARISIENS rejetés par MOÏSE car ces gens qui avaient suivi les judéens lors de leur sortie d’Egypte adoraient SATAN sous forme du MOLOCH auquel ils faisaient des sacrifices humains.
Moïse les trouva devant le fait accompli de sacrifices humains au Moloch (traduit par veau d’or) lorsqu’il redescendit de la montagne avec les tables de la loi, et il les renvoya, mais certains revinrent dans le groupe en faisant profil bas, tandis qu’une majorité partit s’établir en Arabie Saoudite, et une autre partie encore du côté de Tunis.
Jésus rejeta les PHARISIENS en les nommant engeance du diable et « synagogue de SATAN ». A l’époque de Jésus, les pharisiens avaient pris le contrôle du Sanhédrin.
Voir ici :
https://www.universdelabible.net/lire-la-segond-21-en-ligne/luc/11.37-12.12/
Les Pharisiens contrôlèrent donc Jérusalem, et de ce fait, ils en firent la perte.
Ceux qui fondèrent Carthage, à l’emplacement approximatif de Tunis y construisirent leur énorme Moloch à la fois statue et four dans lequel ils brûlaient vivants des enfants.
Ceux qui étaient dans la région de l’Arabie y fondèrent in fine, l’islam !
Vous voyez à quel niveau de bêtise est ramenée la part de l’humanité qui professe l’islam. Vous voyez la régression et le malheur de ces peuples.
Vous voyez dans cette réduction quasi à rien que ce rien à un degré encore inférieur au rien pour la part féminine don supérieure de l’humanité, car c’est elle qui permet la prolongation de l’espèce humaine.
Vous voyez tous les sacrifices humains que font les musulmans, tous les musulmans sans exception puisque tous professent la même foi qui s’exprime par les mêmes versets criminels demandant de tuer les chrétiens, les non musulmans et de maltraiter les femmes.
Tous les musulmans sont régis par cet esprit criminel tant qu’ils en renient pas l’islam, et tout musulman est susceptible de basculer un jour ou l’autre dans l’accomplissement par lui-même de ces rites sacrificiels humains, rite auquel on l’entraîne par les sacrifices animaux de l’Aïd al Kébir, autrement dit par la célébration d’un vécu venu de Satan d’un homme primitif inspiré par Satan tout au long de sa vie, à savoir Abraham.
Les juifs en réfèrent aussi au même Abraham inspiré de Satan, et le gros problème du judaïsme et d’avoir un méli-mélo de textes de références, de prophètes dont les inspirations sont soit celle du bien, soit celle du mal, soit une fois d’un côté une fois de l’autre !
Le problème est bien le fait que la part des choses ne fut pas faîte dans cet imbroglio qui met sous le compte d’un dieu unique ce qui procède de deux sources opposées ; celle du bien d’un côté, et celle du mal de l’autre.
Abraham suit la source du mal, prostitue sa femme au pharaon pour obtenir des richesses de la part de ce dernier, prend une seconde épouse à laquelle il fait un enfant, puis, une fois que Sarah lui aura donné un fils, il jettera injustement dans le désert en les mettant en danger de mort, son premier fils et la mère de celui-ci. Quel criminel ! Ensuite, il entend la voix dite de son dieu, en fait celle du dieu du mal, encore une fois, lui demandant de sacrifier son fils. Par soi-disant obéissance à Dieu, il accepte. En réalité seul Satan demande une chose pareille ! Celui honoré par les pharisiens et leur Moloch ! Alors après, il y a la substitution de l’enfant par un bélier, par ce soi-disant « dieu », mais en fait Satan, puisque Abraham vient de lui montrer sa SOUMISSION.
Oui Abraham est soumis au mal absolu, alors tous ceux qui l’honorent, honorent le mal.
C’est cet appel de Satan que les musulmans continuent  d’honorer en lui faisant un rituel de sacrifice sanglant inadmissible !
Moïse a suivi la bonne voix divine et la bonne voie, sauf en fin de vie, lorsque n’ayant pas de réponse divine il décida de lapider Léa et son compagnon,, ce qui deviendra une loi juive pour l’adultère, reprise partiellement et rien que pour les femmes par l’islam qui reprend énormément dans le texte juif.
Jésus a réfuté cette loi inventée par Moïse, et il mit les hommes qui voulaient lapider une femme face à leurs propres adultères, leurs fréquentations de prostituées, ce par une parole :
« Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. »
Ce faisant, Jésus dit bien aux mâles qu’ils ne peuvent considérer comme crime pour le genre féminin, ce qui ne semble pas l’âtre pour eux pour le genre masculin. Par conséquent, Jésus énonce l’égalité des hommes et des femmes par cette seule phrase, et il condamne l’inégalité qu’on établi entre les deux sexes par des lois civiles ou religieuses. D’avance, il condamne donc l’islam !
Jésus sait que le sexe, la mise à l’honneur excessive du sexe masculin, le pouvoir qu’on lui donne au détriment du genre féminin, tout cela vient de Satan et se met au service de Satan et des forces du mal qui se délecte de toutes les souffrances générées par cet ultra pouvoir donné au sexe ma^le, le patriarcat.
Oui, le patriarcat est satanique.
L’islam est le sommet du satanisme.
En cette fin des temps, il est condamné e sa disparition totale est en cours.
Quel fatras d’imbécilité ces « religions », comme organisations ou comme messages pour la plupart.
Jésus nous a dit que la vérité nous rendait libres.
L’islam vous demande au contraire d’être esclaves !
Il faut être vraiment dégénéré pour choisir d’être esclave !
Il faut être dégénéré pour choisir de se maintenir dans l’esclavage.
Ce n’est pas mon choix, car ce ne sera jamais le choix des gens assez intelligents pour comprendre qu’aucune vie n’est humaine si on lui retire ce don de Dieu, le vrai qu’est la liberté, et cette liberté ne sera jamais un mot mis en exergue et inscrit ici ou là, mais une chose qui tel un souffle se renouvelle instant après instant.
Le politiquement correct est le contraire de la liberté, c’est un tueur de liberté, le liberticide par excellence et d’ailleurs, Jésus nous a prévenu et indiqué d’exprimer notre liberté :
« Que ton oui soit oui, que ton non soit non. »
Suivre le politiquement correct, s’y soumettre est anti-chrétien, on le voit bien. Cela fait le lit de la décadence, de la pourriture, de l’invasion, de la destruction et de la soumission à Satan. On voit bien comment cela est manipulé contre les peuples et leurs intérêts.*
Le chrétien dérange par ce message de liberté donné par Jésus.
Si nous récapitulons, le judaïsme n’a pas fait la part des choses entre les bonnes inspirations et les mauvaises. Le fait de n’avoir pas avoir reconnu le messie le met aujourd’hui devant le choix crucial de choisir sa part d’ombre et de laisser tomber la part de lumière reçue, même si elle date, en ne reconnaissant toujours pas le Messie Jésus, le Galiléen, et en ce temps de fin, cela est la condamnation alors définitive de ceux qui restent dans le judaïsme et ne deviennent pas chrétiens, soit au contraire de tourner le dos ouvertement à la part d’ombre de ses textes et de reconnaître son erreur, et donc d’intégrer le christianisme.
Actuellement, beaucoup de juifs sont devant cette évidence : Jésus était le Messie. Ils deviennent chrétiens, et vous trouverez nombre de témoignages à ce sujet sur internet.
Une autre part se rend à l’évidence, mais a peur de franchir ouvertement le pas, donc est dans le semblant, alors je leur répète cette parole de Jésus : « Que ton oui soit oui, que ton non soit non. »
Ils doivent franchir le pas.
Beaucoup de musulmans comprennent avoir été trompés, suivre le mauvais guide et donc pour un mauvais dessein, et là encore, il y a ceux qui ont peur de dire stop ouvertement, et qui ont tort, et ceux qui se trouvent heureux de franchir le pas, de l’avoir franchi et en peu de mots, de s’être affranchis de l’esclavage par l’islam !
Noël est là, et il célèbre la VIE.
Mon Joyeux Noël est donc pour tout le monde, chrétiens et futurs chrétiens.
Que la Joie de la Vie et de la Vérité soit avec tous.
Voyez ou revoyez ceci :

L’étonnant sang de Jésus…

 

Publicités

Un scientifique démontre la vie après la mort du corps !

Un scientifique démontre que la vie existe après la mort du corps.
« Le scientifique nord-américain de la Wake Forest School of Medicine de Caroline du Nord,  Roberto Lanza affirme détenir des preuves définitives qui démontrent que la vie après la mort existe bel et bien. Lanza estime, en outre, que la mort, d’une certaine manière, n’existe pas telle que nous la concevons.
Après la mort de son vieil ami Michel Besso, Albert Einstein dit : « Voilà qu’il m’a précédé de peu, en quittant ce monde étrange. Cela ne signifie rien. Pour nous, physiciens dans l’âme, cette séparation entre passé, présent et avenir, ne garde que la valeur d’une illusion, si tenace soit-elle ». De nouvelles preuves suggèrent qu’Einstein avait raison, déclare Roberto Lanza dans un billet publié sur son site et cité par le quotidien britannique The Independant.
Pour Roberto Lanza, il existe bien une vie après la mort et les preuves se trouvent dans la physique quantique, principalement dans le biocentrisme. Selon le scientifique, le concept de mort n’est que le simple fruit de notre conscience. « La mort n’est qu’une illusion ». « Nous croyons à la mort parce que l’on nous a appris que nous mourions ».

Pour le biocentrisme, l’univers existe seulement parce que l’individu a conscience de celui-ci – la vie et la biologie sont au cœur de cette réalité – et crée à son tour cet univers. L’univers en lui-même ne crée pas la vie. Cette théorie s’applique également aux concepts de temps et d’espace qui sont, selon Lanza, « tout simplement des instruments de notre imagination ».

Le concept de mort tel que nous le connaissons ne peut exister dans un sens réel et il n’y a pas de véritables frontières pour définir celui-ci. « L’idée de mort n’existe que dans nos esprits et nous y croyons parce que nous l’associons a notre corps physique et que nous savons que celui-ci est amené à disparaître  », estime Lanza. Le biocentrisme, pour Lanza, se rapproche de la théorie, développée par la physique théorique, selon laquelle il existe plusieurs univers parallèles.

Ainsi, tout ce qui pourrait avoir lieu maintenant est supposé se produire en même temps au sein de multiples univers, explique Lanza. Une fois que nous commençons à remettre en question nos concepts du temps et de la conscience, les alternatives sont énormes et celles-ci pourraient altérer la vision du monde que nous avons depuis le 15e siècle.

Pour illustrer sa théorie, Lanza a recours à l’expérience physique des fentes de Young . Cette expérience fut réalisée pour la première fois par Thomas Young en 1801. Elle illustre la dualité onde-particule et prouve que le comportement d’une particule peut être modifié par la perception qu’une personne a de lui. Les interférences montrent que la matière présente un comportement ondulatoire, mais la façon dont elles sont détectées montre son comportement particulaire.

En d’autres mots, lorsque les scientifiques observent la manière dont une particule passe à travers deux fentes, celle-ci agit comme une balle qui traverse une fente unique, dans l’une ou dans l’autre. Lorsqu’il n’y a pas d’observation, la particule peut passer à travers deux fentes en même temps. Les scientifiques estiment que l’expérience des fentes de Young prouve que les particules peuvent agir comme deux entités distinctes dans le même temps, ce qui permet de contester les idées acceptées de longue date relative au temps et à la perception.

« Comment une particule peut-elle changer son comportement selon qu’on la regarde ou pas ? », s’interroge Lanza. « La réponse est simple : la réalité est un processus qui implique votre conscience ».

« Le ciel que nous observons est bleu mais les cellules de notre cerveau pourraient être modifiées de façon à ce que le ciel soit perçu comme vert ou rouge. Avec un peu de génie génétique, nous pourrions probablement faire en sorte que tout ce qui est rouge vibre ou fasse du bruit.

Vous pensez que le ciel est clair mais si les circuits de votre cerveau sont modifiés, il pourrait apparaître sombre. Bref, ce que vous voyez maintenant ne pourrait être présent sans votre conscience », explique encore le scientifique.

Comment cette théorie peut-elle affecter la vie après la mort ? Robert Lanza précise : « Lorsque nous mourrons, notre vie devient une fleur vivace qui recommence à fleurir dans le multivers  (ensemble de tous les univers possibles). La vie est une aventure qui transcende notre façon de penser linéaire. Lorsque nous mourrons, cela ne se produit pas dans une matrice aléatoire telle une boule de billard mais au sein de la matrice incontournable de la vie ».
« Il existe un nombre infini d’univers et tout ce qui pourrait arriver se produit dans un univers. La mort n’existe pas au sens réel dans ces scénarios. Tous les univers possibles existent simultanément, indépendamment de ce qui se passe dans l’un d’eux ».

« La mort n’existe pas dans un espace spatio-temporel. L’immortalité ne signifie pas une existence perpétuelle dans le temps mais réside  entièrement hors du temps », expliquait en 2011 Roberto Lanza dans la revue  Psychology Today.  »  

(Source Express.be)

http://www.bob-toutelaverite.fr/La-mort-est-une-illusion_a2073.html

 

Aux musulmans : Dieu vous montre où il est.

Je m’adresse à vous parce que vous êtes piégés dans une idéologie du mal qui vient du mal, du maître du mal, alors que la Sciences vous montre que la vérité est inscrite en vous, et quelle est ce que votre idéologie vous dit de persécuter.
En effet, nous avons une protéine vitale, indispensable dans nos corps, la Laminine or la voici :
Laminine croix
Oui, c’est exactement la croix de Jésus qui est présente dans vos corps en des millions d’exemplaires. Vous tuez ceux qui suivent le crucifié vrai fils de Dieu, et pas du tout « prophète », alors que sa croix est présente dans vos corps, dans ceux de vos épouses ou époux, de vos parents, de vos enfants.
Musulmans, chacun de vos enfants a la croix en lui alors si vous vous conformez à l’islam, vous devez les tuer, n’est-ce pas, ou ne plus procréer du tout.
Chaque fois que vous récitez des sourates dans lesquelles des versets vous appellent à tuer les chrétiens, ceux qui sont dans la vérité, à profaner les églises, à persécuter les chrétiens, ceux qui sont  conformes à la vérité divine, vous détruisez Dieu en vous et en cela vous ne servez que l’ennemi de Dieu, Satan. Pour autant, cette croix est présente en vous, et sand cela vous ne sauriez survivre !
Lorsque Jésus dit : « Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie » il dit vrai puisque sa croix est indispensable à vos vies, aux vies de tous les humains ! Que vous le vouliez ou pas, cette protéine qui a la forme exacte de la croix de Jésus est en vos corps et est indispensable à vos vies, à celles de vos enfants.
La protéine en question n’a pas la forme d’un croissant chez le musulman;; elle a chez lui comme chez l’athée, l’agnostique, le chrétien ou le bouddhiste, la forme de la croix chrétienne, point-barre.
Alors que faire pour le musulman, maintenant qu’il sait que la croix de Jésus est dans ses cellules ?
Que faire pour ceux qui détruisent les croix des églises, tuent et persécutent les chrétiens partout dans le monde pour ceux qui veulent imposer la doctrine de Satan ennemi de la vie, dans le monde entier dont en Europe, terre chrétienne et qui le restera jusqu’à la fin de toute façon, pour tous les musulmans tous responsables de chacun de ces crimes puisque tous récitent et approuvent les versets qui demandent ces abominations ? Musulmans, pour vous conformer à votre idéologie de mort, ouvrez chacune de vos cellules et enlevez ces millions de croix en vous, et vous mourrez de ce fait , car c’est la croix de vie.
Du reste, la seule chose qui puise ressembler à des croissants de lune dans le corps, ne concerne que des gens qui ont une maladie du sang déformant certains de leurs globules en forme de faucilles ou de croissants, et c’est mortel.
Oui, la science vous montre où est le chemin en vous dévoilant que vous portez des millions de croix de Jésus en vous, alors vos actes horribles dictés par le texte écrit par des fous dont vous vous galvanisez dès l’enfance, que vous assénez avec violence à vos petits, tout cela est vain, car le triomphe appartient à Dieu le créateur, celui qui a placé la croix du christ dans vos cellules.
Abandonnez le message de mort, et prenez le message de vie de Jésus.
Abandonnez la tristesse et la décrépitude de l’islam et venez à la joie, à la vie, à la créativité, au bonheur en devenant chrétiens.
Beaucoup de musulmans se convertissent en découvrant justement que la vérité, c’est le christ, Jésus fils de Dieu, et non pas prophète comme celui que vous vénérez, celui qui écourtait la voix de Satan, l’ordure d’Abraham qui prostitua sa femme au pharaon pour obtenir des faveurs de ce dernier et commit encore plein d’autres horreurs.
Oui, la croix qui vous révulse, la croix de Jésus est en vous, alors si vous choisissez de rester dans l’erreur de l’islam, conformez-vous à votre idée et tuez la croix en vous, par votre suicide et en ne procréant plus des porteurs de croix de Jésus, puisque tous vos enfants portent la croix de Jésus en eux, comme vous.
Votre islam est une prison, pleine d’interdits et d’obligations ridicules et néfastes. En plus, il ne vous promet pas le salut, au contraire de la voie christique. Votre islam vous emmène au précipice qui tombe dans la fournaise.
Jésus mène à la Lumière et à la Vie !
Musulmans, Jésus est déjà en vous et vous ne pouvez pas le renier, alors  en ces temps de la fin, conformez-vous vite à la vérité, venez ou revenez dans le chemin de Vie, de Vérité, le seul divin, Jésus, et les chrétiens vous  appellent à devenir leurs sœurs et frères, et à devenir enfin plein de joie, de cette joie de vie et d’Amour que donne le fait de se conformer à la vérité de la Vie : la lumière divine : Jésus.

 

Structure_de_la_laminine

https://www.infochretienne.com/dieu-soutiendra-toujours-laminine-proteine-structurelle-de-corps-a-forme-de-croix/

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Laminineالإسلام

 

 

Le défunt assiste à ses obsèques…

Henri et Jean-Paul étaient tous deux athées. Ils étaient copains depuis l’école communale. Henri eut un cancer de mauvais pronostic, et lorsqu’il comprit que la médecine ne pouvait plus rien pour lui, il dit à ses proches, que quoique étant athée, pour sa famille, il pensait que mieux valait qu’il y ait une messe pour ses obsèques.
Jean-Paul fut bouleversé de la perte de son ami d’enfance. Dans l’église, il s’installa discrètement, près d’un pilier.
Soudain, tandis que le prêtre évoquait avec ferveur la vie éternelle, Jean-Paul eut le regard attiré vers un personnage qui déambulait dans l’église ; un homme de taille moyenne, en costume, l’air un peu étonné. Personne d’autre que lui ne semblait le voir, mais aucun doute ; c’était Henri !
Le défunt passa devant le cercueil, l’air sceptique, regardant le prêtre ; soudain il se pencha sur la plaque vissée sur le cercueil, lut le nom. Se montra vraiment étonné ; Alors Henri le défunt, se tourna vers l’assistance, reconnut son ami, lui adressa un signe et s’achemina vers lui, mais il disparut soudain à la vue de Jean-Paul.
Jean-Paul était en sueur, ne comprenant que trop bien qu’il venait de voir son ami Henri assister à sa propre messe de funérailles. Au cimetière Jean-Paul vit encore Henri dans la foule, puis l’image du défunt disparut d’un seul coup.
Depuis ce vécu, Jean-Paul dit qu’il croit au moins que la vie ne s’arrête pas à la mort du corps et que pour lui, un coin du voile a vraiment été levé ce jour là.

La solution est dans le rêve !

Nous avons des guides, et parfois ils entendent nos demandes. Lorsque ces demandes sont fondées, ils peuvent nous faire vivre une situation telle-celle-ci, où en rêve, cet étudiant reçut du secours.
En 1649, Didier Devesne, un étudiant de Dijon, se lamentait de ne pouvoir parvenir à déchiffrer le sens d’un certain passage d’un auteur grec.
S’étant endormi avec cette préoccupation, il se vit, en rêve, transporté dans la bibliothèque de Stockholm où il put consulter un ouvrage dans lequel se trouvait l’explication tant désirée. Il y en avait dix lignes qu’il se remémora et put reproduire à son réveil.
Intrigué par ce rêve, il écrivit à Chamot, ambassadeur à Stockholm, lui demandant de signaler le fait à Descartes, alors hôte de la reine Christine, et de bien vouloir contrôler l’exactitude de ce texte. Descartes se rendit à la bibliothèque, y trouva le livre à la place repérée par le visionnaire et, sur la page indiquée, les dix lignes du commentateur helléniste que l’étudiant avait reproduite à son réveil.
Comment cela a-t-il pu se produire ? Il est probable que l’esprit du rêveur, une fois décorporé, fut conduit à l’objet de son désir, pourtant sans que le mental du sujet ait eu connaissance de ce texte précis.
J’ai vécu une expérience de décorporation très particulière, au cours de laquelle j’étais sans corps astral à l’état de pur esprit, et c’était un état omniscient. Je pense que l’esprit de l’étudiant est « parti » à la recherche de ce document.
Observation rapportée par Swedenborg, publiée dans Psychica N° 102, du 15 septembre 1929.
 

La feuille de chêne. Poème bardique de Marie Roca.

Ce poème m’a valu un beau succès… Il fut récité et très apprécié lors de célébrations d’automne. Selon les Celtes, la mort du corps n’est que passage dans un ailleurs où tout n’est que félicité pour qui s’est bien conduit. C’est le monde ancestral. Au bout d’un certain temps, l’âme se réincarne pour vivre une nouvelle expérience incarnée et évoluer ainsi.. Ce poème évoque le cycle de la vie semblable pour la feuille et pour l’humain. Éternelle plénitude, renaissance, paix, joie…

La feuille de chêne

 

Dans la forêt ébouriffée

Sous la toison du lourd feuillage

Dont Mère-Nature l’a coiffée,

Vole un pinson sans babillage,

Et s’ensilencent mes pensées.

 

Je glisse en l’espace hors du temps

Où le sentier n’a plus d’accès

Dans la lumière qui m’attend.

 

Plénitude,

Harmonie…

 

Lumière sur l’eau de la fontaine

Où se mire un brin de fougère

Pour les ondines en leur domaine

A l’heure où l’ombre si légère

Sur l’onde floue pose sa traîne.

 

Sur la margelle abandonnée

La feuille de chêne a glissé

Le vieillard chenu étonné

Sans dire un mot l’a ramassée

Et gardant la feuille dorée

Entre les branches de ses mains

L’homme chenu a savouré

L’éternité sans lendemain.

 

Pureté

Harmonie…

 

Tandis que les siècles s’éteignent

Sur la margelle abandonnée

Sur le bord du chemin est né

D’une onde claire, un homme-chêne.

Le souffle jaillit de la vie

Tout ce qui fut toujours demeure

Rien n’est perdu rien ne se meurt

La feuille s’éteint puis revit

Dans le grand cycle d’espérance

Et chaque vie est une chance

Ici, hier et maintenant

Jamais rien ne sombre au néant

La feuille de chêne est tombée

Puis au réveil du rameau

Le bourgeon s’ouvre de nouveau.

 

Harmonie,

Plénitude,

Souffle de vie !

 

Au bord du ruisseau. Poème bardique.

Ce poème fut lu en diverses régions lors de célébrations diverses en cadre naturel. Si vous envisagez une utilisation de ce poème dont je suis l’auteur, merci de m’en informer préalablement.
La nature devient une tisseuse magicienne… Paix, harmonie : la vie est belle !
Au bord du ruisseau
File ton eau claire, ses fils d’argent
En reflets changeants, belle tisseuse
Si généreuse, file ton eau claire
Pourpoint de bruyère pour maître exigeant
Cotte de lin vert, pour dame de pierre.
File l’eau chantante, parfum et brise,
Feuillages en frise, unis en arceau
Par-dessus l’eau, font un ciel de plantes
Fileuse innocente, les anges se disent
Qu’ils ont sur la rive, taquiné la sylve.
File l’onde vive du clair ruisseau
De ton long fuseau, tes doigts dessinent
Courbe divine, effleurant les rives,
File l’onde vive, du clair ruisseau,
Dame nature file, sans fin l’onde agile.
 
Poème conçu dans l’une des métriques les plus compliquées de l’art poétique bardique, mais cela convient parfaitement à l’accompagnement à la harpe, ou encore à la flûte, et particulièrement en gamme pentatonique.